Coronavirus: les autorités font de nécessité vertu

Par samedi 21 mars 2020 Permalink 1

Sur une chaîne d’info en continu, un policier s’offusquait de lire sur des attestations de déplacement dérogatoire mises en place pour lutter contre le coronavirus, des justifications comme celle par exemple d’aller faire une partie de pétanque. “C’est n’importe quoi!” ajoutait-il. J’ai bien aimé. ça m’a fait rire. L’anecdote témoignait du manque total de confiance du peuple rebelle envers ses dirigeants quoiqu’ils rabâchent à longueur de journée. Les consignes n’impriment pas vraiment. Les chiffres dérisoires à l’échelle planétaire égrenés tous les soirs sur l’évolution de la maladie témoignent d’un emballement suspect. Les solutions adoptées par le gouvernement français pallient plus un manque de moyens de notre système de santé qu’elles dénouent la nasse dans laquelle les citoyens sont piégés. Souvent ils le subodorent:

Les autorités font de nécessité vertu!

Quand il n’y a plus de gel désinfectant, on nous explique que le savon fait très bien l’affaire. S’il n’y a pas assez de masques, on nous intime de ne pas en mettre. Parce qu’on n’a pas assez de tests pour détecter le covid-19 dans chacun de nous, ils seraient inutiles car la maladie n’est pas largement dangereuse. Quand on manque de respirateurs artificiels, c’est que les gens n’ont pas suivi les consignes permettant d’étaler dans le temps les arrivées dans les hôpitaux. Quand on manque de personnels soignants, on les encourage à bosser deux fois plus en les applaudissant le soir à 20h au risque que leur fatigue provoque des erreurs.

Merci Macron. Merci Philippe. Merci Buzyn et son successeur.

Sous prétexte d’économies, ces trois mousquetaires du libéralisme mondialisé ont saccagé l’une des fiertés françaises qu’était l’hôpital public. Certes, ils n’ont pas commencé, mais depuis trois ans, ils s’évertuent à lui donner le coup de grâce. Si on savait qui était malade, on obligerait les bonnes personnes à s’isoler. S’il y avait du gel hydroalcoolique en quantité suffisante pour les clients dans tous les commerces et si il y avait suffisamment de masques pour tous les français, le virus se transmettrait moins aisément sans qu’il y ait besoin de confiner tout le monde. Si on avait comme les très égoïstes allemands qui les gardent pour eux (Deutschland uber alles!) des usines capables de fabriquer des respirateurs artificiels, on s’inquiéterait moins d’un excès de demande. Si l’on ne s’était pas appliqué à détruire le système de santé en supprimant des milliers de lits, l’accueil des malades n’aurait pas besoin d’être étalé dans le temps.

Alors, par inaptitude à gouverner, par incapacité à prévoir, les autorités font aujourd’hui de nécessité vertu. Les français subiront les conséquences bien après l’épidémie de la dépression qui s’annonce en France. Macron démission, comme disent les gilets jaunes!

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?