Chaim Soutine (1893-1943)

Par samedi 11 juillet 2020 Permalink 1

Si Chaim Soutine est un peintre tourmenté, il n’est pas  pour autant maudit. Venu de Lituanie, il s’installe en 1912 à Paris, vit à La Ruche, l’espèce de phalanstère pour artistes de tous horizons puis cité Falguière. Un peu avant trente ans, grâce au marchand d’art Paul Guillaume, ses tableaux entrent dans la collection de l’américain Paul Barnes et l’artiste connait le succès. Cet éminent représentant de l’école de Paris était jusque là pris pour un fou sauf par son ami Modigliani. Il devient un génie forcément torturé au caractère excentrique continuant à déchirer ses toiles à la moindre réflexion comme la fois où le mari de Madeleine Castaing, décoratrice amie du peintre, a osé un malencontreux rapprochement avec une oeuvre de Renoir . Un autre témoignage d’une habituée de la maison Zborowski va dans ce sens: “Quand Soutine était sur le départ (…) , nous ramenions à Paris des toiles que Mme Zborowska rattrapait un peu partout. Le chauffeur apportait ses “rescapés” à la maison et Jacques, le restaurateur, rentoilait le tout”.

Sur les marché financiers de nos jours, on appellerait ça de la destruction de valeur… Ou pas, la rareté faisant la cherté. Seules 500 œuvres sont répertoriés comme incontestablement de Soutine.

Quoiqu’il en soit, un de ses tableaux  est dorénavant hors de prix. La vente du “Petit patissier” en une avait fait en mai 2013 les titres des journaux. 18 millions de $ avaient été nécessaires chez Christie’s à New York pour se l’offrir. Autre exemple, ci-dessous, avec cette “liseuse endormie”, 57 x 41,5 cm,  un portrait de Madeleine Castaing, qui chez MacDougall Arts Ltd, à Londres fut acquis contre la somme de 358 800 £ le 6 juin 2018.

A Drouot, en revanche, le tableau ci-dessous, “Les perdrix aux volets verts”, 48,8 x 59 cm avaient du s’y prendre à deux reprises avant de trouver preneur. Le sujet est difficile, indéniablement, mais les animaux morts font l’objet d’une certaine obsession de la part de Soutine. Faut-il plutôt voir l’oeuvre comme un document sur l’artiste? En tout cas chez Leclere ovv le 9 décembre 2016 personne n’en voulait entre 200 et 300 mille euros, valeur de l’estimation. Mais chez Aguttes ovv le 17 mai 2019, roulement de tambour, 207 760 € étaient déboursés!

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?