Attentats islamistes en chaîne

Par Dimanche 13 mai 2018 Permalink 1

Faut-il donc s’habituer aux attentats islamistes? France Info au même moment préfère son multiplex concernant le foot. Le président de la république préfère ses vacances au fort de Brégançon. Si, toutes les six semaines, les occupations de chacun doivent être interrompues par de dangereux musulmans, la vie va devenir impossible! Autant les ignorer! Autant les laisser perpétrer leurs crimes en s’en souciant le moins possible! Ce n’est plus le gratin de la société française qui est touché mais juste quelques “nobody”, comme on dit maintenant, qui ont la malchance d’être au mauvais endroit au mauvais moment.

Allah Akbar, Allah Akbar, c’est bon, on connait… On va pas non plus en faire des tonnes. Inutile de stigmatiser qui que ce soit. Ben voyons, même les chaînes d’info qui veulent bien s’intéresser au sujet n’avouent que très difficilement qu’il s’agit d’un attentat islamiste. C’est vrai, quoi et si c’était Dupont ou Martin qui avaient décidé de tuer tout le monde? Hein, Si c’était eux? On ne sait jamais… C’est ça le journalisme anti fake news. Surtout pas de fausses nouvelles. Plutôt escamoter l’info que risquer de se tromper. Dupont ou Martin peuvent aussi poignarder les gens dans la rue. Pas de raison que ce soit une exclusivité musulmane. Non mais alors… Et puis un fiché S ça veut rien dire. Faut lui foutre la paix au fiché S. Juste un brave croyant avec ses pulsions.

C’est ça une démocratie et pas question d’atteinte au droit des personnes quelles qu’elles soient. Quant à ceux qui se font tuer, il y a toujours nos “élites”. Des professionnels de la pleurnicherie après coup avec de jolis mots, de jolies phrases. Tout est maintenant bien rôdé. Allez, hop tout le monde aux invalides! Et vas-y que je te reserve un speech sur les valeurs républicaines. A mon avis ce sera bientôt un robot qui rédigera le laïus comme pour le compte rendu d’une séance boursière. C’est toujours un peu pareil. L’important c’est de larmoyer et d’émouvoir dans les chaumières!

Il avait 29 ans, le passant tué par le tchétchène.

Frédéric Le Quer