De Génération Identitaire à l’AfD

Par jeudi 4 mars 2021 Permalink 1

La revue de presse internationale de France Culture évoquait ce matin l’intéressant sujet ( il n’est pas tous les jours facile de passionner les foules avec de la propagande néolibérale et immigrationniste), donc l’intéressant sujet de la situation du parti Alternative für Deutschland (AfD) placé sous surveillance par les services du renseignement allemand. Le sujet résonnait, pour nous français, comme un écho à la dissolution du groupe Génération Identitaire ordonnée par Emmanuel Macron mais qui sera contestée devant le Conseil d’Etat. C’était, n’en doutons pas, fait exprès, comme une manière de rassurer de manière subliminale l’auditeur, en lui montrant que notre gouvernement n’était pas plus liberticide que l’allemand…

Bref, AfD est la première formation politique d’opposition au gouvernement Merkel au Bundestag, les autres partis entrant tous dans une large coalition pour diriger le pays! Si en France tout le monde serait outré par une telle connivence, là-bas ça passe… Mais il semble que cette maigre opposition est encore de trop pour le pouvoir et l’AfD est maintenant classé comme “groupe suspecté d’avoir des liens avec l’extrême droite” ce qui est surement vrai dans les Länder de l’ex Allemagne de l’est mais entièrement faux concernant l’ancienne RFA.

L’AfD aurait donc violé les règles les plus basiques de la démocratie allemande et celles concernant la dignité humaine. Rien que ça! Mais la revue de presse ne donnait aucun exemple concret. Il n’en demeure pas moins que le président de l’AfD est un modéré risquant éventuellement d’être débordé par son extrême droite, ne soyons pas naifs, mais surtout susceptible de ratisser large lors des prochaines élections législatives d’automne.  Le clan Merkel a décidé de frapper tout de suite un grand coup cherchant à assimiler ce parti à un parti néonazi. En fait il est juste eurosceptique et islamophobe. Mais outre Rhin comme en France c’est déjà trop. La remise en question de l’islam est interdite, quant à critiquer l’Union Européenne ou sa monnaie unique, il n’existe pas plus grave sédition!

Il s’agit maintenant électoralement de mettre mal à l’aise les citoyens prêts à voter pour un véritable changement de politique. La méthode est identique partout en Europe, arriver le plus vite possible dans le débat au point Godwin pour ostraciser l’opposition. Non seulement c’est intellectuellement déplorable, mais cette banalisation de fait des horreurs du nazisme pourrait pour le pire se retourner un jour ou l’autre contre ceux qui la pratique. Sans laisser libre court au combat entre oppositions catégoriques il n’y a pas de démocratie.

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?