Italie: Mouvement 5 étoiles-La Ligue

Par Jeudi 10 mai 2018 Permalink 3

Il est parfois de bonnes nouvelles, de celles qui réjouissent les patriotes de tous les pays, qui redonnent un peu d'espoir dans une actualité délirante, de celles qui entraveront à coup sûr la bonne marche de l'ultralibérale union européenne. Non, évidemment ce n'est pas le prix devenu bidon que va recevoir Emmanuel Macron pour service rendu aux multinationales de la part de Bruxelles. ça, c'est le genre d'événement à mettre dans la colonne "Mais que font les black blocs?". Non, la bonne nouvelle est qu'enfin le vieillard Berlusconi toujours leader de la droite italienne, ait décidé de ne pas voter contre une alliance entre La Ligue, parti auquel il était lui-même lié lors des législatives, et le Mouvement 5 étoiles. Berlusconi avait perdu les élections de mars dernier mais il avait gardé un pouvoir de nuisance. Les 13,9% de Forza Italia loin derrière son allié La Ligue à 18% n'empêcheront plus le parti indéniablement vainqueur, Le Mouvement 5 étoiles, de diriger l'Italie en s'alliant avec La Ligue. Quand moins de 14% de votants interdisaient au parti qui en a eu 31,9 % de gouverner, on était dans un scandale démocratique à l'italienne. Une alliance logique rassemblant les deux premiers partis d'Italie, ...

Un an de présidence Macron

Par Mercredi 9 mai 2018 Permalink 6

La présidence Macron a eu une effet immédiat auquel les électeurs ne s'attendaient pas: augmentation des impôts directs et indirects pour les classes moyennes. Tout est devenu insupportable de la CSG des retraités aux taxes sur le diesel sans parler des amendes pour excès de vitesse qui vont tomber comme à Gravelotte à l'image de celles pour stationnement interdit dont se délectent les municipalités pour compenser la baisse des dotations aux collectivités territoriales décidée l'été dernier par le gouvernement. La hausse des prélèvements sur l'ensemble de la population supplée les cadeaux faits aux grandes fortunes, colonne vertébrale du macronisme. Les Républicains ont calculé + 4,5 milliards d’euros d’impôts alors qu’ils étaient sous Hollande déjà à leur plus haut niveau historique. L'intérêt des "très riches" s'est substitué à l'intérêt général. L'élection présidentielle manipulée par les médias a rendu possible  cette attaque des dirigeants contre le peuple. Le retour à une croissance orchestrée par la BCE a fait le reste. L'oxygène des taux zéro a donné quelques mois l'illusion de la reprise, mais les chiffres montrent que l'économie mondiale s'essouffle déjà malgré le traitement de cheval des banquiers centraux. L'avenir va encore être plus dur d'autant que l'immigration n'a jamais été aussi élevée ...

Quand les pays musulmans font semblant!

Par Lundi 7 mai 2018 Permalink 1

Le week-end a montré encore une fois que l'islam n'est décidément pas soluble dans la démocratie. Même les plus conciliants avec les pays musulmans, comme dans la revue de presse internationale de France Culture, finissent par s'en inquiéter. Les arrangements entre faux opposants ou l'absence de pluralisme de l'information ont marqué les élections municipales en Tunisie, le vote au Liban après une absence de scrutin longue d'une petite décennie, ou imprègnent la campagne électorale en Turquie. La Tunisie, loin d'être, au niveau des mentalités, le pire pays du Maghreb, il suffit de constater le plaisir qu'ont les juifs tunisiens à partir en vacances sur leurs terres d'origine, s'est fendue d'une mascarade électorale sanctionnée par 34% de participation, voire seulement 26% à Tunis. Assez logiquement, puisque seuls les plus acharnés trouvent des raisons de voter, les islamistes sont arrivés en tête. Deuxième le parti présidentiel. Tout ce petit monde va s'arranger comme toujours pour se partager le gâteau pendant que les citoyens resteront au chômage! Le jeune vendeur de légumes, malade de pauvreté, qui en s'immolant par le feu le 17 décembre 2010, avait déclenché la révolution tunisienne, doit se retourner dans sa tombe! Le Liban a tellement perdu l'habitude des scrutins que ...

