Constantin Alexeievitch Korovine (1861-1939)

Par dimanche 7 avril 2019 Permalink 1

Les russes aiment à rapporter chez eux leurs œuvres d’art majeures, parties en occident à l’occasion des suites de la révolution bolchevique. Avec Constantin Alexeivitch Korovine, la tâche n’est pas toujours aisée, le peintre ayant aussi les faveurs des collectionneurs français. Mais les oligarques y parviennent à coup de centaines de milliers d’€.

Korovine est le chef de file des impressionnistes russes. S’il débute sa carrière sous les tsars avec une facture réaliste dans le mouvement du groupe des ambulants, c’est ensuite que, capté par le mouvement pictural d’origine française, l’artiste donne toute sa mesure. Il vient une première fois à Paris dans les années 1880 puis y retourne définitivement en 1923 quand le régime soviétique se durcit, non sans avoir auparavant mis ses forces à protéger les œuvres d’avant garde et les artistes de son pays. C’est véritablement la période impressionniste de Korovine qui a les faveurs du marché. Avant, ses scènes folkloriques intéressent peu. A la fin de sa vie accaparée par les décors de théâtre, ses productions “alimentaires” sont moins exigeantes, plus faibles de qualité.

Quelques exemples: En une, l’oeuvre la plus chère de la carrière de Korovine adjugée à Vernon par Me Brioult, le 28 juillet 2018, 87 x 65,5 cm, huile sur toile signée en cyrillique, datée 1922: 560 000 €. Ci-dessous, dans une veine similaire, la ballerine au balcon d’Okhotino, 1923, 87 x 66,5 cm, vient de faire le 3 avril 2019 250 000 € chez Tessier Sarrou à Drouot.

Le grand format, ci-dessous, 80,5 x 130,5 cm, huile sur toile, “Fête populaire dans Paris”, qui “illustre une fabuleuse réinterprétation de la peinture impressionniste” dixit la gazette Drouot, au bord de l’abstraction changea de propriétaire à Senlis, le 12 mars 2017, contre 360 000 €.

Enfin, un petit format de Korovine, “Rue de Venise à Paris”, Paris by night aussi, 45 x 37 cm, fit chez Couton-Veyrac-Jamault svv à Nantes le 27 janvier 2015, 7018 €. Bon achat…

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?