Conflit ethnique dans une université de l’Arizona

Par jeudi 30 septembre 2021 Permalink 1

Cnews diffusait tout à l’heure la vidéo d’une petite altercation qui a eu lieu dans une université de l’Arizona. Deux étudiants blancs travaillent dans la bibliothèque. Deux étudiantes noires viennent s’en prendre à eux.

Evidemment les choses ne sont pas aussi manichéennes qu’elles paraissent! L’un des étudiants blancs a un tee shirt militant contre le vote Biden. L’autre a collé sur son ordinateur portable un sticker où est écrit “la vie des policiers compte”. Cet autocollant est le déclencheur de la colère des jeunes noires, dont une est visiblement en surpoids (je le précise car cela dit quelque chose du milieu social surtout à 20 ans), qui viennent, très excitées, intimer l’ordre aux garçons blancs de sortir de la salle. Ces derniers tentent de parlementer puis s’en vont.

Les deux garçons ont choisi les codes de l’antiracisme et de la culture woke pour soutenir une cause indiscutablement juste concernant les risques pris par la police. Ils sont néanmoins par cette manière dans une sorte de provocation surtout quand l’un manifeste en même temps son engagement anti Biden. La racialisation jouant à plein, les filles noires se sentent personnellement agressées. Le sont-elles? Il faudrait connaître ces garçons pour le savoir. Leur autocollant relativise incontestablement le sort des noirs mis en exergue de manière très (trop?) importante aux Etats Unis.

L’attitude des jeunes filles semble d’après la vidéo tout à fait outrancière. Alors qu’en tant qu’étudiantes elles devraient avoir les mots pour discuter (et la discussion pouvait s’imposer), elles préfèrent l’invective et dénaturent leur cause, d’autant plus qu’elles gagnent en faisant fuir les garçons.

Au passage notons l’angélisme des médias français qui parlent de “camarades”! Les étudiantes noires détestent visiblement les 2 étudiants blancs et probablement que la réciproque est vraie.

Le communautarisme anglo-saxon pousse à la guerre civile puisque les communautés finissent toujours par se croiser sur un même territoire. C’est pourtant ce vers quoi nous allons en France puisque notre laïcité est bien trop intelligente, trop complexe à comprendre compte tenu du niveau général. L’acceptation de l’autre dans sa différence clairement manifestée avec provocation est impossible. Quand l’autre n’envisage pas de ne pas revendiquer ce qu’il est à tout le monde, le dialogue ne peut avoir lieu.

Il n’y a pas de quoi être optimiste pour l’avenir. Le conflit ethnique n’est qu’un rapport de force. Les plus nombreux dans un espace défini imposeront leurs conceptions, les autres s’y soumettront inéluctablement.

Frédéric Le Quer

 

Laisser un commentaire ?