Aufstehen par Sahra Wagenknecht

Par samedi 1 septembre 2018 Permalink 3

Ce titre sibyllin cache une petite révolution dans l’échiquier politique allemand qui, si elle réussit, transformera forcément l’offre politique partout en Europe. En effet, ce qui aurait dû être complètement naturel et couler de source, un parti anti immigration de gauche, n’existait pas encore. Toute la gauche était, jusque là, immigrationniste donc jouait le jeu de l’ultralibéralisme mondialisé. Certes Marine Le Pen avec Florian Philippot a cherché à occuper cet espace mais son back ground familial ne lui donnait guère de crédibilité. Certes il y a aussi le mouvement 5 étoiles en Italie mais l’immigration n’est pas vraiment son thème de prédilection.

Mais à partir du début de la semaine prochaine, il va exister en Allemagne un parti à gauche toute, nommé Aufstehen (Debout, à rapprocher peut-être un jour de Debout la France devenu gaulliste de gauche!) basant son programme sur l’arrêt de l’immigration. Sa chef Sahra Wagenknecht vient de Die Linke, sorte d’Insoumis teutons, et surtout ne peut en aucun cas être suspectée de raciste. Allemande de l’est par sa mère, elle n’a pas connu son père… iranien! Donc les bien pensants prompts à vouer aux gémonies tout ceux qui refusent d’accueillir des migrants en sont pour leurs frais! Ils auront du mal à vilipender la haine xénophobe de Sahra Wagenknecht! Celle-ci a constaté que Die Linke était dans la même impasse que le SPD et que ses électeurs potentiels votaient pour Alternative fÜr Deutschland  beaucoup plus à droite même si ce n’est pas un parti d’extrême droite comme nos médias français le taxent.

Alors que proclame Sahra Wagenknecht? Rien que de très logique. La richesse du pays est partagée avec les migrants et ne va donc pas vers les plus pauvres allemands. L’afflux de main d’oeuvre fait baisser les salaires. L’intérêt du patronat allemand féru d’immigration et soutenu par Merkel n’est pas celui du travailleur allemand. Femme résolument de gauche, elle demeure en dehors du problème sécuritaire.

La naïve culture de l’accueil trouve donc maintenant des critiques dans tout le spectre politique. La France est encore en retard mais suivra si Aufstehen fait une percée aux européennes. Il va devenir impossible aux mondialistes de chasser d’un revers de main les idées protectionnistes. Ce nouveau parti qui propose un choix aux souverainistes, dénote une vigueur démocratique qu’on espérait plus.

Frédéric Le Quer