Bolsonaro, faire-valoir de Macron

Par samedi 24 août 2019 Permalink 1

C'est donc parce que Jair Bolsonaro, le président brésilien fraîchement élu, aurait menti sur ses engagements climatiques et serait dans le déni à propos du réchauffement de la planète qu'Emmanuel Macron s'oppose à l'accord UE - Mercosur en l'état. Cette anecdote est tragique et révélatrice si on considère ce traité comme le coup de grâce porté à la paysannerie française. Pendant qu'un véritable plan social discret mais radical est mis en place dans le secteur agricole tendant dans un premier temps à diviser par trois le nombre d'agriculteurs puis en supprimer encore et encore après cette première étape, tout en rejetant catégoriquement l'idée d'une autosuffisance alimentaire de la France qui témoignerait pourtant d'une vraie vue de long terme, la préoccupation du dirigeant français se porte sur la planète. Ses concitoyens ne l'intéressent décidément pas. Il se mobilise pour un événement dont personne ne sait en réalité les conséquences. Le politicien est dans l'illusionnisme, le virtuel pour ne pas remettre en cause son combat bien réel ultra libéral. Les brésiliens peuvent bien cultiver avec des OGM ou bourrer leurs bêtes d'antibiotiques, ça ne pose aucun problème à Macron. Mais qu'ils élisent un souverainiste à leur tête et notre dirigeant les met ...

L’Italie, un laboratoire

Par jeudi 22 août 2019 Permalink 1

L'Italie n'est plus très loin d'être un laboratoire pour une Europe alternative. Certes dans son régime parlementaire, les entourloupes sont toujours possibles. La plus plausible étant un mariage de la carpe et du lapin entre le parti 5 étoiles et le parti démocrate de Matteo Renzi. Ce dernier, une sorte de clone transalpin de notre Macron national et son parti de notre LREM national, très engagé dans cette éventuelle alliance qui ferait une majorité d'élus à la chambre, n'a pas hésité à déclarer qu'"il faut empêcher le retour aux urnes voulu par Matteo Salvini". La grande peur de ce "démocrate" est de laisser la parole au peuple vue que sa cote de popularité est catastrophique depuis son passage au poste de président du conseil d'où il a été éjecté suite à un référendum largement perdu. Chat échaudé craint l'eau froide!!! Salvini demande les pleins pouvoir aux italiens comme De Gaulle les avaient demandés en son temps aux français. Pour ça, il ne compte pas sur la classe politique italienne ou sur le président italien Segio Mattarella, un démocrate aussi et on sait ce que ça signifie, qui pousse pour la formation d'un nouveau gouvernement sans, évidemment, retour aux urnes. Bien ...

Zut, pas de canicule en août!

Par mardi 20 août 2019 Permalink 1

Les médias sont actuellement bien embêtés: le mois d'août n'a pas été particulièrement chaud, au contraire... La peur du temps qu'il fait, a du coup considérablement régressé. C'était pourtant bien parti entre fin juin et la mi juillet où trois, quatre jours de canicule furent mis en exergue autant que possible. A partir de + 30°, on peut commencer à causer! Et ça a causé dans la télé et dans la radio! Bouh, le gaz carbonique! Bouh, les diesels interdits de circulation! La fin du monde approche. Il n'y aura plus de neige nulle part, plus de glacier nulle part, plus d'ours blancs, non plus même si au dernier recensement ils n'ont jamais été si nombreux!!! Et les eaux vont monter, monter. Plus de plage nulle part... Certes ça fait bien trente ans qu'on nous dit qu'il y aura plus de plage et il y en a toujours... Et les pauvres du tiers monde? Engloutis par les eaux! Bons ils n'ont jamais été aussi riches au point de les appeler émergents mais ça craint quand même... Canicule en 2003 et vlan c'est reparti comme en 14, en 2019... Et il y en aura de plus en plus, vous verrez! Tremblez ...

