La macronie montre son vrai visage

Par vendredi 19 juillet 2019 Permalink 2

La façade proprette du nouveau monde de la macronie s'encrasse un peu plus chaque jour. De Benjamin Griveaux à Castaner, le nauséeux remonte et des personnalités, pas jolies du tout, transparaissent derrière une communication qui se veut attirante. Les déclarations du candidat à la mairie de Paris sur ses adversaires malheureux allant d'"abruti" à "fils de pute" dénotent bien que le sourire constant à l'approche d'une caméra de cet individu est faux, archifaux, hypocrite. On le savait particulièrement lâche depuis l'intrusion de quatre gilets jaunes dans son ministère où, au lieu de venir leur parler comme un homme, il s'est fait exfiltré comme une mauviette. On découvre Benjamin Griveaux vulgaire avec ses manières agressives laissant entrevoir un arrivisme hautain teinté de mesquinerie. Ce féal rocardien-strausskhanien qui a fait allégeance à Emmanuel Macron dès 2016, offre cette même arrogance pleine de mépris pour tous ceux qui ne sont pas de son milieu. On sait ce qu'il est advenu en 1789 à cette sorte de ci-devant imbue de sa personne, de sa classe sociale et de ses privilèges... Avec Castaner, la voyoucratie voit ses méthodes remontées jusqu'à la place Beauvau. En décorant des policiers impliqués dans des violences à l'égard des gilets jaunes, ...

Une vie politique surréaliste

Par mercredi 17 juillet 2019 Permalink 3

Dimanche dernier, la manière dont les médias ont relaté l'affaire des gilets jaunes sur les Champs Elysées, valait son pesant d'or. La fête nationale est devenue la fête de l'armée (!) qui n'en demandait pas temps, et les gilets jaunes en portant haut le drapeau de la révolution française se sont vus accuser de s'en prendre à la Grande Muette. Il s'agissait de cacher Emmanuel Macron derrière elle, lui éviter la première ligne et de discréditer un mouvement qui n'a jamais rien eu contre les militaires, au contraire. Les journalistes ont fait semblant de ne pas entendre les "Macron démission" qui n'ont cessé de fuser et se sont lancés avec une belle unanimité dans des explications tordues où le peuple devait être réuni et faire nation comme si le 14 juillet était une espèce de fête de l'indépendance à la manière américaine et ne commémorait pas la revanche des dominés sur les dominants. Noyer le poisson est devenu le mot d'ordre des rédactions pour éviter au chef de l'état d'être considéré comme une sorte de Louis XVI. Mais le 14 juillet avec Macron est décidément toujours un peu surréaliste. En 2017, le général de Villiers aux avant-postes allait bientôt quitter ses ...

Le baccalauréat jeté aux oubliettes

Par vendredi 5 juillet 2019 Permalink 2

Les conditions du baccalauréat sont, cette année, déplorables. L'état n'assume pas son rôle dans ce passage initiatique dont il ne veut plus. Les français éberlués voient des sujets connus à l'avance, des résultats pour certains sus dès hier soir, des professeurs refusant de rendre les copies d'examen, un ministre de l'éducation nationale dépassé qui bafoue le principe d'égalité avec certains élèves jugés sur la moyenne des notes de l'année et d'autres sur leurs devoirs du jour J. Le gouvernement tente de faire passer sa réforme prévue dans 2 ans immédiatement. Il proclamera dans quelques temps pour justifier le changement que les conditions du bac tel qu'on le connaissait ne sont plus possibles alors que c'est lui qui dégrade l'examen sciemment. Depuis des décennies, les élèves étaient sanctionnés en fonction de connaissances qu'ils devaient avoir en commun. Quand chaque lycée aura son bac, les jeunes français ne partageront strictement plus rien entre eux. Certains plancheront sur JJ Rousseau pendant que d'autres en seront à Grand Corps Malade (je ne critique pas le rappeur, il a des beaux textes) et puis plus tard à Booba. Le gouvernement a, en fait, renoncé à inculquer des pans entiers de culture française aux jeunes issus de ...

