Macron est congédiable aux présidentielles 2022

Par lundi 18 novembre 2019 Permalink 1

Emmanuel Macron peut perdre les élections présidentielles 2022. Malgré les tentatives médiatiques de démoralisation du peuple français pour qu'il s'abstienne de voter en croyant les jeux faits, l'hypothèse est vraisemblable. La personnalité de Macron révulse. En prenant comme postulat que Marine Le Pen sera au second tour, la seule manière pour faire échouer l'actuel président est que lui ne le soit pas. Lapalissade? Pas vraiment. Alors qu'il avait battu tous ses opposants en 2017 au premier tour, il faut un opposant qui puisse le dépasser au 1er tour de 2022 en plus de Marine Le Pen. Et cela se joue à quelques points près. Et cela est jouable. En deux ans et demi une figure à la fois suffisamment charismatique pour les français et qui n'effraie pas assez l'oligarchie pour que les médias organisent un tout sauf elle, est probablement capable d'émerger. Nos caciques doivent voir en elle un moindre mal et pour cela les mouvements sociaux doivent se poursuivre au point de faire peur comme il y a un an. Alors que certains envisagent déjà les événements de samedi comme un baroud d'honneur, il ne tient qu'aux gilets jaunes de prouver qu'il s'agit d'une résurrection. La situation du président ...

Xavier Dupont de Ligonnès

Par dimanche 13 octobre 2019 Permalink 1

Nos médias "en un instant répandent des bobards inventés". Ils se sont particulièrement distingués hier à propos de l'affaire Xavier Dupont de Ligonnès où pendant seize heures il n'a été question que de la capture du présumé tueur de toute sa famille comme s'il s'agissait d'un événement à l'intérêt tout à fait extraordinaire et exclusif, puis pendant toute la fin de la journée n'ont gratifié les français que de l'erreur qui avait été faite sur l'identité de la personne capturée. Pas de Dupont de Ligonnès en vue! Rien de grave néanmoins, ce fait divers monté en épingle a parmi de ne plus parler de Lubrizol ou de Sylvie Goulard. Autant le sujet d'un tueur ne dérange guère quand il n'est pas musulman et peut être seriné à l'envi autant les sujets politiques sont de la glycérine. Depuis que les journalistes ne relaient plus que les informations venues du gouvernement ou de la police, leur travail d'investigation se réduit comme peau de chagrin. On le voit par exemple avec les mensonges répétés du ministre de l'intérieur qui passent pour des vérités premières servant à étayer les chroniques des penseurs officiels. Nos journalistes se gardent bien de diffuser les rumeurs sur internet qui ...

Le débat sur l’immigration

Par jeudi 19 septembre 2019 Permalink 5

La grande excitation médiatique à propos du débat sur l'immigration voulu par le président de la république est inversement proportionnelle à ce qu'il en sortira! Tout le monde le sait. L'oligarchie fait semblant et est tellement sure d'elle qu'elle n’hésite pas à fournir du temps de parole à Marine Le Pen à l'assemblée nationale. Matthieu Orphelin, le non inscrit "généreux", sera récompensé dans quelques semaines ou quelques mois par Emmanuel Macron qui grâce à ce geste donne un minimum de substance au bavardage à venir. Tout l'été la France a récupéré la majeure partie des migrants de Méditerranée avec l'Allemagne. Alors que les autres pays d'Europe n'en peuvent plus de l'invasion permanente, nos médias ne cessent d'expliquer aux français qu'ils sont dans une société multiculturelle et qu'on ne peut rien contre ça. Il n'y a pourtant pas si longtemps au lieu de multiculturalisme, les mêmes parlaient d'assimilation! Comme la réalité est tellement loin du compte et le pays si clairement parcellisé, l'assimilation ne veut plus rien dire. Assimiler à qui, à quoi? A un français du 93 ou à celui d'un joli village fleuri? Les français ne savent plus qui ils sont. C'est affreux. L'état les a dépossédés d'une fierté historique, ...

