Danièle Obono, quelle crise!

Par dimanche 30 août 2020 Permalink 1

L’affaire du portrait dessiné de Danièle Obono affublée de chaines l’identifiant à une esclave est comme il fallait s’y attendre magnifiquement montée en épingle.

Il n’est pas possible évidemment que, dans le contexte actuel entre black lives matter et l’activisme en France de la ligue de défense noire africaine avec Traoré et consorts, la rédaction de Valeurs Actuelles ne se soit pas rendu compte de la bombe qu’elle publiait d’autant plus que de nos jours avec des gens qui ne savent plus lire, l’image a force d’opinion. Alors qu’il n’est déjà pas possible de portraiturer Mahomet sans risquer de se faire tuer, il semble que notre diversité ne puisse tolérer des représentations d’elle-même autre qu’avantageuse. Remarquons d’ailleurs qu’Obono est loin d’être enlaidie, l’image est particulièrement léchée, faisant penser à une gravure sur bois de Félix Vallotton!  Mais il y a ces chaines et ce collier que peut-être ses ancêtres ont porté et dont l’idéelui est insupportable. L’indigéniste ne pardonne rien aux blancs même si elle s’aveugle en faisant croire qu’il ne s’agit que d’eux dans l’histoire de l’esclavagisme.

Et pourtant, il est possible de voir dans l’attitude de Valeurs Actuelles une réponse du berger à la bergère. En effet la bergère Obono en a dit des horreurs depuis qu’elle bénéficie d’une tribune médiatique! Elle n’a jamais été capable de condamner clairement le terrorisme islamiste qui a fait tant de morts en France. Elle a toujours su soutenir l’antisémitisme de sa copine du Parti des Indigènes de la République, Houria Bouteldja. Elle prend parti aussi, dans des pétitions, pour des rappeurs scandant des textes fondamentalement anti français comme  “Nique la France, et son passé colonialiste, ses odeurs, ses relents et ses réflexes paternalistes. Nique la France et son histoire impérialiste, ses murs, ses remparts et ses délires capitalistes » ; et encore : « Ton pays est puant, raciste et assassin ».

Il y a un sacré dossier avec Danièle Obono et sa haine de la France qui, bonne fille comme toujours, ne lui rend pas. Alors faire une crise pareille pour un dessin manque pas mal d’élégance intellectuelle de sa part. Et puis c’est encore un peu de la liberté de la presse qu’on assassine. Décidément il ne restera bientôt plus que les réseaux sociaux et les blogs…

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?