Ce soir je serai la plus belle

Par samedi 10 juillet 2021 Permalink 1

Je vais prendre ce matin notre France par le tout petit bout de la lorgnette mais comme cette focale est révélatrice! A la télé en ce moment, à l’occasion d’une publicité, est matraquée une vieille chanson de Sylvie Vartan, chantée par une autre personne dont la voix convient d’ailleurs bien, “Ce soir je serai la plus belle”. C’est charmant et plutôt bien trouvé pour les réparations d’entretien d’une Renault d’occasion qui, passée dans les mains du garage ad hoc, devient la plus belle, elle aussi!

Donc a priori, circulez, il n’y a rien à voir. Sauf que si vous êtes attentif, vous remarquerez ceci:

“Ce soir je serai la plus belle pour aller danser pour évincer toutes celles que tu as aimées”. Le chanteur de la pub de 2021 dit “tu a(s) aimées” sans la liaison, probablement ne fait-il pas non plus l’accord mais ça on ne le saura jamais! Sylvie Vartan en revanche dans les années 60 s’appliquait, et ça devait lui venir naturellement, à faire la liaison.

A mon oreille la consonance “a plus loin aimé” n’était pas naturelle. Mais c’est l’oreille d’un vieux con de l’âge. Au XVIIe siècle les théoriciens des vers de la tragédie classique avait réglé la question jusqu’à maintenant. Mais c’est fini.  Visiblement la liaison n’est plus naturelle. Cette liaison Zzzzzai devient probablement de nos jours un signe distinctif un peu prétentieux, la distinction de celui qui sait qu’à la deuxième personne du singulier les verbes prennent un s. Et il ne s’agit surtout plus de l’apprendre à celui qui ne le sait pas. La règle est de prendre le plus petit dénominateur commun du savoir et de n’élever personne vers une certaine connaissance.

Et voilà comment nous sombrons. Voilà comment se fabrique un clivage odieux qui n’a pas pour origine l’intelligence de chacun, clivage normal puisque la nature est fondamentalement contre l’égalité, mais un savoir qu’on se refuse d’inculquer aux masses populaires.

Frédéric Le Quer

 

 

Laisser un commentaire ?