Antiphonaire

Par mercredi 5 décembre 2018 Permalink 1

L'antiphonaire est un livre liturgique, recueil de chants sacrés rassemblant des partitions. Son format est important pour être lisible des chanteurs composant le chœur. Chaque église, chaque cathédrale possède le sien car "qui bien chante, deux fois prie" comme le déclare Saint Augustin et les offices catholiques laissent une large place aux parties chantées. Mais l'antiphonaire ne rend pas seulement grâce à Dieu par la musique. Ses illustrations et son riche ornement sont aussi une manière de le célébrer. La maison de vente Leclere présentait hier dans une vacation dédiée aux livres, une page d'antiphonaire manuscrite, (photo en une) sur parchemin du XVIe ou XVIIe siècle (56 x 38 cm). Les antiphonaires ont souvent été dépecés pour qu'il en fut tiré un meilleur prix. La modeste estimation autour de 1000 € fut pulvérisée et la page se vendit plus de 80 000 € poussée par 3 acheteurs potentiels! La description du catalogue vante au recto la lettrine richement enluminée entre la figure divine, le décor végétal et la présence de paons, oiseau symbole d'immortalité et signale au verso une lettrine rubriquée en rouge, bleu et or. L'ensemble sur fond de feuille d'or. Ce résultat un peu étonnant, en tout cas pour l'expert, ...

Meuble-scriban et secrétaire en armoire

Par vendredi 30 novembre 2018 Permalink 1

Bien curieux marché que celui des objets d'art actuellement! Un dessin plutôt abouti d'André Lhote a à peine dépassé 400 € avec les frais dans une vente à Drouot hier chez Kahn ovv. Régulièrement des commodes, anciennes sont ravalées à quelques centaines d'euros et il se vendra un petit meuble de Basse Bretagne, souvent début XXe, plus cher qu'un meuble XVIIIe! Enfin pas tout le temps, heureusement! Le secrétaire armoire, en une, 248 x 143 x 55 cm, appelé parfois meuble-scriban, en noyer et ronce de noyer avec un  bâti de sapin, a fait l'objet d'une âpre bataille d'enchères chez Marc Arthur Kohn le 28 novembre à Drouot. Sa forme massive au décor un peu compliqué mais abondant est d'après la fiche un travail de l'Italie du nord. Il eut pu être allemand, les pays germaniques ayant aussi beaucoup apprécié ce genre ou encore hollandais puisque c'est probablement la Hollande qui crée la première, au XVIIIe siècle, ces secrétaires à pente surmontées d'un corps formant souvent bibliothèque. Le nôtre d'Italie du nord, donc, fut débattu entre des acheteurs italiens en salle et un téléphone. Bien que l'estimation basse, ridiculement basse fût à 8000 €,  le meuble monta à 40 000 € ...

Le négoce à l’ hôtel Drouot

Par jeudi 22 novembre 2018 Permalink 1

Le négoce était très présent hier dans les différentes salles de l’ hôtel Drouot, proposant de la marchandise de bonne qualité, de celle qui est sortie à la fin des printemps et à la fin des automnes. J'ai relevé trois exemples montrant l'attitude des professionnels de l'art face à ces ventes à l'encan. Constantin Andréevitch Terechkovitch (Moscou 1902- Monaco 1978) est typiquement ce qu'on appelle un petit maître, de ceux qui ne font pas de bruit mais dont la peinture séduisante et gaie rend la cote imperturbablement stable au fil des ans. Le tableau en une (100 x 73 cm) fut acquis chez Lynda trouvé ovv par le négoce du quartier Drouot à 9 106 €. L'affaire ne sera pas très juteuse mais quand le risque est minime, il n'y a jamais de grandes marges... Deuxième exemple avec le dessin plein de qualités, d'Albert Marquet, ci-dessous, auquel ma photo ne rend pas hommage... L'estimation dérisoire pour cet artiste à 300-400 € chez l'honnête maison de vente Blanchet ovv, devait agacer une marchand qui, quand il s'aperçut que les enchères ne s'envolaient pas, proposa à haute voix un jump entre 400 et 1500 €. ça étonna un peu le crieur et commissaire priseur ...

