Acte 23 des gilets jaunes

Par dimanche 21 avril 2019 Permalink 1

L'acte 23 de la mobilisation des gilets jaunes a montré des affrontements tendus. Si, en effet, les black blocs ont cassé, la répression policière fut sinon plus violente, du moins plus aveugle que jamais. La foule fut gazée systématiquement une fois enfermée dans un périmètre bien circonscrit, la place de la République, dont elle avait l'interdiction de sortir mais sur laquelle pouvait entrer qui voulait. Sans nuance et sans chercher à protéger les plus pacifiques, les projectiles tombaient comme à Gravelotte laissant de nombreuses personnes la tête ensanglantée. Je n'en avais jamais vu autant. La police est-elle détestée? Pas plus qu'avant. Ceux qui veulent bien échanger quelques mots avec les gilets jaunes ne sont jamais insultés, bien au contraire, appréciés. Hélas, sans doute sont-ce les ordres, la plupart reste dans un mutisme exaspérant la foule, finissant par en faire des ennemis du peuple. Cette attitude est celle voulue par leurs chefs pour exacerber les tensions au lieu de pactiser. C'est là qu'arrive un parallèle qui pour la première fois m'a sauté aux yeux, la Commune de Paris, les versaillais contre les communards. Bien que plus de deux tiers des français soient contre la politique de Macron, le pouvoir tente de ...

Notre Dame versus Basilique St Denis

Par vendredi 19 avril 2019 Permalink 4

La basilique de Saint Denis a perdu sa flèche il y a près de deux siècles suite à un coup de tonnerre malheureux. Cette sœur aînée de Notre Dame de Paris, gothique sans renier l'art roman, n'a jamais bénéficié de la même attention que l'église parisienne. On s'est habitué à la voir mutiler bien que les dyonisiens, du temps où la ville n'était pas encore musulmane mais beaucoup bretonne (je vous parle d'un temps que les moins de 20 ans...), rêvassent d'une reconstruction que la glorieuse histoire de la nécropole des rois de France eut justifié. De nos jours, la basilique n'est plus qu'un monument laïc, sans office religieux, ouvert aux touristes férus d'histoire de France qui osent encore s'aventurer dans cette banlieue sordide où l'islamisme radical s'est implanté sans rival y interdisant tout ce qui n'est pas halal. La municipalité communiste ou directement issue du mouvement s'est emparée récemment de l'idée de reconstruire la flèche disparue. Ce qui devient intéressant, c'est qu'elle a une optique totalement inverse à celle d'Emmanuel Macron qui veut boucler les travaux de Notre Dame au plus vite, ses 5 ans correspondant certainement aux JO de Paris devenus l'alpha et l'omega des grands projets "rassembleurs" ...

L’ère des ruines

Par jeudi 18 avril 2019 Permalink 5

Nous sommes entrés dans l'ère des ruines, cette époque qui ne laisse que quelques vestiges de la civilisation en voie de disparition. Notre Dame est le symbole épique d'une culture qui s'effondre au milieu des pleurnicheries de citoyens et de croyants incapables de réagir, de faire front, de se battre pour ce qui les a fait. Le relativisme de notre société portant à mettre sur un pied d'égalité toutes les civilisations refusant d'admettre que certaines sont supérieures à d'autres, est suicidaire. Il mène à voir des chefs-d’œuvres de l'humanité être mis dans le même sac que n'importe quelle médiocre mode de vie, n'importe quelle médiocre réalisation. La chrétienté qui ne cessa d'engendrer des merveilles, n'est même pas citer par le président de la république discourant à la télévision, on ne sait pourquoi, pontifiant en cherchant à passer pour un esprit littéraire alors que ses phrases ineptes du genre "chacun a donné ce qu'il avait... Les parisiens se sont réconfortés, les français ont tremblés, les étrangers ont pleuré", je vous jure, je n'invente rien... alors que ses phrases ineptes témoignaient de l'effondrement intellectuel dans lequel nous sommes, peu après la vue d'une cathédrale ravagée par le feu. Décidément si nous sommes unis, ...

