Maracineanu et de Rugy: Que d’émotions!

Par mercredi 5 septembre 2018 Permalink 3

Nous vécûmes hier l'une de ces journées cruciales dans la vie d'une nation qui marque à jamais l'identité d'un pays, sa grandeur, sa destinée. Certes, il y a bien eu le remplacement de Laura Flessel par Roxana Maracineanu qui en disait déjà long sur la volonté politique de changement, inébranlable doxa du président de la république.  Emmanuel Macron faisait passer la France sportive du joug d'une escrimeuse à celui d'une championne de natation. Quel hardiesse! Quel symbolique! Tout le monde pouvait ainsi comprendre que notre immense chef d'état que la terre entière nous envie, allait dorénavant nager en eaux troubles. Rassure-toi, Manu! Le message est passé et les français sont avec toi. Alors que ce premier bouleversement agitait les consciences partout, et qu'il eût suffi à faire jaser pendant des semaines, notre prestigieux chef d'état, plus audacieux que jamais, ne s'arrêtait pas là. Il osa ce coup de théâtre invraisemblable qui personnellement rend encore ce matin mes doigts fébriles sur les touches de l'ordinateur. François de Rugy, le deuxième homme que la terre entière nous envie, allait faire son entrée au gouvernement à la place de Nicolas Hulot. D'abord, immédiatement, je tremblais pour l'assemblée nationale. Qu'allait devenir la grande institution sans ...

Mélenchon: cet homme est dangereux

Par dimanche 26 août 2018 Permalink 2

Le discours de Jean-Luc Mélenchon est attractif sur de nombreux sujets. Pourquoi le nier? Quand il promet une raclée à Emmanuel Macron lors des élections européennes, on est tous séduits. C'est quand même autre chose que cette pauvre Valérie Pécresse qui ménage la chèvre et le chou avec un positionnement confus parce que, en fait, rien ne la sépare du premier ministre actuel dont tout le monde oublie le nom mais que les sondages disent populaire. Ah! Sacrés sondages! Avec Mélenchon, au contraire, on est séduit. Quand il rentre dans le lard des dirigeants, il le fait maintenant avec des accents à la Coluche qui mettent les rieurs derrière lui. Ainsi l'auditeur en oublie la contradiction majeure de son projet politique, être immigrationniste tout en voulant faire du social. Comme on ne peut pas être foncièrement libéral sans être immigrationniste (et c'est pour échapper à ce dilemme que Laurent Wauquiez recherche des accents gaullistes "historiques"), il est financièrement impossible d'accepter l'entrée en masse des migrants en Europe tout en voulant un état protecteur. Incompatibilité totale. C'est logiquement d'ailleurs que Macron détricote le modèle social français. Le projet Mélenchon est une arnaque. La gauche allemande vient de le comprendre en conservant un ...

Luigi Di Maio menace l’UE

Par samedi 25 août 2018 Permalink 2

I want my money back! C'est une version remixée du grand air de Margaret Thatcher que joue Luigi di Maio en direction de l'Union Européenne. Il menace, en accord avec ses alliés de La Ligue, de ne plus régler la contribution de l'Italie au fonctionnement de l'organisation supranationale si un accord sur les migrants arrivant dans les ports italiens n'est pas trouvé. Pour le moment Bruxelles fait le gros dos espérant voir passer l'orage. Peut-être certains songent-ils à une simple rodomontade de la part du leader de La Ligue? Néanmoins, il est plus que probable que son opinion publique chauffée à blanc sur la question migratoire soit derrière lui. Mieux même, une large partie des citoyens européens voit en l'attitude du gouvernement italien un porte-parole de cette majorité de moins en moins silencieuse qui ne supporte plus l'invasion actuelle. Alors quand un fonctionnaire de la commission européenne déclare qu' «en Europe, les menaces ne servent à rien et ne mènent nulle part», on assiste là encore à ce vice de plus en plus inacceptable de l'UE qui est de construire une idéologie européenne sans les peuples, sans leur accord, sans leur adhésion. Après le verrou anglais du Brexit, un verrou italien ...

