Charles Atamian (1872-1947)

Par dimanche 7 juin 2020 Permalink 1

“Nous retrouveront les jours heureux”! Voilà ce que s’emploie à tenter Charles Atamian dans ses œuvres où les plages ont une luminosité changeante, où les enfants jouent, où les femmes bavardent au soleil. D’un clin d’œil, il voit juste; par des touches franches mais rapides, l’atmosphère décontractée de l’été, des bains de mer est magnifiquement sentie.

Charles Garabed Atamian est un peintre et illustrateur français d’origine arménienne. Il étudie d’abord à Venise, rentre en Turquie, travaille pour le sultan Abdul Hamid comme céramiste puis file à Paris avec une Autrichienne rencontrée à Trieste en 1897. Il ne quittera plus la France. Il habite place Clichy où ses voisins se nomment Eugène Carrière, Francis Picabia et Marcoussis. Sa carrière commence avec des portraits, des illustrations pour des revues, voire la peinture des paysages du midi. Mais en découvrant le littoral vendéen Atamian trouve véritablement sa voie, du moins celle qui enthousiasme les collectionneurs. Saint-Gilles-Croix-de-Vie est le port d’attache qu’il retrouve tous les ans en louant “les Ephédras”, une villa en bordure de l’océan. De là rien ne lui échappe, des châteaux de sable aux mouvements de la mer, de la couleur du ciel à celle de la grève.

Et Charles Atamian plait aux amateurs d’art tant les scènes de ses tableaux sont intemporelles, comme celle de cette enfant, en une, avec son épuisette au bord de l’eau, à marée basse. 60 x 73 cm, il était présenté par l’hôtel des ventes Victor Hugo à Dijon et récoltait 32 860 €. La plage animée ci-dessous, 38 x 45,5 cm, s’échangeait chez Marseille Enchères Provence svv contre 16 800 €.

Et comme il n’y a pas que la Vendée dans la vie, cette terrasse à Antibes, ci-dessous, aux airs de littoral de la mer Noire, 32,5 x 41 cm, obtenait à Drouot chez Ader ovv 8 250 €.

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?