La RATP en grève

Par jeudi 12 septembre 2019 Permalink 1

Une très importante grève de la RATP risque de toucher la région Île de France demain. Cette journée semble de celles qu'a connu Alain Juppé en 1995 sauf que seule la RATP se mobilise. Cela paralysera néanmoins l'activité à Paris. C'est un mouvement catégoriel de gens ultra favorisés dans une entreprise infiltrée par l'islam radical. La révolte sociétale des gilets jaunes n'est pas l'affaire de ces fonctionnaires juste intéressés par leurs avantages acquis depuis la fin de la seconde guerre mondiale. Aucune vue globale au travers de cette mobilisation. Aucune remise en cause du monde dans lequel vivent les citoyens français, n'est ici mise en exergue. C'est une grève à la vue courte qui emmerdera tout ceux qui ne travaillent pas à la RATP. Si elle s'était inscrite dans un contexte de révolution patriote avec une échelle de mobilisation nationale générale, le sentiment des français eut pu être enthousiaste et combatif. Là, il n'y a pas de raison d'avoir une quelconque empathie vis à vis des grévistes. Tout le reste de la France cotise pour que ces gens partent en retraite à 55 ans. On se demande bien pourquoi. La question n'est pas d'approuver une réforme Macron qui amputera le ...

Corrida à Bayonne

Par vendredi 16 août 2019 Permalink 6

Il semble que la présence à une corrida à Bayonne de deux ministres dont celui du bien être animal, Didier Guillaume, l'autre est une femme, Jacqueline Gourault (je ne sais s'il s'agit de sexisme, mais j'attends toujours et, à tort, je m'en rends compte, c'est évident, toujours plus de raison chez la femme!!!) agite le landerneau médiatique comme si ce gouvernement du fric par le fric n'avait pas déjà montré à plusieurs reprises son inintéret à l'égard de la cause animal. Pour ces gens les taureaux comme les loups ou les ours sont bons à abattre. S'ils se laissaient aller, ils participeraient en Afrique à quelques safaris pour exhiber leurs trophées d'animaux sauvages en voie d'extinction sur les murs de leur séjour. C'est bien le genre de ces friqués qui nous gouvernent, meprisant les animaux autant que le peuple. Leur dieu, c'est l'argent et pour en faire plus, plus vite, par exemple, Macron a refusé à ce qu'il y ait des caméras dans les abattoirs où l'infamie règne en maître sous prétexte de religion, mais aussi par connerie. Les mots pour nos dirigeants n'ont aucun sens. Bien être animal, c'est juste de la com', ça ne signifie rien de tangible ...

Salvini le facho

Par samedi 10 août 2019 Permalink 6

Concernant Salvini, le journal Le Monde qui aime à voir chez l'italien des accents fascistes, parle de coup de force quand l'homme politique espère convoquer ses compatriotes dans les urnes en octobre prochain. L'odieux veut rendre la parole au peuple sans changer le scrutin, sans redécoupage des circonscriptions comme les politiciens français aiment tant faire. Non. Juste voter. Comme ça. Quelle infamie! Mon dieu, c'est un illibéral! Avec Illibéral, on met dans le mot tout ce qu'on veut de négatif puisqu'il a été formé pour stigmatiser ce qui ne va pas dans le sens de la démocratie libérale chère à Bruxelles, une démocratie très libérale donc, dirigée par des gens sans légitimité démocratique avec le maintien d'élections surréalistes concernant des politiciens qui n'auront pas les moyens de diriger et ne servant à rien sinon à maintenir l'UE en l'état. Ça fonctionnait jusque là un peu partout grâce aux médias qui mettent au pilori toute idée déviante. Mais actuellement entre le royaume uni et l'Italie, la machine a des ratés mis avec raison sur le compte des réseaux sociaux qui sont le seul espace de liberté laissé " à l'insu du plein gré des elites" au citoyen. Ce n'est pas Macron ...

Les maires de France

Par vendredi 9 août 2019 Permalink 1

Ce soudain engouement pour les maires de France de la part de nos médias et nos politiques me semble bien suspect. Un pauvre homme probablement sincère est mort dans l'exercice de sa fonction et aucun mot d'apitoiement n'est suffisant pour plaindre l'ensemble des élus dont les qualités ne cessent d'être vantées. Ce décès finit par ressembler à unnpretexte, une bonne occasion et comme jamais rien n'est gratuit, quelques arrières pensées doivent motivées ces louanges. En vrac, il s'agit d'augmenter les émoluments des 36000 édiles pour que Macron répare ses phrases maladrooites avec l'argent de l'état sans que la population des gilets jaunes n'y voit trop à redire. Il s'agit de continuer de détruire les territoires tout en faisant preuve d'empathie à l'égard de leurs représentants pour avancer masqué. Il s'agit de redimensionner moralement, le statut d'élu du peuple complètement galvaudé de nos jours. Il s'agit de condamner la violence contre les dirigeants du pays à quelque niveau qu'ils soient (voir les permanences parlementaires ou Bejamin Griveaux). Il s'agit de redonner du lustre à une démocratie représentative de plus en plus contestée vu ce qu'elle est devenue. Il s'agit de faire croire au citoyen que nos institutions restent un rempart à l'extrémisme. ...