ça fait pschitt

Par samedi 4 août 2018 Permalink 1

On connait dorénavant la grande expression pour discréditer toute opposition au régime Macron: "ça fait pschitt!" Toute contestation finit dorénavant soi-disant par faire "pschitt". Avec leur pschitt, les médias ont tout dit! Le sujet ne prend pas, le sujet n'intéresse pas, voire même les français ne sont pas d'accord avec le sujet de contestation. Et ce pschitt est si bas de gamme qu'on a dû se dire en haut lieu qu'il était parfait pour les masses populaires. S'il y a une cinquantaine d'année, le mot d'ordre était de faire confiance aux masses, de s'appuyer sur elles, de les mobiliser sans réserve, il ne s'agit plus maintenant de les éduquer, bien au contraire. Mieux qui dit masse populaire dit populisme, terme honni pour faire croire que seule une certaine élite autoproclamée a le droit de décider. Avec le pschitt, on démobilise tant qu'on peut pour que la population ferme sa gueule! L'onomatopée est parfaite quand il s'agit d'abêtir. Le pouvoir dévalorise ainsi le mécontentement et évite le retour à une conscience de classe. Avec un pschitt, on ne risque pas de penser beaucoup... Quand nos journalistes et commentateurs s'exclament de la sorte, ils font semblant de se faire passer pour les porte-parole de ...

Plateformes de débarquement, c’est pas gagné…

Par vendredi 13 juillet 2018 Permalink 2

La réunion d'Innsbruck des ministres de l'intérieur de l'Union Européenne a démontré les tensions existantes entre les pays. Les commentaires complètement contradictoires à propos de cette journée qui devaient mettre en musique les décisions floues prises par les chefs d'état quelques jours auparavant témoignent à eux seuls de la discorde. Les aspects pratiques pour limiter le flux migratoires sont donc reportés pour le moment en septembre. L'histoire des plateformes de débarquement est particulièrement emblématique. Du coté de l'organisation européenne, le commissaire aux migrations Dimitris Avramopoulos s'énerve: "Est-ce que quelqu'un connaît des pays hors de l'Europe, dans la périphérie de l'Europe, qui seraient prêts à accueillir de tels camps ? Moi je n'en connais pas". Dans le même esprit, i.e. celui où rien n'est possible et cette fois en frôlant le point Godwin le ministre luxembourgeois s'est indigné en déclarant que l'idée de ces centres hors d'Europe "ne devrait pas être discutée entre des Européens civilisés". Ben voyons! Encore un monsieur pour qui la morale et les bons sentiments se situent au niveau de l'anéantissement des valeurs  judéo-chrétiennes ou gréco-romaines de l'Europe! Du coup, le Haut commissariat aux Nations Unies pour les Réfugiés et l'organisation internationale pour les migrations vont à la ...

Match Merkel-Seehofer

Par lundi 2 juillet 2018 Permalink 2

On croyait Angela Merkel sortie d'affaire dans sa guerre avec son ministre de l'intérieur, Horst Seehofer, après qu'elle ait déclaré s'être mise d'accord pour réexpédier les migrants venus sur le sol allemand dans le pays d'Europe où ils avaient été enregistrés, soit en clair il s'agissait de la mort de l'espace Schengen puisque la libre circulation devenait interdite. Mais, en fait, à en croire le groupe de Visegrad, l'Autriche et l'Italie, elle mentait! Ces pays ne sont pas prêts à reprendre les migrants qui ont quitté leur territoire pour voir si l'herbe est plus verte outre Rhin. Leur opinion publique est soulagée. Celle de la Bavière est au bord de la crise de nerf! La CDU et la CSU, parti bavarois frère jusqu'à il y a peu, vont se rencontrer pour une réunion de la dernière chance ce soir à 17h. Seehofer (CSU, ministre de l'intérieur) a mis la démission de toutes ses fonctions en jeu. Les hommes politiques allemands ne tergiversent décidément pas! Mais le psychodrame s'explique principalement à l'aune des élections fédérales qui vont avoir lieu cet automne en Bavière. AfD, le parti anti immigration, est sur les talons de la CSU qui doit maintenant muscler son jeu s'il ...

La crise migratoire à son paroxysme

Par vendredi 22 juin 2018 Permalink 1

La proposition d'expulser d'Allemagne tous les demandeurs d’asile déjà enregistrés dans un autre pays européen a été mise sur la table par le ministre de l'intérieur Horst Seehofer. Dans ces conditions, le mini sommet européen à venir sur l'immigration apparaît de plus en plus comme un gag. Non seulement l'Union Européenne est très divisée, le groupe de Visegraad n'y participant pas, mais dans le sein du gouvernement du pays le plus important de l'UE, Merkel et le bavarois Seehofer (CDU) envisagent la crise migratoire de manière totalement opposée. Le risque de voir la gouvernement Merkel sauté si ce n'est dans les jours à venir, du moins à l'automne prochain après les élections en Bavière où la CDU est en train de se faire déborder par l'AfD, n'est plus du tout une hypothèse d'école. Dans cette affaire européenne, les gouvernements français et espagnols jouent le rôle des ravis de la crèche! Avec eux tous les habitants des pays pauvres peuvent entrer en Europe et tant pis pour les européens qui n'auront qu'à se pousser. L'histoire des étudiants espagnols relogés ailleurs pour laisser la place aux migrants de l'Aquarius en dit long! Mais face à eux un front s'organise. Le groupe de Visegrad, ...

