Contre-feux

Par lundi 11 octobre 2021 Permalink 1

Si les sujets essentiels, ceux sur lesquels la politique du prochain président sera déterminante, sont devenus l’immigration, l’insécurité, la culture, des contre-feux (non, non pas Bourdieu!) sont allumés pour détourner le débat de la prochaine présidentielle. On peut noter par exemple le numérique, l’écologie ou bien sûr le marronnier du pouvoir d’achat.

Passons vite sur le numérique, l’enfumage par excellence, alors que la France n’a pratiquement pas d’entreprises dignes de ce nom; les leviers du président sont quasiment nuls. On voit bien comme Google, Facebook, Twitter, Instagram ou Netflix ne cessent de croître.

L’écologie française, avec nos émissions de gaz à effet de serre epsilonesques par rapport à ceux de la planète, n’a non plus guère de conséquences sauf à s’intéresser à la condition animal, aux chasses ignobles ou à la sur-pêche. Mais ces questions trop dérangeantes ne seront pas posées sinon pour s’assurer le vote de tel ou tel lobby, tel celui des chasseurs comme on le voit en ce moment.

Evidemment le pouvoir d’achat a de l’intérêt mais au cœur de la mondialisation sauf à vouloir risquer de désindustrialiser un peu plus encore le pays il sort pratiquement des compétences du gouvernement tant qu’il est mondialiste. Certains pensent qu’il reste encore les emplois de service sans concurrence internationale sur lesquels il est possible de jouer mais la robotisation accélérée par exemple dans les magasins prouve le contraire. D’ailleurs les faits montrent que Macron a depuis 4 ans et demi fait gagner de l’argent par ses mesures à ceux qui en avaient déjà, environ 2000 € par an, mais aux bas revenus sa présidence ne leur a profité qu’à hauteur de 300 € par an (information des matins de France Culture)! Sa politique à propos du pouvoir d’achat est un échec comme le reste mais qui ne lui impute pas vraiment si ce n’est bien sûr concernant les injustes impôts indirects qu’il a tenté et tente toujours d’augmenter malgré les gilets jaunes.

Donc, ces problématiques apparaissent comme plus empreintes de malignité que d’honorabilité en servant à distraire les citoyens du dur, de la mère de toutes les batailles, de leurs problèmes sécuritaires et culturels. Ces derniers sont pourtant dans les mains du pouvoir à condition qu’il veuille s’en préoccuper à l’inverse de l’actuel qui s’y refuse ou fait semblant.

La question de l’immigration peut d’ailleurs servir à régler le problème du pouvoir d’achat en limitant la main d’oeuvre disponible ou celui de l’écologie en arrêtant d’augmenter indéfiniment la population vivant en France.

On voit bien que le Danemark n’a pas la même politique que la France en matière d’insécurité et d’immigration. On voit bien que des pays comme la Suède ou la Belgique sont complètement débordés alors que l’Autriche ou le groupe de Visegrad continuent à tenir la baraque pour le plus grand bien de leurs concitoyens.

Les question soulevées par Eric Zemmour sont donc les seules vraiment valables. Les contre-feux qu’allument les LR tombent à plat et n’impriment pas. Emmanuel Macron le comprend et le prouve en venant ce week-end sur le terrain de notre soi-disant africanité. Chacun après choisit son camp.

Frédéric Le Quer

 

Laisser un commentaire ?