La violence doit reprendre à Paris

Par lundi 15 avril 2019 Permalink 3

Dans le conflit opposant le peuple à ses dirigeants, la violence est inéluctable. L'offensive contre la population dure depuis des décennies avec le premier choc pétrolier qui a été le commencement de la course à la profitabilité des entreprises avec l'utilisation du chômage de masse servi par une outrancière immigration pour brider les aspirations à l'amélioration continue des conditions de vie. Les progressistes sont dorénavant ceux qui assument l'aménagement de la régression des classes populaires ou moyennes, la répression à leur encontre. La violence larvée des ploutocrates a depuis l'élection d'Emmanuel Macron été remplacée par des agressions frontales à l'égard des français. L'oligarchie n'avance plus masquée mais à découvert. Le peuple ne peut plus ne pas voir qu'il est la victime d'une minorité attachée à ses privilèges et prête à toutes les oppressions pour les sauvegarder. Depuis novembre, il répond à la violence matérielle et psychologique qu'il subit par la violence physique qui est la seule à sa disposition. La réussite des gilets jaunes est d'assumer la brutalité, d'assumer la volonté d'en découdre avec les symboles du pouvoir et de la richesse. La réussite des gilets jaunes est de ne pas sombrer dans un dialogue lénifiant qui a fait des ...

Aéroports de Paris

Par jeudi 11 avril 2019 Permalink 3

Décidément les aéroports français sont des épines dans les pieds des gouvernements successifs. Casil Europe, l'actionnaire chinois de l'aéroport de Toulouse-Blagnac, "continue de vider les caisses", selon l'enquête de Médiacités qui révèle que le groupe vient de faire adopter le principe de reverser 100% du résultat de l'aéroport en dividendes pour les 5 prochaines années (info France 3 Occitanie avril 2019). Autant dire qu'il n'y aura pas d'investissements de sitôt! Il a fallu attendre le 9 avril 2018 pour voir la ZAD de Notre Dame des Landes parallèlement au renoncement à un grand aéroport international, expulsées. Et aujourd'hui certains s'expriment en ces termes: "Il n’y a pas d’autre lieu où l’on puisse marcher, pique-niquer, s’auto-organiser sur autant d’hectares en étant si loin de l’État. La Zad pose cette question : est-ce que j’ai besoin de mille autorisations pour vivre ou est-ce que je peux inventer ma vie ici et maintenant ?" (Site Reporterre.net) Concernant la privatisation d' Aéroports de Paris que le gouvernement s'entête à poursuivre (on ne sait si c'est pour des raisons idéologiques ou pour remercier Vinci de son aide à l'élection de Macron, il y a 2 ans...), plus de 200 parlementaires de droite et de gauche se sont ...

Dionysos et les gilets jaunes

Par mercredi 10 avril 2019 Permalink 1

Alors qu'Apollon est le dieu de la mesure, le peuple s'approprie Dionysos, contrecarrant l'état et la régression sociale. Plus que jamais les médias et donc ceux pour qui ils roulent, l'oligarchie, la ploutocratie, les dominants... se veulent une posture apollinienne, stable, ordonnée, rationnelle se targuant de pédagogie, d'explications pour les masses afin de leur faire accepter leur situation décrépite. Et de voir quel impôt pourrait être supprimer sans que rien ne change, quel avantage pourrait être accordé sans qu'il ne coûte, sans qu'il ne grève la fortune de ceux qui en ont une, de subodorer quelle nouvelle organisation de l'état simulerait un renouveau, quels arguments peuvent être apportés à la réflexion et ceux qu'on doit catégoriquement rejeter... Leurs débats se donnent l'air d'éclairer en voulant canaliser les pulsions de ceux qui n'ont plus qu'un Dieu, Dionysos. L'important pour le pouvoir est de contrarier l'ordre naturel des choses, de bousculer ce rythme dialectique où le peuple meurt régulièrement pour mieux renaître. Et cette renaissance va de paire avec celle d'un monde nouveau. Le génie n'éclate qu'après le remise en cause de ce qu'on croit être immuable. Mais nos dirigeants qui représentent la classe la plus privilégiée, refusent tout basculement naturel, dionysiaque, et ...

UE: voter ou ne pas voter

Par lundi 8 avril 2019 Permalink 1

That is the question! Et la réponse se situe dans le fait de savoir si l'oligarchie peut continuer son accaparement de la souveraineté et des richesses avec, par exemple, seulement 20% de votants. Peut-elle, avec des œillères, négliger l'abstention massive, protégée par un état policier, un état où le flic mieux payé que le reste de la population, se met corps et âme au service de la ploutocratie, au service du capital pour brider les aspirations populaires? Un état où le flic devient l'accompagnateur des médias comme ses syndicalistes le sont tous les samedis par leurs commentaires à la télé pour brider les français? On est tenté de penser que pour les dirigeants seul compte le résultat comme lors de la dernière présidentielle. Avec la manière, ils s'arrangent, fabriquent un récit matraqué afin de continuer à singer un régime démocratique. Et pour enrober la fiction, des chiffres fabriqués pour témoigner de la redistribution des richesses, sont assénés à la face de tous ceux qui s'appauvrissent un peu plus tous les jours pour s'auto-féliciter de la politique suivie et pour leur reprocher leur propre déclassement. Comme tout se passe ainsi actuellement contre l'évidence de milliardaires toujours plus milliardaires et d'un peuple ...

