De De Gaulle à Macron

Par lundi 18 mai 2020 Permalink 2

Au commencement était le philosophe. Emmanuel Macron, nourri de la pensée hégélienne et habité, pour faire plus moderne, par les ouvrages de Ricœur, diffusait une pensée complexe étayée par son sens historique et surement dialectique des événements. ça a donné les gilets jaunes et le président très à l’aise pour son autopromotion fit marche arrière.

Redescendu de ces hauts sommets intellectuels, une mise en perspective avec les hommes d’action qui marquèrent l’histoire de France fut la nouvelle idée de costume. Il y avait bien Napoléon, mais les asiles de fous en étant remplis, les grands communicants élyséens préférèrent orienter leur réflexion ailleurs. Personnellement j’aurais aimé Charles Martel, mais il ne faut pas rêver… Clémenceau fut l’idée de génie dont la petite musique est entendue depuis trois ans. C’est chic Clémenceau. Personne ne le connait très bien surtout depuis que plus personne n’apprend rien à l’école mais il apparaît comme un marqueur de classe entre érudits, grand ami de Claude Monet, par exemple, tout en ayant mis la main dans le cambouis en dirigeant la France. Hélas Macron a poussé le bouchon trop loin en se laissant comparer à lui dans sa guerre contre le coronavirus. Il était devenu Clémenceau dans les tranchées de Verdun en 14-18 en allant visiter un hosto masqué! Même si le ridicule ne tue plus, ce nouveau père putatif de la nation a bien fait marrer tout le monde. Clémenceau out!

Le dernier piédestal en date découvert bien à propos est le général De Gaulle. Un littéraire, un guerrier, un politicien, c’est parfait! C’est tout notre Macron national tel qu’il se voit. Et pendant un an les commémorations à qui mieux mieux du français du XXe siècle mort il y a 50 ans, vont inlassablement, enfin inlassablement peut-être pas, vont scander l’actualité. De Gaulle s’est fait un nom avec la débâcle de 39-40. Et question débâcle la comparaison est parfaite. La débâcle de 2020 restera dans les annales. La France, le pays économiquement le plus frappé d’Europe, et médicalement l’un des plus meurtriers du monde, touche le fond. La petite différence qu’il va quand même falloir faire oublier est que si De Gaulle a dû à son époque subir l’incompétence de dirigeants de la IIIe république en dessous de tout, Macron est le dirigeant de la Ve république en dessous de tout qui mène son pays à la catastrophe. Il va lui être difficile de devenir l’incarnation du renouveau.

Bref, si Macron aura du mal à se comparer à l’homme du 18 juin, il pourra surement être celui du “je vous ai compris”. Son “En même temps” en est une espèce de version. Il n’a pas fini de nous rouler dans la farine.

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?