Auguste Herbin (1882-1960)

Par samedi 15 février 2020 Permalink 1

“Toute l’action de la peinture réside dans le rapport des couleurs entre elles, dans le rapport des formes entre elles et dans le rapport entre les formes et les couleurs”. Comme le montre cette phrase d’Auguste Herbin, l’artiste français est peut-être avant tout un intellectuel. Dès ses débuts, il côtoie Braque, Picasso, Vasarely. Ce sont alors les périodes impressionnistes et cubistes par lesquels il démarre. Puis petit à petit ses tableaux sont plus abstraits avec néanmoins une période figurative entre 1922 et 1926 qu’il reniera plus tard. Les tons très lumineux qu’il choisit d’assembler rappellent évidemment Matisse mais sont aussi précurseurs d’une peinture contemporaine qui use et abuse, peut-être, du fluo.

Le travail d’Auguste Herbin reste un des plus beaux exemples de l’art abstrait géométrique en exprimant pour reprendre ses termes, “une vision spirituelle de l’univers”.

Si, chez Christie’s à New York, Herbin a dépassé les 200 000 € il y a peu, citons quelques résultats en France. En une, la composition sur fond bleu, 1940, gouache sur papier, signée et datée en bas à droite, 32 x 26 cm fit chez Cornette de Saint Cyr près de 9 000 €. Ci-dessous un portrait de 1923, sa période figurative qu’il n’aime guère, la petite fille au fauteuil, une huile sur toile, 92 x 60 cm dépassa le 27 juin 2014 chez Millon à Drouot 45 000 €.

Un autre exemple de sa période figurative avec un paysage à Mouthier-Haute-Pierre, daté de 1923, fut présenté à Marseille le 24 avril 2019 chez Maison R&C Commissaires Priseurs sur la base d’une estimation comprise entre 35 000 et 40 000 €.

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?