Fin du grand débat et bientôt de Macron

Par vendredi 5 avril 2019 Permalink 3

Décidément Emmanuel Macron a beaucoup de mal à voyager à travers le territoire français. Hélicoptères, voitures blindées arrivant la veille par avions, forces de l'ordre par centaines l'accompagnent dans tous ses déplacements. Ses visites sont systématiquement chahutées comme jamais l'ont été aussi régulièrement celles de ses prédécesseurs. Si, sur le moment, les chaînes d'information en continu en font état, tous les médias se taisent ensuite concernant la situation particulièrement impopulaire du président pour ne diffuser que son numéro de claquette bien rôdé devant ses interlocuteurs. Et ils appellent cela débattre!!! 69% des français déclarent d'après un baromètre publié hier pour "Les échos" et "Radio classique" qu'ils ne font pas confiance à leur dirigeant... Après moins de deux ans aux affaires! Et on ose nous dire qu'Emmanuel Macron n'a pas de problème de légitimité alors qu'il n'est en fait légitime que pour la ploutocratie et l'oligarchie qui se pavanent sous les sun-light des studios pour asséner leur bonne parole. La population est à l'évidence complètement mise de coté et la démocratie bafouée. La souveraineté n'appartient pas au peuple dont l'autorité est en train de redevenir nulle après le soubresaut de décembre dernier mais à une aristocratie de plus en plus imbue ...

Ce périurbain qui dérange!

Par mercredi 3 avril 2019 Permalink 2

Le périurbain est dans le collimateur des caciques parisiens. Comme les gens y votent mal, i. e. ne votent pas pour eux, les habitants y sont attaqués de manière obséquieuse en s'apitoyant hypocritement sur la vie qu'ils mènent. Ah, les fameuses femmes seules avec enfants, leitmotiv des faux-cul! Ah, les longs trajets en voiture diesel pour se rendre au travail, leitmotiv d'un milieu qui vit entre deux aéroports! Ah, les sorties "culturelles" impossibles, leitmotiv des intellectuels de gôche toujours plus cons! La péri-urbanité serait composée de pauvres hères reclus dans un monde hors de la modernité. Mais, curieusement alors que dans les années 70 le rêve des jeunes étaient de vivre à Paris, la plupart aujourd'hui souhaite aller à la campagne. Paris ne fait pas rêver. Les grandes villes sont une nécessité, une obligation. Pas un choix. Si le périurbain est l'histoire d'une déportation des familles ouvrières françaises un peu embourgeoisées, chassées par l'immigration depuis 40 ans, il est devenu une préférence. Oui, contrairement à tout ce qu'on entend dire, l'image d'une vie plus douce est ressentie au travers d'un rapprochement avec les champs, les forêts, les rivières et la mer. Les gens n'y ont qu'une peur: voir s'agrandir à l'infini ...

Autisme et grand débat

Par mardi 2 avril 2019 Permalink 3

Alors que ce 2 avril est la journée mondiale de sensibilisation à l'autisme, Emmanuel Macron poursuit son grand débat national avec les parlementaires. Pourquoi pas, vu qu'on est dans le grand débat permanent? Gouvernement et députés vont pouvoir faire semblant de se chamailler pour que rien ne change jamais! Les gilets jaunes, pourtant, agitent tous les samedis des idées véritablement subversives comme rien de moins que la contestation du système républicain. "La démocratie, pas la république" était écrit sur le gilet d'un manifestant. Evidemment les médias n'en parlent pas. Débattre sans changer l'oligarchie, sans changer la classe sociale dominante, sans changer la partition entre ceux qui font un fric fou et ceux qui ont du mal à joindre les deux bouts, sans changer ceux qui naissent avec une petit cuillère en argent dans la bouche et ceux qui n'en auront jamais, non pas à cause de leurs mérites mais à cause de leur prédestination implacable, enfin débattre pour surtout ne rien faire sur rien est la mission que se donnent nos élus depuis des décades pour tirer profit du régime sans se casser la nénette! Les autistes au pouvoir et à l'assemblée vont aujourd'hui se régaler: c'est leur journée. Qu'ils en ...