Claude Monet et la Normandie

Par samedi 6 avril 2019 Permalink 1

Loin du record mondial adjugé à New York chez Christie’s à 81,4 millions d’€ en 2016 pour des meules de foin, la France voit parfois passer à l’encan des œuvres de Claude Monet, les dernières réalisées en Normandie, région où il capte les variations de lumière, alpha et oméga de l’impressionnisme. Guy de Maupassant écrit à propos de la manière de travailler du maître: “Ce n’était plus un peintre en vérité mais un chasseur. Il allait suivi d’enfants qui portaient ses toiles, cinq ou six toiles représentant le même sujet à des heures diverses et avec des effets différents. Il les prenait et les quittait tour à tour selon les changements du ciel”.

Et les changements du ciel si fréquents en Normandie où Eugène Boudin donna au jeune Monet ses premiers conseils, forcent à remettre, sur le métier, 20 fois son ouvrage! Un carnet de croquis n’y est pas superflu pour une vue à reproduire sur le vif du Havre à Etretat, de St Adresse à Honfleur… Avec le pastel comme médium par exemple, utilisé pour le dessin ci-dessous (cachet de l’artiste) provenant justement d’un carnet, 13,2 x 26 cm, intitulé Yport la nuit, vendu chez Saint Brieuc Armor enchères, le 24 mars, 2019 91 960 €.

Un autre pastel du chasseur de lumière fut vendu par Millon ovv à Paris, le 26 novembre 2018, 25 x 25 cm, signé celui-ci, intitulé coucher de soleil sur la mer, 1 118 000 €.

Enfin terminons quand même avec une huile sur toile de Monet, celle en une, de 1882, intitulé “Plage et falaises de Pourville” qui recevait chez Pierre Bergé ovv à Drouot, 4 237 100 €.

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?