Alix Aymé ( 1894-1989 )

Par dimanche 26 septembre 2021 Permalink 1

Alix Aymé est une femme peintre, française, prise de passion pour l’Asie, aimant à transcrire des scènes intimistes avec une infinie subtilité et ce quelque soit le médium utilisé. Après avoir fréquenté l’école des beaux arts de Toulouse, lorsqu’elle monte à Paris, Maurice Denis parachève la formation de cette élève brillante. Elle travaille aux ateliers d’art sacré et participe au décor de la coupole du théâtre des Champs Elysées. Mais sa grande révélation est son voyage à 26 ans à Hanoï avec son premier mari durant lequel elle enseigne le dessin au lycée français. Entre parenthèse, son nom Aymé vient de son second mariage avec le frère de l’écrivain Marcel Aymé. Ensuite ses voyages la mèneront aussi au Japon, au Laos ou au Cambodge. Les techniques picturales asiatiques la passionnent. Quand elle enseignera à l’Ecole des Beaux Arts de Hanoï, elle participera à la renaissance de la laque.

Aux enchères Alix Aymé est de plus en plus chère à cause du plaisir louable d’une certaine classe sociale vietnamienne enrichie de se réapproprier les œuvres créées en Indochine au début du XXe siècle. Le paravent en laque en une est un bon exemple. 102 x 157, présenté chez Aguttes à Drouot sous le nom de “Femmes alanguies” (Gauguin et les nabis ne sont pas loin!) le 12 avril 2019, il fut adjugé 182 000 €. Ci-dessous, vendu le 20 mai 2015 à Angoulême chez R. Juge & V. Gérard-Tasset SVV, “Paysage du Vietnam”, 75 x 125 cm, peinture sous verre, fit 21 250 €.

Un dernier exemple chez Tessier Sarrou à Drouot, avec un ravissant portrait en laque signé, 46 x 36 cm, qui dépassa les 3 000 €.

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?