Charlie pour la vie

Par mercredi 2 septembre 2020 Permalink 1

Le concept de “Je suis Charlie” dépasse largement le journal Charlie Hebdo et ne cesse d’évoluer.

Très vite après les attentats de janvier 2015, il a signifié une revendication en faveur du vivre ensemble, une acceptation de la politique immigrationniste de François Hollande, le refus de voir, de considérer sérieusement le séparatisme musulman en cours sur le territoire français, une incroyable négation d’un réel qui venait d’envoyer un énorme coup à toute la France. Bref, “Je suis Charlie” est tout de suite devenu un slogan de bobo blanc comme il se doit mondialiste, antiraciste, libéral… Le winner des temps modernes, l’homme sans frontière se devait d’être Charlie. Charlie représentait le symbole ce qui plus tard a été défini par David Goodhart comme les gens de n’importe où. Toute la classe politique trouvant ça valorisant se l’est appropriée et toute la classe politique s’est faite battre aux élections par Macron plus Charlie qu’aucun autre dans cette acception, mais qui sut avancer masqué avec son “en même temps”.

Incontestablement le concept devient plus subtil. Un Charlie aujourd’hui est celui qui comprend que la France est dans une impasse, que l’éducation nationale ne forme plus des citoyens mais que des écoles coraniques forment des fidèles qui, le sondage Ifop le montre, ont de l’appétence pour les terroristes islamistes. Un Charlie sait que la notion de peuple français devient une illusion. “Je suis Charlie” devient une résistance à l’hégémonisme islamique, une résistance à l’obscurantisme religieux qui conduit les enseignants à laisser croire aux élèves que le monde a été créé en 7 jours et que Darwin est un fou. “Je suis Charlie” est devenu un blasphème en soi alors que le hollandisme au départ en avait édulcoré toutes les aspérités.

Alors seulement maintenant, il est possible de se retrouver dans le nouveau “Je suis Charlie” qui n’est plus une bleuette, qui n’est plus un mensonge pour les niais. Si on est Charlie comme on est Mila, je veux bien être Charlie.

Frédéric Le Quer

En une dessin Charlie Hebdo

Laisser un commentaire ?