Arrêter l’immigration: un projet politique

Par lundi 5 octobre 2020 Permalink 1

Alors qu’à la préfecture de police avant l’attentat du 3 octobre 2019, l’enquête montre que pratiquement rien n’a jamais été fait contre l’islamiste fonctionnaire et terroriste Mickaël Harpon malgré sa radicalisation connue de tous, à part par deux de ses collègues qui en cachette de leur hiérarchie, en cachette de leur hiérarchie, oui, incroyable (!), ont tenté d’espionner ses faits et gestes, des policiers à Rouen se défoulant entre eux sur what’s up après le turbin se sont faits limoger à cause de propos racistes. Oh, ils n’auraient tué personne à coup de couteau, à coup de hache, à coup de revolver, ces policiers. Mieux, il est certain que, par esprit de corps, n’importe lequel de leur collègue noir ou arabe en danger eut trouvé secours auprès d’eux. Non, ils en avaient juste assez d’arrêter la même racaille tous les jours et utilisaient leurs mots pour se venger d’elle puisque l’état ne faisait rien, pour se venger d’une immigration folle qui malmène les français. Et cette racaille, dans les banlieues, est noire ou arabe. C’est comme ça. Et si Harpon est devenu terroriste, c’est à cause de cette immigration avec laquelle il s’est senti lier bien que lui- même n’en fut pas issu.

On constate dans ces deux exemples comme l’establishment trouve toutes les excuses possibles aux tenants de l’islam par pitié pour ceux qu’il voit toujours comme des damnés de la terre, préférant passer l’éponge sur nombre de leurs actes anti français et comme il est implacable à l’encontre des gaulois qui manquent à leur devoir de réserve. Le dernier discours du président de la république est un bon exemple.

Emmanuel Macron vient de fustiger l’islamisme radical comme si il existait un islamisme qui n’était pas radical! Quel pléonasme pour atténuer ses propos, pour ne pas heurter la susceptibilité de ceux qui menacent la république. Comme avec le mot séparatisme! Il veut ramener les immigrés dans le camp d’une quelconque province française luttant contre le pouvoir central. Il banalise. il édulcore le drame. Des gens venus d’ailleurs ne sont pas des séparatistes comme les bretons ou les corses peuvent l’être. Rien à voir. Ce sont des combattants. Des envahisseurs. Des ennemis. Ils disloquent chaque jour d’avantage le territoire national, sciemment, comme n’importe quelle armée étrangère envahissant petit à petit un pays. Leur projet c’est le grand remplacement.

Il faut donc arrêter l’immigration musulmane. L’état doit le décider immédiatement. Mais il ne le fera pas. Aucune vraie mesure ne sera jamais prise en faveur des français par le président des riches.

Frédéric Le Quer

 

Laisser un commentaire ?