L’utopie contestée de Notre-Dame-des-Landes

Par mercredi 18 avril 2018 Permalink 2

Le site naturel du bocage de Notre-Dame-des-Landes a résisté à un aéroport pendant plusieurs décennies. Sa faune et sa flore résisteront-elles à l'assaut des forces de l'ordre à coup de blindés et de grenades lacrymogènes? La question va finir par se poser compte tenu de l'enlisement de la situation et la résolution des Camille à ne pas souscrire aux propositions de l'état! En fait, le préfet, représentant des membres du gouvernement, tente d'individualiser le conflit. On est ici complètement dans l'idéologie du macronisme, le chacun pour soi, la libre entreprise individuelle, la lutte pour la vie qui en résulte fatalement. Il s'agit avant tout de prendre chacun des occupants de Notre-Dame-des-Landes et de leur faire signer un papier qui engage leur propre personne physique transformable probablement en personne morale pour ceux qui prospéreront... Diviser les Camille le plus possible pour qu'il n'en reste rien en les fondant dans le moule du marché libre et non faussé! On voit bien l'acharnement à détruire toutes les espèces de phalanstères éparpillées sur le bocage. Tout ce qui est maison commune pouvant accoucher dans la discussion d'un socialisme libertaire, d'un mutualisme défiant l'état, d'une révolution au sens intellectuel ou économique du terme est banni. Ce ...

La loi travail comme dans du beurre?

Par samedi 2 septembre 2017 Permalink 1

Quelques cris d’orfraies pour le principe, mais les petits pas de la loi travail allant vers plus de précarités ne soulèvent pas les foules pour le moment. Les entreprises du cac 40 réalisent des profits de 50,2 milliards soit plus de 26% de hausse par rapport à l'année dernière. Mais personne ne met rien en rapport et ces résultats n'empêchent pas les multinationales qui ont été sauvées directement ou indirectement par l'état il y a même pas 10 ans, de mettre la pression sur la population avec l'aide du gouvernement. Par dessus le marché, pas question pour les gros actionnaires de faire des efforts puisqu'ils vont être exonérés d'impôt sur leur patrimoine. C'est donc aux "gens", comme dirait Mélenchon, de se serrer la ceinture. La propagande médiatique est soulagée. Si les journalistes depuis les élections avaient repris un peu de liberté de parole en se gaussant, par exemple, de la côte de popularité d'Emmanuel Macron, ils sont tous, ces derniers jours, rentrés dans le rang derrière le gouvernement pour dégonfler une rentrée sociale éventuellement tumultueuse. Les enquêtes d'opinion se multiplient pour dire que les français sont satisfaits des ordonnances. Comme si nos concitoyens avaient compris quoique ce fût à ce texte ...

L’attentat des ramblas et les médias

Par vendredi 18 août 2017 Permalink 1

Le drame des ramblas met en exergue l'attitude des médias vis à vis des attentats islamistes. Alors que les chaines d'info en continu se multiplient comme des petits pains, celles-ci ont renoncé à relater les faits pour se concentrer immédiatement sur l'analyse. Une bombe, un véhicule fou, et arrivent sur le champ deux ou trois débateurs professionnels spécialistes de l'entre-soi dissertant sur le terrorisme. Certains parviennent même à évoquer la bande à Bonnot ou le nihilisme russe... Sinon, il y a toujours un musulman de service pour nous montrer que les arabes ne sont pas tous comme ça, pour que le téléspectateur ne mette pas tout le monde dans le même panier. Bref, un bavardage sans fin se substitue donc au choc des images, au choc des faits. Car les faits sont têtus et ils dérangent la bien pensance dans un pays où la communauté musulmane est la plus importante d'Europe. Alors qu'hier la planète entière comptabilisait le nombre de morts et de blessés, nos chaines peu enclines à se démarquer du pouvoir où qu'il soit, relayaient l'information officielle d'un mort et quelques blessés. Et ils sont restés sur ce mensonge le plus longtemps possible jusqu'à ce qu'il ne soit plus ...