La rentrée

Par lundi 19 août 2019 Permalink 1

Les chantiers pour la rentrée restent toujours les mêmes, vu que rien n'a été fait pour s'y atteler. Les fractures françaises sont béantes avec des inégalités de pouvoir d'achat monstrueuses comme jamais, avec le communautarisme religieux, avec l'abandon des territoires, avec des services publics en souffrance, avec le chômage remplacé par des stages (!), avec l'absence d'une vraie politique écologique pour le respect du monde animal et végétal, avec une Union Européenne déliquescente dans laquelle plus personne ne se retrouve. Nos dirigeants ne semblent avoir aucune solution à tout ça colmatant les brèches au fur et à mesure qu'elles apparaissent trop visiblement avec leur fameuse boite à outil faite de bouts de ficelle. Le macronisme est un conservatisme ultime avec la peur du peuple bien inscrit dans son ADN. Les privilégiés doivent absolument le rester et l'immense masse de ceux qui ne le sont pas doit se contenter de ce qui lui est laissé, le moins possible, juste assez pour essayer d'assurer la paix sociale. Le progressisme de Macron concerne sa classe de riches. Le "régressisme" est son credo pour les français parce que pour protéger son clan, pour assurer sa perpétuation, la seule issue est la résignation du peuple ...

Affaire conclue

Par samedi 17 août 2019 Permalink 4

Pour un week-end du 15 août, une fois n'est pas coutume, pas la peine de se prendre la tête et intéressons-nous à une émission de divertissement du service public appelée "Affaire conclue"! Le principe: 4 ou 5 professionnels antiquaires-brocanteurs plus ou moins toujours les mêmes, présents sur un plateau de télévision, achètent en enchérissant les uns sur les autres des objets proposés par des téléspectateurs, précédemment estimés par des commissaires priseurs. La présentatrice, Sophie Davant, genre MILF, pilier du petit écran, assume sa mission très décontractée, voire détachée, prenant parfois les candidats vendeurs un peu par dessus la jambe, n'hésitant pas non plus à assumer un certain snobisme dans ses goûts qui se révèlent au fur et à mesure des objets présentés. Les commissaires priseurs jouent le rôle d'experts qu'ils ne sont pas en réalité bien qu'évidemment ils voient passer pas mal de choses... Ils assument l'aspect instructif de l'émission. Les antiquaires brocanteurs ont un rôle clé puisqu'ils font du candidat une heureuse personne quand ils paient un bon prix ou un looser quand ça ne les intéresse pas. De toute manière, ils achètent pour revendre et ne donneront normalement pas le prix maximum. Ce qui est intéressant dans cette émission ...

Un grand malheur

Par mardi 13 août 2019 Permalink 2

Les conditions historiques s'agglomèrent pour un grand malheur en occident et en particulier pour notre ex Europe judeo- chrétienne à l'agonie. Les milieux riches voient, dans les peuples laissés libres de leur choix, un risque aggravant, accélérant l'inéluctable décrépitude. Les milieux populaires sentent qu'à abandonner le pouvoir à une minorité privilégiée, celle-ci entraîne le monde vers le précipice. Les conditions économiques et financières se dégradent rapidement et la création monétaire qui a servi à mettre sous le couvercle la crise des supprime, est entrain de ne plus être d'aucune utilité en ne sachant venir à bout des disfonctionnements et des abus de richesse patents et injustifiés. L'ébauche d'effondrement des places boursières de l'annee dernière à l'air de vouloir se concrétiser cette année avec cette fois un indice qui n'était pas là il y a un an: la hausse de l'or. C'est l'ultime signe de pessimisme. Si les taux souverains négatifs sont le reflet d'une tragédie à venir, ils n'en restent pas moins la croyance qu'une certaine finance subsistera après le crac. La valeur de l'or reflète rien de moins que le danger de capitulation totale du système mondial. L'UE rajoute aux nuages noirs internationaux sa propre dépression politique. Ses institutions sont si ...

Globalisation et dislocation

Par jeudi 8 août 2019 Permalink 4

À force de se globaliser le monde perd toute cohérence. Trois sujets d'actualité dénotent assez bien par leur dissemblance sa déconstruction. Les être humains n'ont plus grand chose à voir entre eux. La guerre commerciale que se livre les USA et la Chine est une remise en cause pure et simple de la globalisation avec apparemment les chinois dans le rôle des mondialistes et les américains dans celui des protectionnistes. C'est en fait plutôt une histoire de leadership. Cette guerre vire en guerre monétaire avec des conséquences financières qui mettent le monde au bord de la récession. Tout se joue à coup de milliards de milliards et dépasse complètement le citoyen qui n'y peut strictement rien mais qui en subira le premier les conséquences. Ce dernier l'a d'ailleurs bien compris. Et c'est à une toute autre echelle que, cet été, en France, il vandalise les permanences parlementaires des députés qui au lieu de tendre vers un isolationnisme qui pourrait partiellement nous protéger de vents mauvais, s'engouffrent dans le commerce internationale jetant la population dans les affres d'une mondialisation incontrôlée. À Hong Kong, il lutte contre le pouvoir central. Au Royaume-Uni, ils arracheent leurs liens avec Bruxelles, une puissance supranationale. Aux États Unis, ...