Pedro Sanchez forme un gouvernement

Par lundi 29 avril 2019 Permalink 3

C'était hier la troisième fois que les espagnols votaient en trois ans pour des élections générales. Il semble que de l'autre coté des Pyrénées, le peuple fasse moins peur. Il faut dire qu'il vote tel que l'oligarchie aime le voir voter. Les "populistes" n'existent pas là-bas ou presque... L'immigration venant, un parti d'extrême droite vient bien de réussir son entrée au parlement madrilène, mais sa campagne phallocrate ne risquait toutefois pas de l'emmener vers des sommets bien qu'il ait été surestimé par les sondages, comme d'habitude pour effrayer les électeurs. On a assez de l'islam pour mettre les femmes plus bas que terre sans voir des catholiques espagnols s'y mettre aussi! Mais malgré cela, Vox, le fameux parti, recueille 10% des suffrages ce qui lui fait faire une entrée fracassante au parlement. "Nous allons former un gouvernement pro-européen qui va renforcer et non pas affaiblir l’Europe" déclare Pedro Sanchez du Parti Socialiste Ouvrier Espagnol vainqueur. Voilà qui doit rappeler des souvenirs à Bruxelles quand Macron fêtait sa victoire sur l'air de l'hymne à la joie, l'hymne de l'Union Européenne. Depuis, le président, complètement isolé sur la scène internationale, est dans les pires difficultés sur la scène nationale. Mais les français qui ...

Notre Dame de Paris

Par mardi 16 avril 2019 Permalink 4

Récemment, l'église de Nîmes a été pillée, celle de Houilles vandalisée, celle de Lavaur dans le Tarn profanée. Ce n'est pas tout: Un feu d'origine criminelle a été déclenché à l'église Saint-Sulpice de Paris, peu après la messe. Ce n'est pas tout: 1 063 attaques d'églises ou de symboles chrétiens (crucifix, icônes, statues) ont été déclarées en France en 2018. Ce n'est pas tout: les « attaques extrémistes islamistes contre des chrétiens » avaient en 2016 augmenté de 38%, passant de 273 attaques en 2015 à 376. Difficile de trouver les chiffres ensuite!!! Ce n'est pas tout: deux églises sont profanées chaque jour en France. A qui le tour aujourd'hui? Ce n'est pas tout: les coupables sont systématiquement protégés par l'omerta médiatique qui se refuse à désigner les musulmans bien que, quasiment à chaque fois, ce soit eux. Mais pas d'amalgame! Pour Notre Dame de Paris, il s'agit d'un accident de chantier. C'est ballot quand même cette extraordinaire charpente surnommée "la forêt" disparue dans les flammes... à cause d'un brasero mal éteint probablement sur lequel mijotaient quelques merguez! Un joyau de l'architecture médiévale pour une saucisse! Et puis cette terrible loi des séries qui veut que dans Paris les incendies ...

Gilets jaunes, acte XIX à Paris

Par dimanche 24 mars 2019 Permalink 4

"Ré-vo-lu-tion! Ré-vo-lu-tion! Ré-vo-lu-tion!" Pour la première fois le mot fut scandé souvent, très souvent, comme si l'acte XIX avait bénéficié du souffle de l'acte précédent. Et c'était le cas. Entre ce cadencement, comme pour le justifier, un haut-parleur demandait: "Gilets jaunes, quel est votre métier?" "Waou. Waou. Waou." Aboyaient-ils pour toute réponse. Le décryptage des télés a beau faire semblant de croire au retour à l'ordre, ce samedi montra surtout toute l'exaltation des participants. A propos des participants, on entend qu'à Paris plus de 8000 personnes ont été contrôlées. Mais que nous dit-on du nombre de manifestants? 5000. Ou les flics contrôlent bêtement n'importe qui ou le chiffre de la participation est fantaisiste. La deuxième solution est évidemment la bonne. Mais, trêve de digression, on connait par cœur la manipulation médiatique. Le cortège, donc, parti du sud de Paris pour aller au nord accepta de moins en moins au fur et à mesure de son avancée, la colonne de gendarme ou de CRS qui le longeait. Il fallut le lancement de bombes lacrymogène boulevard Magenta pour éviter la bagarre générale. A pas vifs les premiers gilets jaunes arrivèrent au Sacré Cœur vers 15 h. D'autres les rejoignirent en ordre dispersé pendant ...

May se bat contre les moulins à vent

Par mercredi 13 mars 2019 Permalink 1

Commençons par citer l'article 50 de l'Union Européenne: "Tout État membre peut décider, conformément à ses règles constitutionnelles, de se retirer de l’Union. L’État membre qui décide de se retirer notifie son intention au Conseil européen. À la lumière des orientations du Conseil européen, l’Union négocie et conclut avec cet État un accord fixant les modalités de son retrait, en tenant compte du cadre de ses relations futures avec l’Union. Cet accord est négocié conformément à l’article 218, paragraphe 3, du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne. Il est conclu au nom de l’Union par le Conseil, statuant à la majorité qualifiée, après approbation du Parlement européen. Les traités cessent d’être applicables à l’État concerné à partir de la date d’entrée en vigueur de l’accord de retrait ou, à défaut, deux ans après la notification visée au paragraphe 2, sauf si le Conseil européen, en accord avec l’État membre concerné, décide à l’unanimité de proroger ce délai." C'est assez clair mais le cas pratique du Brexit eut pu être un gag s'il n'était pas question en direct d'un déni de démocratie. Les parlementaires britanniques, le labour en tête, réussissent à remettre en cause le vote organisé par le premier ministre conservateur ...