La fête à Macron

Par Dimanche 6 mai 2018 Permalink 1

Il y avait un monde fou, samedi, à la fête à Macron. Il s'agissait de lui faire sa fête au président des riches! Aujourd'hui les médias célèbrent la fête de Macron pour son année à l'Elysée. Avec des mots doux. Avec des fleurs. La croissance. Ah! La croissance! Les créations d'emploi. Ah! Les créations d'emploi! France Info trouvait tout ça formidable ce matin. 2017 un grand cru. Et peu importe que Macron n'y soit strictement pour rien. Rendez-vous compte on est revenu au même déficit budgétaire d'avant la crise des subprime, s'esbaudissait le commentateur! Quelle joie! Quel bonheur! Et cette année sera pareil. C'était sûr. Décidément, Président, you are formidable, delicious! Mais plus rien sur le fête à Macron. Cette journée pour les grincheux était finie. C'était maintenant la journée des positifs.  La journée des milliardaires. La journée des actionnaires. La journée de ceux qui ont tout gagné, il y a un an. France Info s'associait à eux ce matin au journal. Alors comment s'étonner qu'un véhicule de l'audiovisuel public subisse des dégradations quand c'est la fête à Macron? Bien sûr, il y a pire dans le genre lèche-cul! LCI, BFM, CNews... Mais eux, on le sait. Ces chaines sont là ...

Exit tax

Emmanuel Macron en supprimant l'exit tax arrange encore les affaires des très riches au détriment des français. Instaurée en 2011 par Nicolas Sarkozy, elle impose les plus-values latentes sur le revente d'une entreprise d'un dirigeant s'installant à l'étranger. Celui-ci ne peut ainsi empocher le total des bénéfices faits en France en revendant sa société du Royaume Uni ou des Pays Bas par exemple où la fiscalité est moindre. En clair, le patron s'est enrichi sur le territoire français, il était normal pour Nicolas Sarkozy qu'un impôt sur la plus-value lui incombe en France même s'il revend sa société d'ailleurs. Pour percevoir cet argent mieux valait prévenir que guérir et le prendre avant que le futur exilé s'en aille d'où le nom exit tax perçu au moment du départ. Chacun y verra du bon sens et un moyen dissuasif  pour éviter l'expatriation pour des raisons fiscales. Emmanuel Macron préfère lui institutionnaliser l'évasion fiscale. Le député LR Gilles Carrez qu'on ne peut soupçonner d'être un terrible gauchiste bouffant du milliardaire au petit déjeuner remarque que le chef de l'état a "une oreille trop complaisante" pour les "banquiers d'affaires". C'est le moins qu'on puisse dire parce qu'à l'évidence l'argument du rendement de cet impôt ...

Les black blocs

Par Mercredi 2 mai 2018 Permalink 12

Les black blocs ont frappé pour le 1er mai. Certains casseurs, n'en doutons pas tellement c'était téléphoné, ont dû prendre une belle enveloppe d'un émissaire gouvernemental, le soir, mission accomplie, à la Conciergerie ou dans les sous-sols du ministère de l'Intérieur. Macron n'a pas inventé la mode et la méthode est classique pour entraver une manifestation! Néanmoins, cette histoire laisse incontestablement percer le mal-être de nos dirigeants face à une contestation sociale qui ne cesse de croître. Les black blocs sont l'arbre qui cache la forêt. Le maelstrom social de ce printemps 2018 pourrait bien entraver l'action gouvernementale. On voit les chaînes d'info en continu et les journaux se mobiliser pour dévaluer l'action syndicale. Il s'agit avant tout de faire croire que le peuple français dans sa majorité ne participe pas au mécontentement. Leur grand leitmotiv est "ça ne prend pas" bien que celui-ci devienne de plus en plus décalé par rapport à la réalité des faits. Pire l'espèce de tempérance dont font preuve les centrales syndicales, peut d'un coup être débordée par la base. Les gens en ont ras-le-bol et de plus en plus n'ont strictement rien à perdre, voire tout à gagner à une révolution. La pornographie qui consiste à ...

Opposition

Par Mardi 1 mai 2018 Permalink 1

Les syndicats vont aujourd'hui montrer leur opposition aux mesures gouvernementales de manière dispersée. Après demain, ils tenteront de le faire sous la bannière de la convergence des luttes. Curieusement malgré le mécontentement de la population, ils ne sont pour l'instant pas plus entendus que l'opposition politique, partisane. La raison est assez évidente: ils tentent tous de trier le bon grain de l'ivraie dans l'action d'Emmanuel Macron. L'opposant à un régime politique se doit d'être catégorique. Il ne doit pas, au moins publiquement, chercher à comprendre, justifier les positions de celui qui gouverne. Il doit les rejeter en bloc avec acharnement ou éventuellement se taire complètement. Pour la seconde manière, De Gaulle vient à l'esprit, un De Gaulle dont le passé lui permettait de rester en réserve de la IVe république pour à son heure la faire disparaître. Dans la première, Mitterrand, opposant systématique à Giscard, commentait toute l'action de celui-ci sans jamais lui rendre grâce de quoique ce soit. Il ne s'agit pas d'avoir de la tendresse pour celui qui tient les rênes du pouvoir, il s'agit d'être un loup pour le dévorer, quitte à parfois faire preuve de mauvaise foi. Macron est l'homme des grandes entreprises. C'est pour lui un atout ...

