Nicolas de Largillière (1656-1746) à Drouot

Par jeudi 16 mai 2019 Permalink 1

Bien que né à Paris d'un père chapelier, Nicolas de Largillière passe son enfance à Anvers et fait donc ses premiers pas de peintre en Flandre. Sa carrière le mène ensuite en Angleterre et ce n'est qu'en 1682 qu'il rentre en France. Le flamand van der Meulen, peintre des Batailles sous Louis XIV, le prend sous son aile et Lebrun le remarque. Il est reçu en 1686 à l'académie de peinture comme peintre de portrait et d'histoire avec le portrait justement de Lebrun conservé au Louvre. L'oeuvre du maître est prolifique puisque 1500 tableaux lui sont attribués. La mise en valeur de ses modèles, la richesse décorative de ses œuvres, les somptueuses étoffes excellemment rendues par sa riche palette font de lui un artiste très recherché dans le milieu des grands bourgeois, des magistrats, des parlementaires et des financiers. Ceci étant dit, le tableau en une, portrait présumé de Jean André Soubry (1703-1774), Trésorier de France à Lyon, fils de Jacques Soubry (1656-1740), échevin à Lyon en 1737, vers 1729, huile sur toile, rentoilée, (ça n'a pas arrêté les acheteurs), 81 x 65 cm, ancien cadre en bois doré, s'est particulièrement fait remarqué hier à Drouot chez Beaussant Lefèvre ovv. Estimé ...

Charles Camoin (1879-1965)

Par dimanche 12 mai 2019 Permalink 1

Si le peintre Charles Camoin, enfant de Marseille apprend son métier dans la capitale comme élève de Gustave Moreau en 1897-98 en même temps que Henri Matisse et à l'école des Beaux arts de Paris, c'est sur les sites du bord de la mer méditerranéenne qu'il trouve sa lumière d'artiste; à son atelier montmartrois, les natures mortes et les portraits, au midi de la France les paysages qui occuperont petit à petit la majeure partie de sa production. Camoin s'installe d'ailleurs à St Tropez en 1921, village portuaire qu'il découvre avec Albert Marquet. Avant cela l'influence de son ami Matisse avec qui il entretient une correspondance de 40 ans, le pousse vers un fauvisme modéré. Plus tard sa rencontre avec Renoir à Cagnes sur mer où le maître impressionniste s'est retiré, le marque au point de faire évoluer sa manière plus radicalement vers l'impressionnisme. Le style n'est plus maudit et Camoin se vend particulièrement bien. Aujourd'hui encore, l'artiste est recherché dans les salles des ventes françaises. Alors une série de résultats récents: en une, nature morte à la manière fauve avec pondération, huile sur toile 55 x 68 cm, fit chez Marseille enchères Provence ovv, le 5 mars 2017, 33 300 ...

Marc Chagall (1887-1985)

Par dimanche 5 mai 2019 Permalink 1

Exilé de Russie, et installé en France en 1925, Marc Chagall est devenu l’un des membres de l’École de Paris. Picasso disait de lui bien qu'il ne l'aimait pourtant pas tellement que « Le jour où Matisse ne sera plus là, Chagall sera le dernier peintre à vraiment comprendre la couleur » et d'ajouter "Certaines des dernières peintures faites à Vence montrent qu'il n'y a jamais eu personne, depuis Renoir, qui ait le sentiment de la lumière comme Chagall". L'enfant juif de Witebsk devenu français est l'un des peintres les plus populaires du XXe siècle même si ses représentations figuratives ont toujours donné lieu à controverse. En construisant un monde à lui avec des tableaux qui "sont des correspondances peintes d'images intérieures qui me possèdent" dixit le maître, il devient forcément clivant. Tout le monde n'entre pas dans son univers fait d'une judéité omniprésente mais hantée par le christianisme (ses vitraux des cathédrales de Reims ou de Metz sont célèbres ). Son ami André Malraux, ministre de la culture, qui l'admire de longue date et le connait depuis trente ans, si. Alors en 1960, le grand écrivain demande au grand peintre de réaliser un nouveau plafond pour l'opéra Garnier. Ce dernier ...