Pierre Molinier (1900-1976)

Par samedi 10 novembre 2018 Permalink 1

Hier à Drouot, étaient présentées quelques unes des petites photos du peintre et photographe Pierre Molinier. Même si son travail demeure méconnu du grand public, les enchères allèrent bon train. Pierre Molinier est ce qu'on pourrait appeler trivialement un obsédé sexuel. Sa création artistique tourne souvent autour d'un érotisme particulièrement cru. Girondin, le groupe d'artiste bordelais auquel il participe à ses débuts, le blackboule lors d'une exposition commune du fait de ses travaux estimés particulièrement choquants. Son travail pictural est aujourd'hui bien coté comme le montre l'image en une, Comtesse Midralgar - Huile, 1950, technique mixte sur papier marouflé sur toile de jute montée sur châssis,80 x 66 cm, vendu chez Jorom Derem svv pas loin de 60 000 €. C'est seulement ensuite qu'il fit de la photographie se mettant en scène dans des attitudes pornographiques, travesti en femme aux bas nylon. Ses photos sont de la taille d'une carte de visite. Il les monte lui-même, il les tire lui-même en noir et blanc. Celle ci-dessous Bordeaux, janvier 1960. 17,7 x 13 cm, photographie originale, tirage d'époque représentant Molinier de dos avec l'éperon d'amour sur un fauteuil, texte autographe à pleine page à l'encre signé par Pierre Molinier au verso et adressé à Gérard ...

Sorcellerie et magie

Par jeudi 1 novembre 2018 Permalink 1

Le moyen-âge a longtemps raillé le diable à qui les contes médiévaux prêtaient une famille et même une belle mère! Il a fallu attendre le XIIe siècle pour voir sa puissance maléfique se développer avec des tableaux montrant Satan d'une bestialité effrayante tourmentant St Antoine dont les démons attaquent la vie contemplative dans le désert sans qu'il ne cède. Si le XIIIe siècle avec son inquisition ne s'en prend pas réellement aux sorcières, à partir du siècle suivant tout bascule à la suite de tragédies comme la peste noire, la guerre de cent ans, le Grand Schisme et les guerres de religion. De ce moment, les exemples de sorcières suppliciées s'accumulent partout en Europe, jusqu'à ce que le siècle des lumières ramène la sorcellerie à sa dimension de superstition. Les pratiques sont néanmoins restées vivaces encore aujourd'hui et lorsqu'est dispersée une collection concernant la démonologie, l'alchimie, la pyrotechnie, les plantes, la magie noire et les loups garous, les convoitises d'amateurs français, italiens, russes, japonais et américains s'exacerbent. Un volume intitulé Donum dei, du XVIIIe, de 59 pages petit in 4°, (retranscription en latin d'un texte du XVe) d'une très fameuse collection (Bibliothèque Eric Gruaz) orné de figures en couleur telle celle ...

Aux alentours de la FIAC

Par dimanche 21 octobre 2018 Permalink 1

Le prix moyen des œuvres vendues à la FIAC cette année est d'environ quarante mille euros. Pour juste les voir au Grand Palais, il faudra payer quarante euros. Des pavillons alentours présentent aussi quelques créations visibles pour vingt euros mais des revendeurs à la sauvette proposent des billets pour dix euros. Et puis il y a le Petit Palais qui s'associe à la manifestation et dont l'entrée est gratuite. Quelques œuvres tout autour sont dispersées à la vue de tous. En venant de la place de la Concorde par les jardins des Champs Elysées, sur le coté du Petit Palais, une construction d'Andreas Angelidakis sans plafond faites de planches de contreplaqué peintes en noir est placée entre les arbres (image ci-dessous). L'intérieur est une sorte de labyrinthe avec des trous ronds percés à un mètre du sol à peu près. Une jeune fille d'à peine 20 ans garde l'endroit et me permet d'y pénétrer en me proposant de lui poser des questions en sortant. J'y vais. Je me dis sans savoir où je me trouve, que quelques tags sur les murs eussent égayé l'endroit. J'en sors et lui demande si le plan a une logique. Et de me répondre d'abord que ...

Adolf Wölfli, l’art en hôpital psychiatrique

Par samedi 20 octobre 2018 Permalink 1

Adolf Wölfli (1864-1930), paysan suisse interné toute sa vie en hôpital psychiatrique après diverses agressions sexuelles pédophiles, commence à dessiner dans sa chambre d'isolement avec l'assentiment de ses médecins qui le trouvaient ainsi plus calme. Avec ses crayons, il invente un monde magique et coloré fait de formes géométriques, de personnages grimaçants et de notes de musique. Mégalomane aussi, il se nomme "saint", "grand-grand dieu", "génie", "excellence", "duc", "majesté", "empereur"... Mais en même temps il parle de lui comme " le petit Wilfi, être chétif, perdu au milieu de ce monde effrayant, enfermé au centre d'une spirale, allongé sur son lit de mort, dans un cercueil, au centre du labyrinthe". Autant dire qu'Adolf Wölfli s'écarte largement de la norme et correspond parfaitement à la définition que donne Jean Dubuffet, de l'art brut, "personne indemne de culture artistique" pour ainsi assister "à l'opération artistique toute pure, brute, réinventée dans l'entier de toutes ses phrases par son auteur, à partir seulement de ses propres impulsions." Ainsi la situation d'Adolf Wölfli en dehors du monde culturel est un gage de pureté. Citons à nouveau Dubuffet: "un peintre se doit d'être honnête! Pas de voile! Pas de ruse! tout doit être nu présenté dans son ...