Les préjugés du politiquement correct

Par Lundi 30 avril 2018 Permalink 5

Le politiquement correct, permissif au niveau des mœurs individuelles, a des causes qu'il soutient mordicus aussi bien en politique intérieure qu'en politique extérieure. Il exige qu'elles soient considérées comme évidentes, ne nécessitant pas de démonstrations vraiment sérieuses. Ses tenants se targuent de détenir la vérité et quand les peuples ne sont pas d'accord, il s'agit non pas de les écouter mais de leur faire changer d'avis. Les grands principes actuels du politiquement correct sont: - Inéluctabilité de la mondialisation - Primauté donnée aux multinationales - Bienveillance avec les migrants donc avec l'islam - Considérer le brassage de population à l'échelle mondiale comme un bienfait Ces principes capitaux permettent au politiquement correct de se définir comme socio-démocrate. Social à cause de l'empathie qu'il manifeste pour les habitants des pays pauvres et  le mot "démocrate" est l'alibi pour la redistribution qui met à contribution les classes moyennes occidentales et enrichit les actionnaires d'entreprise en augmentant les consommateurs (x 2 pour le cac depuis 2009 hors dividendes!). Cette empathie justifie aussi tout un tas d'interventions militaires. Le politiquement correct se doit de: - Etre favorable aux guerres contre des pays qui ne veulent pas nous la faire. - Etre très critique vis à vis de Vladimir Poutine. - Etre très critique vis à ...

Ecole primaire: retour aux fondamentaux

Par Vendredi 27 avril 2018 Permalink 5

Sur un cahier à grand carreau, passer le stylo au niveau de la pointe et le faire basculer pour qu'il vienne au niveau de la main. Voilà une des recommandations du ministre de l'éducation, Jean-Michel Blanquer, afin d'aider les maîtres à aider les enfants à maîtriser le geste pour écrire à l'école primaire. Cela en dit long sur l'état d'abrutissement des élèves apparemment capables de prendre leur stylo à l'envers et, pourquoi pas, le tenir des deux mains! Mais il y a aussi la table d'addition à apprendre. Je ne sais pas ce qu'est la table d'addition... On ne parle évidemment pas de la table de multiplication bien trop compliquée! Et puis les élèves de grande section, soit au sortir de l'école primaire, doivent tous savoir compter jusqu'à 30 et résoudre un problème tel: Pierre et Marie ont ensemble 20 images. Pierre en a trois. Combien en a Marie? Voilà quelques extraits des 4 circulaires destinées aux instits! Pour celui qui regarde cela d'un peu loin, il est évidemment éberlué par la modicité du savoir demandé à un enfant à onze ans. Les enseignants aussi puisqu'ils ont été vexés par ces conseils trop simplistes. Il en demeure pas moins que les élèves ...

Vivre une soirée parisienne

Par Jeudi 26 avril 2018 Permalink 1

Le témoignage d'une dame d'une cinquantaine d'années sur sa soirée parisienne est intéressant. Rien d'extrême dans ce qu'elle raconte. On n'est pas là porte de la Chapelle aux milieux de centaines de migrants installés dans un quartier musulman mais dans un quartier français du quatorzième arrondissement, un soir de la semaine, un soir où deux femmes décident d'aller dîner ensemble entre copines dans un petit restaurant avec une terrasse sur le trottoir parce qu'il fait doux. Elles se racontent et regardent les passants devant un verre de Brouilly et choisissent leur menu dans les 20 €. Il n'y aurait rien à dire si ce n'était sur ce qu'elles ont ressenti. Tout a commencé avec l'interpellation d'une fille, au sortir du Carrefour Market d'en face, qui avait essayé de faucher une bouteille de whisky. Immédiatement devant le magasin, des flics et des militaires "vigipirate", ceux qu'on voit marcher par quatre, mitraillette aux bras, se retrouvèrent à l'encercler. Rien de discret. Tout était tapageur. La fille d'abord qui hurlait comme une folle. Et toutes ces forces de l'ordre pour arrêter la coupable alors que deux ou trois personnes auraient suffi. C'était bizarre... Un simple chapardage par quelqu'un de probablement pas très équilibré vu ...