Bilan de l’acte IX

Par dimanche 13 janvier 2019 Permalink 1

L’acte IX révèle que la violence qui, incontestablement, a eu son utilité, n’est plus nécessaire pour voir s’épanouir le mouvement de Gilets jaunes. Le meilleur est à venir. L’autiste de l’Elysée se prépare à un printemps chaud, chaud, très chaud. Sans scènes d’extraordinaire brutalité comme on les a connues, le mouvement s’étoffe, prend une envergure qui le rend de plus en plus incontournable. Macron est fini, cuit, cramé, mort politiquement. Il ne va plus pouvoir décrédibiliser les manifestants. L’attitude plus professionnelle des forces de l’ordre, à part ceux de la BAC (“brigade anti citoyenneté” me dit un GJ) croyant devoir se comporter comme si les gilets jaunes étaient de vulgaires trafiquants, criminels, va permettre de grossir les rangs des insurgés en diminuant les risques qui rebutaient les “bons pères de famille”. Si l’insurrection de 1848 a eu lieu en février et la Commune en mars, les trois glorieuses ont eu lieu en juillet, c’est en mai 68 que la Ve république trembla pour la première fois, et les dates les plus marquantes de 1789 sont le 14 juillet et le 4 août. Les mois à venir meilleurs, plus longs vont donner des ailes à la population qui est dans le fond pas si mécontente de se retrouver le samedi, voire plus tard le dimanche aussi, car les gens discutent entre eux avec aménité, gentillesse, mais sans perdre de vue le but ultime de la révolution: mettre à bas tout le système.

Le tweet de Mélenchon est donc parfaitement juste bien qu’un mondialiste comme lui ne pourra jamais être proche du mouvement: “Succès total de la 9ème semaine de mobilisation des #GiletsJaunes. Le pouvoir est dans l’impasse. Le peuple poursuit la reconquête de ses droits. #ActeIX”. Même si il n’est plus qu’un laborieux récupérateur, ça ne l’empêche pas d’être juste. Mais cette Marseillaise toujours entonnée avec force par les insurgés est l’épine dans le pied d’un chef dont quelques bras droits participent au honteux mouvement des indigènes de la république. Les Républicains, quant à eux, sont complètement à coté de la plaque. Comme leurs cadres sont sots pour parfois s’en prendre à un engagement patriotique de la population en ralliant Macron qui n’est plus qu’un zombi. Le gaullisme est bien mort. Même les communistes sont meilleurs! Il est amusant de voir que les socialistes sont dans un état d’esprit légitimiste semblable à la droite. Le vieux monde resserre les rangs au moment de disparaître.

Les souverainistes sont donc en train de gagner la partie. Cela n’empêchera pas un clivage gauche droite avec à gauche quelqu’un comme Philippot et à droite Marion Maréchal Le Pen. Les leaders Dupont Aignan et Marine Le Pen louvoient encore. Il n’est pas temps pour eux de se positionner. Ils verront bien de quel coté le vent tourne en attendant le prochain axe Paris Rome Vienne. Et les Gilets Jaunes dans tout ça? En ressoudant la nation, ils changent le sens de l’histoire.

Frédéric Le Quer