Commémoration et pornographie

Par jeudi 6 juin 2019 Permalink 3

Bien que l’aphorisme “Le nationalisme, c’est la guerre” nous ait été rabâché tout au long de la campagne pour les élections européennes, Emmanuel Macron pour la commémoration du 75e anniversaire du débarquement ne cesse de célébrer de jeunes patriotes morts pour leur pays la conscience sereine, pleins de leur amour de la France. Comme leurs lettres sont émouvantes! Comme la fausseté mondialiste écœure! Elle se vautre dans la sensiblerie alors que le président et ceux qu’ils représentent n’ont de cesse de renier la nation française, de la disqualifier pour mieux faire surgir des structures supranationales. Leur duplicité nous frappe à la gueule et nous sonne alors que pour eux rien n’est possible hors la mondialisation. Non content d’avoir bradé notre industrie, d’avoir ridiculisé les ouvriers y travaillant soi-disant jamais assez compétitifs, non content de bazarder notre souveraineté à des organisations antidémocratiques, les voilà en train de saborder notre culture, nos us et coutumes en les remplaçant par un mode de vie venu d’Afrique. Ce n’est pas pour ça que sont morts tous ces jeunes résistants sous l’occupation allemande. Ils croyaient en la France éternelle que la IIIe république avait su mettre en exergue. Ils espéraient le retour prochain de notre indépendance. Au lieu de ça, 75 ans plus tard, la globalisation nous emporte pendant que certains chefs d’état résistent et par là même créent du lien social qui les fait aimer de leur population. Les professionnels de la commémoration au pouvoir chez nous s’attendrissent faussement sur les drames du passé; leurs actes et leurs décisions désavouent tous les jours cette affectation un peu dégueu qui ne donnent en fin de compte que des images pornographiques.

Frédéric Le Quer