Allocution présidentielle

Par mercredi 10 novembre 2021 Permalink 1

Le ton mièvre pris par Emmanuel Macron lors de son allocution présidentielle télévisée d’hier montre à quel point il est “dans un monde parallèle” comme dirait Marine Le Pen.

Un peu geignard, il a d’abord tenté de motiver les français non vaccinés puis a incité les autres à la troisième dose avant de tordre le coup aux plus de 65 ans pour ne pas leur laisser le choix. Ses accents vaguement puérils pouvaient ressembler à ceux d’une soignante infantilisant les vieux en leur parlant sottement. De Radio France à BFM en passant par LCI, tous s’esbaudissent déjà du nombre “impressionnant” de nouveaux rendez-vous pris pour se faire vacciner; sans doute ont-ils calculé ça pendant la nuit à moins que par militantisme macroniste ils racontent n’importe quoi…

En revanche cette ridicule façon de s’exprimer pour un chef d’état n’a vraiment pas valorisé le reste de son discours si tant est qu’il pouvait être valorisable! Il a bien essayé de nous vanter son action politique dans tous les domaines sans contradicteur; d’ailleurs à quoi bon les “journalistes” beni-oui-oui de France 2 ou TF1? La forme et le fond sonnaient faux… tant c’était faux, tant son autosatisfaction pouvait entièrement être contrecarrée.

Depuis 5 ans ce monsieur est une catastrophe pour la France. Socialement, ethniquement, sécuritairement le pays est dans le gouffre sans grand espoir de retour. Économiquement, c’est l’agonie. Même avec un déficit public hallucinant gonflant année après année une dette catastrophique, la croissance obtenu ne compense pas du tout la décroissance subie avec le covid. Leurs histoires de chômage sont complètement bidons. (j’ai l’exemple d’un chef d’entreprise qui a mis une annonce en début de semaine pour embaucher un électricien; il a en 2 jours 60 candidatures! Dans un autre domaine, concernant les saisonniers, l’un d’entre eux m’a expliqué que si les patrons peinent à avoir des salariés en montagne pour l’hiver c’est qu’ils avaient été chassés l’année dernière de leur logement suite aux restrictions covid et que ces jeunes se sont retrouvés du jour au lendemain à la rue; du coup beaucoup ne veulent plus y retourner). Sur le plan de la politique extérieure la France se ridiculise à chacune de ses interventions, voir ces derniers jours la pêche ou ses rapports avec les Etats-Unis ou même ceux avec l’Algérie (!) frappés au coin de la soumission bon gré mal gré.

Le président, il est à espérer pour plus que quelques mois, a bien tenté de nous la jouer à la Mitterrand avec son “nationalisme c’est la guerre” mais sans le moindre sens de la formule, l’anti-nationalisme de Macron sonne comme une renonciation, comme une détestation de la France.

Le discours d’hier soir n’a rien de rassurant. Dans quels cloaques la France se sera-t-elle mise d’ici avril à cause de lui? Le pire avec Macron est toujours sûr…

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?