Cancel culture

Par samedi 9 octobre 2021 Permalink 1

Eric Zemmour est-il vraiment, comme on le dit, partout dans les médias?

Ce samedi matin les pages web du JDD, de France Info, de BFM, de Libération, du Parisien, de l’Express, j’arrête là mais la liste est loin d’être exhaustive, ces pages ignorent totalement le potentiel candidat à l’élection présidentielle possiblement au second tour de celle-ci contre Emmanuel Macron alors que ce dernier est partout. Si la censure est assumée sur France Info, un des journalistes ayant déclaré qu’il n’avait “pas le droit de venir ici” (effrayant!), c’est ailleurs un boycott non dit de la personnalité politique.

Alors que la cancel culture consiste au départ à rejeter  les artistes coupables d’agressions sexuelles, de viol, de pédocriminalité, ou reconnus coupables de meurtre, elle entre nettement dans le champs politique après avoir sévi dans le domaine intellectuel, comme contre Renaud Camus pendant 10 ans.

Pourtant, hier, Eric Zemmour a publié un communiqué intitulé “il est temps de rendre au droit français la primauté sur le droit européen” en rapport avec l’affaire polonaise ( https://politiqart.com/letat-de-droit/ ) qui incontestablement mérite une exégèse en ouvrant le débat sur un problème démocratique patent (communiqué à lire sur Twitter). La question n’est pas de proclamer qu’Eric Zemmour a raison, je trouve personnellement que le cas polonais est assez mal choisi, le pays profitant de l’argent de l’UE et agissant par ailleurs comme un traître vis à vis des pays contributeurs, mais la question est honorable, la question est de la politique de haute tenue, la question donnent aux français un éclairage sur le monde.

Zemmour encore une fois ne prend pas le citoyen pour un crétin; il l’élève en lui offrant les cartes qui lui permettront de choisir en conscience. Se demander si le droit d’une nation démocratique est au dessus ou en dessous du droit d’une entité européenne assez peu démocratique mais aux ambitions supranationales, met en cause l’avenir de la France. Chacun peut se positionner et ainsi voter de manière pertinente sur l’essentiel.

En revanche quand Macron intime l’ordre aux français d’assumer leur part d’africanité, on est dans le charabia. Si c’est aimer le couscous, pourquoi pas, si c’est aimer la musique africaine pourquoi pas, si c’est admirer l’art africain mis en lumière nulle part ailleurs mieux qu’au musée de Jacques Chirac à Paris, évidemment, mais si c’est diluer la France dans l’Afrique, non. Que veut dire Macron? Pas sûr qu’il le sache lui-même, il fait de la basse politique qui n’éclaire rien mais embrouille à volonté dans l’espoir d’abrutir la population pour qu’elle continue à voter pour lui en ayant peur de voter pour un autre.

Dans quelques temps, les médias à la déontologie défaillante n’auront plus la possibilité d’annuler les candidats qui leur déplaisent. On verra alors ceux qui se baignent nu, qui n’ont pas de squelette idéologique, qui sont les démagogues. Cela devrait bénéficier à Eric Zemmour.

Frédéric Le Quer

 

Laisser un commentaire ?