De France Télécom à Emmanuel Macron

En 2009, le bilan du plan NExT mis en place en 2006 chez France Télécom avec des méthodes de management utilisées par l’entreprise pour faire partir les salariés “par la porte ou par la fenêtre” était de dix-neuf salariés suicidés, douze ayant tenté de le faire, et huit ayant subi un épisode de dépression ou un arrêt de travail.

Demain Emmanuel Macron fêtera ses deux années à l’Elysée après s’être exprimé ainsi: – à un chômeur dans la cour de l’Elysée pendant les journées du patrimoine: “Je traverse la rue, je vous trouve du travail” – aux chômeurs en général “Certains, au lieu de foutre le bordel, feraient mieux d’aller regarder s’ils ne peuvent pas avoir des postes …” ou encore “la meilleure façon de se payer un costard, c’est de travailler” – quant aux femmes en usine, elles sont pour le chef d’état “pour beaucoup illettrées” – et à propos de la redistribution “on met un pognon de dingue dans les minima sociaux” – alors logiquement, au peuple de “gaulois réfractaires au changement”, “je ne céderai rien, ni aux fainéants, ni aux cyniques”.

Voilà France Télécom devenu Orange a gagné. L’esprit de son plan gouverne aujourd’hui le pays. Les français ont voté à la présidentielle pour l’amélioration du taux de profit des entreprises et de la start up nation. Il faut délivrer. Les salariés doivent délivrer pour que leur boite délivre. Et délivre quoi? Des bénef transformés en dividendes. Toujours plus de bénef pour justifier la hausse des cours que programment les banques centrales par leur action de baisse des taux. Les banques centrales font d’abord monter les cours et ensuite les entreprises se débrouillent pour avoir des résultats en fonction. Cul par dessus tête. Et elles se débrouillent comment? Avec un plan NExt à leur sauce, ce plan NExT qui sera condamné probablement mais qui, sorti par la porte, est rentré par la fenêtre partout, partout, partout. Et cela fait dire à des économistes que la politique de la BCE est déflationniste malgré sa création monétaire.

Ce modèle qui guide dorénavant l’activité humaine, doit fondamentalement changer. C’est ça les gilets jaunes et c’est pour ça qu’ils sont honnis. Une compréhension, même diffuse de leur condition, est déjà révolutionnaire. “On lâche rien!”

Frédéric Le Quer