Gilets Jaunes: acte XVII

Par dimanche 10 mars 2019 Permalink 2

C'est toujours sous la menace des armes que les Gilets Jaunes défilèrent lors de l'acte XVII des mobilisations à Paris. Dès le départ, beaucoup n'ont pas suivi le cortège officiel lorsqu'il quitta les Champs Elysées souhaitant probablement restés dans l'ADN du mouvement qui n'est évidemment pas d'être canalisé. Ensuite on s'aperçoit que compte tenu de la longueur des trajets les gens vont et viennent dans la manif sans la suivre complètement d'un bout à l'autre. Concernant les revendications, la CGT a tenté une manœuvre de récupération avec un gilet rouge. Pas grand monde. Pas grand monde non plus concernant les assistantes maternelles. En fait toujours principalement des Gilets Jaunes avec quasiment autant de revendications qu'il y a de gilets! Cela a un coté foisonnant, un peu fou, que, personnellement, j'adore. Nos ennemis, les médias, n'en rendent pas compte. Ils s'aveuglent et ne comprennent pas que rien n'est terminé. Cela leur reviendra en pleine face dans quelques temps. Les photos de cette semaine concerne cette fantastique diversité de goûts et d'opinions qui se retrouvent le samedi depuis presque 4 mois. Commençons tout de suite par la CGT et les assistantes maternelles! Continuons par les affiches placardées sur les arrêts de bus le ...

Acte 16 de la mobilisation des Gilets Jaunes

Par dimanche 3 mars 2019 Permalink 3

La mobilisation des Gilets Jaunes continue. Certes, hier, la journée sans grand mot d'ordre vit moins de citoyens. Mais toujours, de nombreuses villes sont concernées par les manifestations. On sent bien que rien n'est terminé. La société bout. Et c'est rassurant parce que les sondages sont terribles. 55% d'abstentions aux européennes! Nos médias se gargarisent du score de La République en Marche annoncé avec 20 % des votants. Mais cela veut dire en clair, et les journalistes se gardent bien de le révéler, qu'uniquement 9% de la population française ayant le droit de voter est derrière le chef d'état. 9 %! Même pas un français sur 10 malgré la promotion permanente orchestrée autour de lui, pour lui par les chaines de télévision et les journaux. La propagande ne parvient pas à séduire et encore moins à convaincre. Les gens sont écœurés. Les samedis Gilets Jaunes doivent venir à bout du régime. Il n'y a que cela qui serait salutaire pour la démocratie. Macron en faisant sa campagne pro européenne embusqué derrière son histoire de grand débat est complètement autiste. Il veut voir perdurer l'Europe des ploutocrates. C'est pour eux qu'il travaille. Le peuple en prend conscience et quelques mots d'ordre, ...

Sondage sur les élections européennes

Par lundi 25 février 2019 Permalink 5

Un sondage LCI, RTL, Le Figaro sur les élections européennes qui annonce une marge d'erreur de 2,5% en plus ou en moins des chiffres donnés, place laREM en tête des intentions de vote à 22 % et le Rassemblement National deuxième à 20 %. Les autres, comme LR avec 12%, sont dans les choux. Les sites d'information qu'on sent heureux du résultat, constatent qu'il n'y a pas encore de liste LaREM comme si le fait de savoir quels inconnus iraient se goinfrer à Bruxelles, avait un intérêt pour les électeurs. France Culture plus enthousiaste encore, et dire que le président voulait couper les subventions du service public (!), fait remarquer que LaREM n'a pas commencé à faire campagne. Macron tous les jours à la télé des heures durant, au point qu'on se demande quand il travaille vraiment, n'est donc pas considéré comme de la propagande électorale en faveur de son parti politique... Encore une fois le tableau est dressé. Le bipartisme gauche droite qu'on a en pratique longtemps connu, quelques fussent les variantes idéologiques à l'intérieur de chaque camp, laisse la place au bipartisme européisme contre souverainisme, souverainisme que nos médias auront tôt fait de qualifier de populisme pour le discréditer, ...