Avortement et souveraineté populaire

Par mercredi 4 mai 2022 Permalink

L’affaire de l’avortement aux Etats-Unis renvoie à d’autres sujets là-bas, en France ou ailleurs pour lesquels une élite autoproclamée estime que les citoyens ne doivent pas participer aux décisions politiques.

La cour suprême n’interdira pas l’avortement mais donnera la possibilité à chaque état de l’autoriser ou pas, le gouverneur qui le décidera, étant élu par la population. Certains pourraient même y voir une avancée démocratique laissant au citoyen le droit de trancher entre le corps de la femme et les droits du fœtus en imaginant éventuellement des aménagements à l’interruption d’une grossesse en fonction des cas. En tout cas le peuple souverain décidera sur un sujet qui n’est pas une question de bien être individuel, qui n’est pas une atteinte à la liberté sexuelle comme serait l’interdiction de la contraception, qui n’est pas une remise en cause de la libération des mœurs, mais qui est une question de vie ou de mort, du droit de la femme à disposer de son corps, du droit d’un être en formation à vivre.

Mais ne soyons pas dupe! Il s’agit de resserrer les rangs démocrates pour des élections de mi-mandat qui s’annoncent catastrophiques pour le clan Biden.

Cependant, plus généralement, cet accaparement des sujets de société par une minorité est très visible en France aussi. Le renoncement au référendum en est un signe évident. Certains s’attribuent la vérité contre le plus grand nombre et refusent toute remise en question en déniant le droit à quiconque de les contredire. C’est le cas pour la peine de mort. ça l’est aussi pour l’immigration, par exemple, où ceux qui se gargarisent d’être des démocrates et des républicains sont vent debout contre toute idée d’interroger les français sur cette question.

Cette problématique de l’occident, le monde entier la voit et la juge. Ce camp ne peut plus se targuer depuis longtemps d’être celui du bien. On voit par exemple avec la guerre en Ukraine que plus de la moitié des pays ne suivent pas notre folie anti russe. L’occident doit s’arracher de ses dérives tyranniques et dictatoriales pour faire confiance à la souveraineté populaire, à l’intelligence collective.

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?