Considérations à propos des européennes

Par lundi 27 mai 2019 Permalink 2

Quelques considérations à la suite des résultats des élections européennes n’ont guère été soulignées depuis hier soir par les commentateurs, tant obsédés qu’ils sont, à l’idée de prononcer à tout bout de chant, les mots “extrême droite”, “extrême droite”, “extrême droite”. Veulent-ils ainsi persuader leurs auditeurs? Peu probable, ils ne sont quand même pas si naïfs! En revanche ils se donnent à bon compte des attitudes de résistants alors qu’ils ne risquent strictement rien, attitude bien en ligne avec leur soumission à l’égard du pouvoir et des capitaines d’industrie qui les emploient.

Remarquons d’abord que pour un scrutin à l’échelle européenne, il est plus facile de mobiliser les europhiles que les eurosceptiques forcément moins intéressés par une représentation parlementaire extra-nationale. L’abstention de 50 % est donc très majoritairement le fait de ceux qui n’attendent rien de l’Union Européenne en laquelle ils ne croient pas. Malgré cela dans trois des quatre pays les plus importants de l’UE, c’est-à-dire le Royaume-Uni, la France et l’Italie, ce sont les eurosceptiques qui arrivent en tête. A noter en plus qu’en ex RDA, l’AfD sort vainqueur! Soulignons aussi que la relative réussite des écologistes tient au fait que si il y a bien un sujet inévitablement transnational c’est celui qu’ils défendent et que cette élection leur est donc forcément dédiée. En laissant un peu de coté leur approche politicienne du sujet, ils ont pu, en France, tirer les marrons du feu. Considérons enfin l’homogénéité des partis nationalistes face à l’offre hétérogène des europhiles complètement dispersés. Si les premiers ont des propositions claires, les autres qui ce sont accrochés à un clivage gauche droite dépassé, ont perdu toute lisibilité et ont été laminés. Macron et son parti dans l’opposition nationaliste mondialiste s’en est honorablement sorti (honorablement seulement car en rapport du matraquage médiatique subi depuis des mois, il n’y a rien de glorieux dans son score) alors que, par exemple, avec la France Insoumise à la fois mondialiste et anti européenne, on ne comprend rien.

Finissons par l’élément le plus important de ces résultats: la disparition du parti Les Républicains. C’est encore l’histoire de l’original et de la copie. Les gens pro européens votent pour la ligne claire de LREM et non pas pour la langue de bois, (à ce propos une mention spéciale pour Eric Ciotti qui peut parler un temps fou sans jamais ne rien dire, c’est tout à fait remarquable!!!) langue de bois qui ménage la chèvre et le chou sur aussi bien les sujets politiques que les sujets de société. Choisis vite ton camp, camarade Wauquiez! Ou t’es mort…

Pour conclure, si on risque de se prendre 10 ans de Macron à l’Elysée à moins que la rue ne se remobilise efficacement, le résultat des municipales en dira long sur les chances du Rassemblement National de gagner éventuellement les législatives. Il n’y a rien d’inéluctable à avoir une assemblée à l’image du président surtout si le scrutin est plus serré. Si le nom Le Pen fait peur aux français, le parti Rassemblement National avec ses nouveaux cadres a peut-être plus de chance de venir au pouvoir…

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?