Alphonse Osbert (1857-1939)

Par samedi 12 septembre 2020 Permalink 1

Le peintre symboliste Alphonse Osbert exprime son art par des paysages caractéristiques animées de femmes évanescentes. Plus que de longs discours, quelques mots viennent à l’esprit à propos de l’oeuvre de l’artiste: symbolisme, bien sûr, force poétique, onirisme, muses, nymphes, vierges, vastes paysages, lacs et forêts, lumière et couleur, rêve, idéalisation, mélancolie, Arcadie, aurore ou crépuscule…

Osbert a rencontré Maurice Denis mais Puvis de Chavannes est celui qui l’influence principalement et l’introduit dans les milieux, en cette fin du XIXe siècle, où l’image incarne l’idée abstraite. Alors des Beaux Arts de Paris, direction le Salon des Indépendants puis tout naturellement les Salons de la Rose-Croix organisés par Joséphin Péladan à partir de 1892. Des œuvres monumentales proches de l’allégorie lui garantiront des commandes de l’état, par exemple dans les établissements thermales de Vichy ou dans la mairie de Bourg-la-Reine, et sa présence dans les musées nationaux. Le style d’Alphonse Osbert très décoratif plait.

Décoratif, le mot est lâché. “Déco”, “très déco” comme disent les commissaires priseurs pour lancer la vente d’un objet lors d’une vacation qui s’essouffle un peu. Trop déco Osbert pour voir sa cote atteindre des sommets. Des prix honnêtes néanmoins pour le marché de l’art français. Jugez plutôt!

En une, Voix du crépuscule, l’huile sur panneau, 37 x 56,5 cm vendue chez Meyzen ovv à Narbonne le 1er avril 2017 fit 14760 €. Ci-dessous, les jeunes filles au bord de l’eau, le matin, une huile sur carton 49 x 74,5 cm, faisaient à Rennes le 3 juin 2019 10 125 €.

Dernier exemple qui témoigne d’une cote particulièrement bien fixée avec “Harmonie du matin” de 1913, 35,5 x 48 cm qui chez Rennes enchères ovv fut adjugé 11 000 €.

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?