Rembrandt (1606-1669), graveur

Par samedi 4 mai 2019 Permalink 1

Rembrandt Harmenszoon van Rijn exprime son génie avec le même bonheur dans la peinture et dans la gravure. Pour reproduire ses dessins en multiples, il pratique plus exactement la technique de l'eau-forte. L'artiste enduit de cire une plaque de cuivre. Il exécute son dessin avec une pointe qui pénètre dans la cire et dénude le cuivre. Ensuite il plonge la plaque dans un acide qui attaque le cuivre là où il est à nu. Le dessin s'est alors inscrit en creux sur la plaque de cuivre et des épreuves peuvent être tirées. La pointe qu'utilise Rembrandt lui donne une aisance stylistique qu'un laborieux travail au burin ne lui offrirait pas. L'eau forte est donc la seule technique que le maître utilise. 30 estampes de Rembrandt furent exposées à la National Gallery de Londres en 2015. Le Rijksmuseum, à Amsterdam, conserve 1300 épreuves gravées que le musée montre actuellement au public à l'occasion du 350e anniversaire de la mort de Rembrandt. On peut aussi admirer à Drouot de temps en temps des gravures de Rembrandt vendues à l'encan. Un recueil vers 1820-1846, chez Jean à Paris, constitué de 85 estampes originales (exemple en une), têtes, paysages et différents sujets, dessinées et gravées ...

Edouard Vuillard (1868-1940)

Par dimanche 28 avril 2019 Permalink 1

Edouard Vuillard est ces derniers temps très présent dans les ventes aux enchères. Le grand public avait découvert ce post impressionniste lors de l'exposition à succès le concernant au Grand Palais fin 2003 où plus de deux cents œuvres de lui étaient exposées. L'aspect décoratif de ses peintures venu en partie de son adhésion au groupe des Nabis n'est pas étranger à cette réussite puisque ces artistes d'avant-garde souhaitaient s'éloigner des exigences de réalisme pour une peinture flattant mieux le sujet traité (on a déjà parlé des nabis cette semaine avec le tableau de Ranson, voir article https://politiqart.com/drouot-montmartre-rivalise-avec-lhotel-drouot/ ). Beaucoup d'entre eux dont Edouard Vuillard, réalisent des décors de théâtre ou des affiches pour les spectacles très nombreux à Paris en ce temps là. Vuillard commençe son travail avec des natures mortes puis sa belle carrière l'amenant à fréquenter ses riches commanditaires, il peint beaucoup ces derniers tout en spécifiant néanmoins dixit la gazette Drouot "Je ne fais pas de portrait, je peins les gens chez eux". Et il les peint bien ajoutant ses gradations colorées entre les clairs et les obscurs qui lui permettent de travailler les lumières de Paris ou de la province. En une, le tableau Marguerittes et statuette ...

Drouot Montmartre rivalise avec l’hôtel Drouot

Par jeudi 25 avril 2019 Permalink 2

Avant hier matin, une vente dans l’annexe de l’hôtel Drouot, appelée Drouot Montmartre mais qu'avec un peu moins de snobisme on pourrait qualifier de Drouot Barbès ou Drouot Goutte d'or, compte tenu de sa situation géographique, était organisée suite à la vente volontaire du stock d'un antiquaire brocanteur. J'affrontai le quartier sordide et son passage le plus dangereux, au pied du métro Barbès où, toujours, des individus louches à la mine patibulaire, venus, parait-il, du Maroc (je ne leur ai pas demandé!), sont en attente d'un mauvais coup. La police est absolument inexistante. C'est un miracle qu'il n'y est pas plus d'incidents... Bref, la question n'est pas là. Deux salles de ventes un peu glauques de quelques centaines de mètres carrées chaque, accueillent alternativement et très régulièrement des vacations. Si celles-ci étaient réservées à l'électro-ménager et au tout venant, de plus en plus d'antiquités et de peintures intéressantes sont offerts aux marchands qui représentent presque l'exclusive clientèle à s'aventurer dans ce lieu. Cette situation fait d'ailleurs débat et de nombreuses voix s'élèvent pour que les ventes classiques, courantes soient au plus vite rapatriées à l'hôtel Drouot, le vrai, qui, il faut le reconnaître, manque de vie et pourrait être bien plus ...

Corot, Jean-Baptiste Camille (1796-1875)

Par lundi 22 avril 2019 Permalink 1

En 1831, lorsque Corot expose un paysage au salon, jurées et critiques le qualifient d'"anti-classique" comme les oeuvres de Diaz, Dupré, Rousseau et Huet au même moment. Faire du paysage le sujet principal d'un tableau est en France, à cette époque, une petite révolution. Au milieu du siècle tous les critiques rendront néanmoins hommage au talent de Corot. S'il peint en plein air, sur le motif, Corot achève ses toiles en atelier. "J'ai remarqué que tout ce qui est fait au premier coup d’œil était plus franc, plus poli de forme et qu'on savait parfois profiter de beaucoup de hasard, tandis que lorsqu'on revient, on perd souvent cette teinte harmonieuse primitive. Après mes excursions, j'invite la nature à venir passer quelques jours chez moi; c'est alors que commence ma folie: j'entends chanter les oiseaux, les arbres frissonner sous le vent; je vois couler les ruisseaux et les rivières chargés de mille reflets du ciel et de tout ce qui vit sur les bords; le soleil se couche et se lève chez moi", dit le peintre habité par son art. Théophile Gautier pense de lui qu'il est né sur "les genoux des muses"! Et les muses vont le suivre partout, ...

