Bourdin accueille Zemmour

Par mardi 7 décembre 2021 Permalink 7

“Ce type n’est pas fini”, “il suit médiocrement” (sous entendu mes idées sur l’identité). La détestation d’Eric Zemmour à l’encontre d’Emmanuel Macron s’est encore vue ce matin lors de son interview par Jean-Jacques Bourdin. Certes, il y a bien longtemps que je n’écoute plus Jean-Jacques Bourdin parangon de la bien pensance, militant médiatique de l’extrême centrisme, autre approche de l’immigrationnisme outrancié… sauf s’il reçoit Zemmour. D’ailleurs je n’ai pu m’empêcher de constater que le journaliste avait incontestablement baissé le ton, cessé avec les airs méprisants pour appréhender une pensée qui ne lui convient pas. Zemmour qui a mis les pieds dans le plat après son interview sur TF1, à propos du traitement médiatique qu’il subit, a donc très bien fait. L’échange de ce matin, parfois un peu tendu, est resté dans la norme de ce qu’un journaliste honnête, non militant, doit se permettre même si sa mise en accusation à propos des violences de Villepinte était purement scandaleuse.

Donc les attaques du candidat se sont portées contre le chef de l’état. J’aime bien Zemmour aussi parce qu’il a parfois des airs de voyou de banlieue. Il ne renie pas ses origines et malgré l’intellectuel qu’il est, elles peuvent affleurer au détour d’une réponse, d’un agacement. Dire du chef de l’état que ce type n’est pas fini ou qu’il le suit médiocrement manquait de respect non pas pour Macron qui a depuis le début galvaudé sa fonction mais pour le président de la république. Mais Zemmour veut le pousser à entrer dans l’arène bien avant février. Tactiquement il a raison. L’autre ne doit pas se complaire dans un rôle paternaliste de professeur de médecine en espérant par ses oukases sanitaires satisfaire la population. Il va falloir le pousser à bout. Attention néanmoins à ne pas dépasser les bornes!

Jean-Jacques Bourdin a évité soigneusement le sujet de l’immigration et de l’identité nationale. L’état profond dont il fait partie, s’effraie apparemment du discours étayé et convaincant d’Eric Zemmour qui se répand partout. C’est encore le signe d’une victoire du candidat dont les points forts sont contournés à cause de leur pertinence. Enfin après avoir expliqué l’attitude de Poutine à l’égard de l’Ukraine, il a eu l’occasion, vers la fin de l’interview, de rependre ses airs de blouson noir prêt à défier le monde en répondant à la question de savoir quel serait son premier déplacement s’il était élu président; “Je ne ferai pas le pélerinage à Berlin pour me soumettre et lècher les babouches aux allemands, ça non!”. L’européiste Bourdin en a avalé sa langue! Les autres buvaient du petit lait!

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?