Coronavirus: Alsace, un drame français

Par samedi 28 mars 2020 Permalink 1

L’Alsace paie un lourd tribu au coronavirus. La situation est dramatique. Selon l’autorité sanitaire régionale, le nombre de décès dû au Covid-19 est passé à 580. 3292 patients gravement malades sont traités dans les hôpitaux, 701 d’entre eux doivent être ventilés artificiellement. Les services d’urgence reçoivent plus d’appels que jamais de personnes infectées. Comme pour des raisons incompréhensibles, les autorités sanitaires responsables se sont longtemps abstenues d’utiliser les cliniques privées pour soigner des patients, le service de secours de la Sécurité Civile France a organisé 55 vols de sauvetage pour transférer des malades des hôpitaux universitaires surchargés de Strasbourg, Colmar et Mulhouse vers d’autres régions du pays avec des lits de soins intensifs. Mais ça ne suffit pas. Désormais, il faut également envisager de transférer des patients gravement atteints vers de plus petits hôpitaux tels Zabern, Haguenau, Schlettstadt ou Sarrebourg.

Si, pour le virus, les différences sociales n’ont pas cours, on voit par exemple, le député Les Républicains du Haut-Rhin, Jean-Luc Reitzer, lutté depuis des semaines contre une forme grave de Covid-19 avec un pronostic vital incertain, les médecins des hôpitaux alsaciens ne font, faute de place, pas de quartier avec les malades de plus de 75 ans. Sans matériel, ceux-ci ne sont plus intubés et seuls des soins palliatifs leur sont désormais administrés. Ces personnes âgées non ventilées, ce qui, si, par hasard, elles s’en sortent, peut provoquer des dommages médicaux collatéraux, sont soignées avec des somnifères! Il n’est pas question de critiquer le personnel médical qui ne fait que s’adapter au manque de moyen à sa disposition. Son dévouement est d’ailleurs complètement incroyable; le Tagespielen allemand s’alarme qu’au-delà de la frontière, des patients atteints du Covid-19 sont traités par certains médecins eux-mêmes contaminés mais qui continuent à travailler.

Voilà la tragique situation en Alsace dont le reste de la France n’a probablement pas conscience car trop peu expliquée. Pire, au sein de la région elle-même où l’absence de cohésion sociale devient mortelle, beaucoup refusent de comprendre ce qui arrive. Le journal “Les Dernières Nouvelles d’Alsace” est obligé d’avertir que “face au non-respect des mesures de confinement par une partie de la population”, on devine laquelle, “les préfectures du Bas-Rhin et du Haut-Rhin ajoutent chacune leur tour des mesures contraignantes supplémentaires”… C’est fou! Pauvre Alsace! Pauvre France!

Frédéric Le Quer

Image en une: arrivée d’une femme âgée atteinte du coronavirus à l’hôpital de Colmar

Laisser un commentaire ?