Une vie politique surréaliste

Par mercredi 17 juillet 2019 Permalink 3

Dimanche dernier, la manière dont les médias ont relaté l'affaire des gilets jaunes sur les Champs Elysées, valait son pesant d'or. La fête nationale est devenue la fête de l'armée (!) qui n'en demandait pas temps, et les gilets jaunes en portant haut le drapeau de la révolution française se sont vus accuser de s'en prendre à la Grande Muette. Il s'agissait de cacher Emmanuel Macron derrière elle, lui éviter la première ligne et de discréditer un mouvement qui n'a jamais rien eu contre les militaires, au contraire. Les journalistes ont fait semblant de ne pas entendre les "Macron démission" qui n'ont cessé de fuser et se sont lancés avec une belle unanimité dans des explications tordues où le peuple devait être réuni et faire nation comme si le 14 juillet était une espèce de fête de l'indépendance à la manière américaine et ne commémorait pas la revanche des dominés sur les dominants. Noyer le poisson est devenu le mot d'ordre des rédactions pour éviter au chef de l'état d'être considéré comme une sorte de Louis XVI. Mais le 14 juillet avec Macron est décidément toujours un peu surréaliste. En 2017, le général de Villiers aux avant-postes allait bientôt quitter ses ...

Le baccalauréat jeté aux oubliettes

Par vendredi 5 juillet 2019 Permalink 2

Les conditions du baccalauréat sont, cette année, déplorables. L'état n'assume pas son rôle dans ce passage initiatique dont il ne veut plus. Les français éberlués voient des sujets connus à l'avance, des résultats pour certains sus dès hier soir, des professeurs refusant de rendre les copies d'examen, un ministre de l'éducation nationale dépassé qui bafoue le principe d'égalité avec certains élèves jugés sur la moyenne des notes de l'année et d'autres sur leurs devoirs du jour J. Le gouvernement tente de faire passer sa réforme prévue dans 2 ans immédiatement. Il proclamera dans quelques temps pour justifier le changement que les conditions du bac tel qu'on le connaissait ne sont plus possibles alors que c'est lui qui dégrade l'examen sciemment. Depuis des décennies, les élèves étaient sanctionnés en fonction de connaissances qu'ils devaient avoir en commun. Quand chaque lycée aura son bac, les jeunes français ne partageront strictement plus rien entre eux. Certains plancheront sur JJ Rousseau pendant que d'autres en seront à Grand Corps Malade (je ne critique pas le rappeur, il a des beaux textes) et puis plus tard à Booba. Le gouvernement a, en fait, renoncé à inculquer des pans entiers de culture française aux jeunes issus de ...

Pedro Sanchez forme un gouvernement

Par lundi 29 avril 2019 Permalink 3

C'était hier la troisième fois que les espagnols votaient en trois ans pour des élections générales. Il semble que de l'autre coté des Pyrénées, le peuple fasse moins peur. Il faut dire qu'il vote tel que l'oligarchie aime le voir voter. Les "populistes" n'existent pas là-bas ou presque... L'immigration venant, un parti d'extrême droite vient bien de réussir son entrée au parlement madrilène, mais sa campagne phallocrate ne risquait toutefois pas de l'emmener vers des sommets bien qu'il ait été surestimé par les sondages, comme d'habitude pour effrayer les électeurs. On a assez de l'islam pour mettre les femmes plus bas que terre sans voir des catholiques espagnols s'y mettre aussi! Mais malgré cela, Vox, le fameux parti, recueille 10% des suffrages ce qui lui fait faire une entrée fracassante au parlement. "Nous allons former un gouvernement pro-européen qui va renforcer et non pas affaiblir l’Europe" déclare Pedro Sanchez du Parti Socialiste Ouvrier Espagnol vainqueur. Voilà qui doit rappeler des souvenirs à Bruxelles quand Macron fêtait sa victoire sur l'air de l'hymne à la joie, l'hymne de l'Union Européenne. Depuis, le président, complètement isolé sur la scène internationale, est dans les pires difficultés sur la scène nationale. Mais les français qui ...