Joseph Csaky (1888-1971)

Par samedi 13 octobre 2018 Permalink 1

Le sculpteur Joseph Csaky, né en Hongrie, s'installe à Paris à 20 ans. Il préfère les chantiers de construction pour apprendre la taille de la pierre plutôt que l'enseignement de l'école des arts décoratifs de Budapest qui ne lui convient pas. Il habite La Ruche (cité d'artistes) dans le XVe arrondissement de Paris en même temps que Chagall. Son travail est d'abord marqué par le cubisme puis s'adoucit progressivement comme avec cette panthère en une de 1928 en granit blanc rosé, 41 x 65 x 30 cm, vendu par Magnin-Wedry ovv à Drouot le 19 juin 2017 231 620 €, un record mondial pour une statue en pierre de l'artiste. Ce "cubisme assagi" va petit à petit virer vers des formes nouvelles avec des femmes à la fois voluptueuses et pudiques, aux seins nus mais aux gestes souvent réservés. Même si Csaky bénéficiera de quelques commandes officielles de l'état, son art a tant de mal à être reconnu de son vivant qu'il meurt, enterré dans une fosse commune derrière l’hôpital Bichat. Mais depuis c'est une autre affaire! Par exemple, lors de la même vacation que pour la panthère, la femme debout en bronze (h 52,3 cm), ci-dessous fit 17 277 €. Mais les ...

Préemptions du musée de Sèvres à Drouot

Par jeudi 11 octobre 2018 Permalink 2

Une importante collection chic et de bon goût, on se croirait dans les aristochats (!), était dispersée hier à Drouot par la société de vente aux enchères Ader-Nordmann. L'après-midi était marqué par deux préemptions du Musée national de la céramique de Sèvres dont l'une, photo en une, fut tout à fait remarquable. Le catalogue décrivait le lot ainsi avec une estimation entre 20 000 et 25 000 €: Broc Roussel et sa jatte ovale ordinaire en porcelaine tendre à décor polychrome de feuilles de choux bleu céleste et bleu cernées de filets or et de guirlandes de fleurs et feuillage. Marqués : LL entrelacés, lettre-date N, pour 1766, peintre Armand Jeune. XVIIIe siècle, année 1766. H : 18, 2 cm, L : 27 cm Un très petit éclat restauré sur le bord du bassin Le commissaire priseur commençait directement à vingt mille et jusqu'à quarante mille, la salle participa. Ensuite tout se joua au téléphone et un acheteur emporta temporairement ce lot exceptionnel à 70 000 € plus les frais de 26,4% ttc. Immédiatement après que le marteau ne tombe, une voix féminine inconnue dans la salle manifesta sa présence en disant l'expression rituelle "sous réserve de préemption". Le commissaire priseur demanda s'il s'agissait du musée de ...

Louis Vuitton, des malles hors de prix!

Par dimanche 23 septembre 2018 Permalink 3

Quand un film tourné n'importe où dans le monde, cherche à montrer la belle surface financière d'un voyageur, celui-ci possédera des bagages en toile imperméable et résistante, marquée du célèbre monogramme en lettres d'or LV  pour Louis Vuitton. Louis Vuitton (1821-1892), apprenti à 16 ans, emballe les vêtements fragiles et encombrants de l'impératrice Eugénie dès 1852. Ce sera le départ de la maison Louis Vuitton Malletier, créée en 1854 près de la place Vendôme. L'entrepreneur invente ensuite des malles plates en peuplier facilement empilables pour les voyages puis crée la malle à casiers, la malle-lit ou la malle étanche en zinc pour les colonies... La maison ne s'arrêtera jamais de sortir de nouvelles malle comme celle, ci-dessous, par exemple en 2004, la malle Mars en résine de Yuko Torii. Après Louis, vient son fils Georges Vuitton (1857-1936) qui imagine la toile Monogram plus difficile à contrefaire que les anciennes, une serrure inviolable défiée par le magicien Oudini et de nombreuses malles en rapport avec l'automobile qui a le vent en poupe. A sa mort, Gaston-Louis Vuitton (1883-1970), l'héritier direct, prend la relève et dote les malles de penderies, de tiroirs, de casiers pour les chapeaux ou les rend transformables en bibliothèque ou ...