Corps intermédiaires dans la tourmente

Par mardi 4 mai 2021 Permalink 1

Les corps intermédiaires sont dorénavant pris à partie par la population. Bien sûr les médias parlent d’une minorité mais cette minorité où qu’elle soit, d’où qu’elle vienne, n’est agissante qu’avec le soutien au moins tacite de ceux qui la voient faire.

Dans les banlieues la chose est évidente. Si les familles voulaient reprendre en main leur progéniture pour que cessent dans les quartiers dits “sensibles”, sensibles alors que ces quartiers sont remplis de voyous (!), bref pour que cessent les agressions répétées chaque nuit contre les forces de l’ordre ou les pompiers, elles n’auraient aucun mal à le faire, aidées par des représentants de leur religion. Elles ne le font pas parce qu’elles sont objectivement d’accord avec ce combat mené par leurs enfants contre l’état français.

Dans les manifestations, ceux qui défilent, laissent s’organiser les black blocs afin d’électriser un moment dont tout le monde sait bien qu’il n’aura aucune résonance s’il ne s’y passe rien. Les revendications sont de plus en plus radicales. Le pouvoir doit comprendre que le peuple présent, là, veut le renverser. Les casseurs deviennent des sortes de messagers d’autant plus appréciés que les techniques de maintien de l’ordre utilisées par la police ne font qu’envenimer la situation par le harcèlement continu qu’elles infligent aux manifestants qui au bout d’un moment ne les supportent plus. D’ailleurs on voit souvent des policiers de base prendre des airs surpris, interrogateurs à la suite d’ordres venus de leur hiérarchie!

Voir la CGT qui participe au conservatisme de la société, attaquée, est une illustration du jusqu’au-boutisme des revendications. Peu importe qu’elle soit prise à parti par l’extrême droite ou l’extrême gauche! Le syndicalisme qui collabore de fait avec les institutions, est à abattre en même temps qu’elles.

La politique de la terre brûlée concerne donc à la fois les immigrés de banlieue et les français sans qu’il y ait pour autant entre eux une convergence de vue sur quoi que ce soit. C’est le régime actuel que tout le monde veut abattre. Souhaitons que ce soit les français qui défilent le 1er mai qui l’anéantissent les premiers!

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?