Aloys Zötl (1803-1887)

Par samedi 31 octobre 2020 Permalink 1

150 feuilles de l’autrichien Aloys Zötl étaient dispersées avec succès à Drouot en 1956. L’artiste animalier peignit 320 “curieuses” (dixit la Gazette Drouot de l’époque)  curieuses aquarelles représentant un bestiaire puisé dans sa bibliothèque avec une minutie si extraordinaire que pour les dessins les plus soignés chaque poil d’un pelage, chaque pli d’une peau de serpent, chaque écaille d’un poisson y sont tracés.

André Breton qui le jour de la vacation avait acheté plusieurs oeuvres de Zötl , n’était pas sans faire de rapprochement avec le travail du Douanier Rousseau. La ressemblance avec un réel qu’ Aloys Zötl ne connaissait pas, n’ayant jamais lui-même voyagé, n’était pas le fort du peintre même si d’aucuns le comparent à Pierre-Joseph Redouté ( https://politiqart.com/redoute-pierre-joseph-1759-1840/ ). Halluciné, décalé sont plutôt les adjectifs utilisés pour décrire des feuilles exotiques légendées en allemand et en latin, signées et datées du jour où elles sont terminées. Le psychisme de l’artiste y transparaît, son espèce de folie se devine. C’est sans doute la raison pour laquelle le surréalisme s’est emparé de lui.

Une aquarelle de Zötl (ci-dessous) était présentée hier 30 octobre 2020, lors de la vente sur internet, confinement oblige, de la maison Gros et Delettrez. Le poisson saint-pierre, plume et aquarelle sur papier, 36 x 47 cm, inscrit : « fische. fat der mondfisch. zeus vomer », monogrammé « AZFecit am 2.märz 1873 », petites mouillures, petites froissures, minuscule déchirure dans le fond de deux centimètres, dépassa légèrement les 8 000 €.

Le babouin en une, bien plus abouti que le saint pierre, était l’objet d’un lot présenté lors de la vacation du 29 mars 2019 cher Ader ovv à Drouot. “Der grosse Pavian, Sima sphynx” de 1836, aquarelle et encre, 39 x 48 cm. Il obtenait 96 000 €. Un dernier exemple avec un ours blanc polaire provenant de la vente à Drouot de 1956, présenté chez Christie’s en 2010, mine de plomb, aquarelle, traits d’encadrement à la plume et encre noire, 40 x 50 cm qui réalisa la somme de 91 000 €

Frédéric Le Quer

 

Laisser un commentaire ?