Après David Davis, Boris Johnson!

Par mardi 10 juillet 2018 Permalink 3

Quand Boris Johnson déclare au moment de sa démission du poste de ministre des affaires étrangères du gouvernement britannique après celle de son collègue Davis que le Royaume Uni se dirige “vraiment vers le statut de colonie”, comprendre colonie de l’Union Européenne bien sûr, d’autres brexiters soft posent ces questions, “Sommes-nous en train de quitter l’UE? Sommes-nous en train de reprendre le contrôle? Sortons-nous de l’union douanière et du marché unique? Allons-nous nous débarrasser de la libre circulation?”. Et ils insinuent encore une réponse positive. Mais sans doute ne l’était-elle pas tant que cela puisque Theresa May qui a remanié immédiatement son gouvernement, reporte à la semaine prochaine les annonces sur le plan Brexit pour y apporter des modifications.

Quoiqu’il en soit, il est évident qu’autour de la table des négociations, le coté anglais est en train de se montrer bien plus compréhensif à l’égard des positions européennes qu’il ne l’était avant. L’arithmétique parlementaire limite la liberté d’action des durs, aussi ceux-ci préfèrent-ils s’en aller. Petit à petit le résultat du vote au référendum sur l’appartenance du Royaume Uni à l’UE est détourné. Les plus réticents réclament de nouvelles élections pour valider le texte final du Brexit! Amis anglais vous voterez jusqu’à ce que vous votiez bien comme les autres européens! C’est ça la démocratie dans l’UE.

Les démissions augmentent peut-être, comme veulent le croire les partisans de l’UE, les chances de ce que l’on appelle le Brexit doux. D’ailleurs les démissionnaires n’hésitent plus à proclamer que Theresa May tue le Brexit en parlant d’un brexit de nom… Les conservateurs les plus intransigeants demanderont-ils un vote de défiance à l’égard du gouvernement? Cela dépendra probablement des modifications allant vers le durcissement que va apporter la première ministre à son plan.

Alors durcissement ou soumission à l’égard de l’UE? Les conservateurs modérés vis à vis du Bexit demande à ce que leur parti s’unisse. Pour le moment on est plutôt au bord du chaos. Et Nigel Farrage le grand vainqueur du referendum sur le brexit de revenir en déclarant: “Si les conservateurs ne sont pas prêts à se lever et à honorer les vœux de l’électorat, ils perdront tous leurs sièges.”

Frédéric Le Quer