Hong Kong et les medias

Par mardi 6 août 2019 Permalink 5

France Culture, ce matin, proposait un longue émission sur les émeutes de Hong Kong qui se déroulent actuellement. Les gentils étaient cette fois les émeutiers et les méchants la police, le gouvernement et le régime chinois. Pourquoi pas?... Mais je me souviens de cet hiver quand l'animateur de cette même plage horaire se plaignait des gilets jaunes et du battage médiatique qui était fait autour!!! Autre lieu, autres mœurs! Bref, ce deux poids, deux mesures n'empêche pas de relever deux choses: La première, c'est qu'il nous fut expliqué assez clairement la manière de se protéger des bombes lacrymogène à condition d'être un peu intrépide. On apprend que les manifestants doivent entre autres, les couvrir d'un récipient pour éviter que l'odeur se propage. Je pense qu'un peu vicieusement, ce passage concernant les manifestations hongkongaises etait fait pour les français... La censure rode et les journalistes prennent des précautions! Pour plus de détail se reporter à ce passage éducatif de l'émission entre 7h30 et 8h30. La seconde et incontestablement c'est un peu fort de café, à aucun moment la crise de Hong Kong ne fut mise en relief avec la violente crise commerciale entre la Chine et les États Unis. Comment un observateur ...

La détestation envers la police

Par dimanche 4 août 2019 Permalink 3

La détestation (on dit désamour en nov'langue) entre la police et la population est le signe d'un changement de régime. "La peur du gendarme" a muté en quelque chose de plus ambiguë. La légitimité même de ses interventions est remise en cause. Elles sont ressenties comme injustes, arbitraires. Derrière les contraventions, les arrestations, ce sont leurs motifs qui révoltent. Deux raisons principales sautent aux yeux d'ailleurs plus dues au pouvoir qu'aux flics qui ne sont que des exécutants. La première correspond évidemment à l'inégalité de traitement. Sur le territoire d'abord avec des zones entières de non droit pour lesquels les lois de la république s'appliquent peu, remplacées soit par celles des gangs, soit par celles de l'islam. Du coup, ailleurs, là où le citoyen doit plier l'échine, il rechigne se sentant comme un bouc émissaire. Mais l'inégalité de traitement apparaît aussi dans l'échelle sociale. Les amendes, par exemple, auxquelles on n'échappe pas dès qu'on a une voiture, agissent comme un impôt indirect plus injuste que la TVA puisqu'elles deviennent complètement exorbitantes pour une catégorie de citoyens alors qu'une petite partie de la population a les moyens de s'en accommoder. Les restrictions du droit à la libre circulation selon qu'on peut se ...

Steve, une autre occasion

Par samedi 3 août 2019 Permalink 4

Le jour de tous les dangers des hommages à Steve est venu. Partout en France, black blocs, gilets jaunes, teufeurs et citoyens de tout poil vont se rassembler. C'est une nouvelle fois l'occasion de s'en prendre au gouvernement et à Emmanuel Macron. Bon prétexte puisque le jeune homme mort est le dernier symbole en date de violences policières encouragées par Christophe Castaner qui donne le ton de la répression. L'état s'en prend aux révoltés et par extension à tous ceux qui se rassemblent sur la voie publique ne respectant pas les consignes préfectorales le petit doigt sur la couture du pantalon (je ne parle pas des banlieues qui ont le droit de faire ce qu'elles veulent!). Il n'y a plus guère de limite. Tout un arsenal plus ou moins arbitraire et de plus en plus restrictif est utilisé par les dirigeants français se targuant d'une légitimité démocratique suspecte pour casser de l'opposant politique. Mais la désobéissance au pouvoir prend chaque jour des formes variées qui s'adaptent aux mesures venues d'en haut pour l'étouffer. Cela a commencé il y a 9 mois par des cortèges se dirigeant vers l'Elysée et des entraves à la circulation sur les ronds points. Puis, des ...