Notre Dame versus Basilique St Denis

Par vendredi 19 avril 2019 Permalink 4

La basilique de Saint Denis a perdu sa flèche il y a près de deux siècles suite à un coup de tonnerre malheureux. Cette sœur aînée de Notre Dame de Paris, gothique sans renier l'art roman, n'a jamais bénéficié de la même attention que l'église parisienne. On s'est habitué à la voir mutiler bien que les dyonisiens, du temps où la ville n'était pas encore musulmane mais beaucoup bretonne (je vous parle d'un temps que les moins de 20 ans...), rêvassent d'une reconstruction que la glorieuse histoire de la nécropole des rois de France eut justifié. De nos jours, la basilique n'est plus qu'un monument laïc, sans office religieux, ouvert aux touristes férus d'histoire de France qui osent encore s'aventurer dans cette banlieue sordide où l'islamisme radical s'est implanté sans rival y interdisant tout ce qui n'est pas halal. La municipalité communiste ou directement issue du mouvement s'est emparée récemment de l'idée de reconstruire la flèche disparue. Ce qui devient intéressant, c'est qu'elle a une optique totalement inverse à celle d'Emmanuel Macron qui veut boucler les travaux de Notre Dame au plus vite, ses 5 ans correspondant certainement aux JO de Paris devenus l'alpha et l'omega des grands projets "rassembleurs" ...

Monticelli, Adolphe (1824-1886)

Par dimanche 14 avril 2019 Permalink 1

Adolphe Monticelli est "le chaînon manquant entre Delacroix et Van Gogh dans l'histoire de la peinture" peut-on lire dans le livre de référence de Claude Marumo "Barbizon et les paysagistes du XIXe". D'ailleurs Van Gogh admirait son aîné au style reconnaissable entre tous, dont il collectionna les œuvres, sans que les deux hommes ne se rencontrassent jamais et il écrivit à son frère Théo en arrivant dans le sud de la France fin octobre 1888: "Tu sais que moi j'ai toujours l'intention de continuer la besogne que Monticelli a commencé ici". Un tel adoubement de la part de l'un des plus grands peintres de l'histoire n'est pas rien! Et pourtant, pourtant... Quand Monticelli, peintre marseillais d'origine italienne commence son apprentissage chez Félix Ziem, il est à peu près analphabète. Mais le talent est là, à l'état brut. Il monte alors à Paris où il se lie avec Narcisse Diaz qui lui fait rencontrer Delacroix. Il accompagne lors de ses séjours parisiens Troyon, Daubigny, Rousseau, Corot à Barbizon. Mais toujours Monticelli retourne en Provence où il puise son inspiration. Alcoolique (ah! l’absinthe à l'époque!) il est en 1883 victime d'une attaque d'hémiplégie et perd cette patte, ce travail en épaisseur, cette ...

Auguste Rodin (1840-1917)

Par samedi 13 avril 2019 Permalink 1

Qui ne connait d'Auguste Rodin "Le baiser" qu'on peut voir au jardin des tuileries, "Le penseur" dans la station de métro Varennes, le monument à Balzac, boulevard Raspail, un buste de Victor Hugo visible dans le square des Poètes à Auteuil, un médaillon représentant Stendhal au jardin du Luxembourg, ou encore d'autres œuvres sur la façade de l'opéra Garnier, sur celle du théâtre des Gobelins et, bien sur, en payant l'entrée, au musée d'Orsay et au musée Rodin. Le sculpteur est partout dans Paris y compris dans les cimetières ou des bustes et des médaillons sur les tombes de célébrités de l'époque lui sont dus. Son premier succès, "L'âge d'airain", un homme nu, fit scandale car on crut la figure modelée directement sur celle du modèle! Son labeur primordial, une porte destinée au musée des arts décoratifs, "la porte de l'enfer" qu'il ne livra jamais mais qui l'occupa tout le temps, fut le prétexte à la création de plus de deux cents figures. Une fonte de la reconstitution de ce chef-d'oeuvre fut cependant effectuée pour le musée Rodin du vivant de l'artiste. "Le penseur", une représentation figurative de la méditation, la sculpture la plus célèbre de Rodin en fait partie. Si sa ...