Accident de la circulation

Par mercredi 19 mai 2021 Permalink 1

Un de mes proches a eu un petit accident de la circulation hier dans Paris avec un livreur Uber eat. Ce dernier a percuté la portière arrière gauche de la voiture avec son scooter à un croisement de rues. Difficile de dire qu’il n’était pas en faute, qu’il n’avait pas essayé de forcer le passage ignorant de la priorité à droite! ça ne fait rien, immédiatement il s’est énervé sur le conducteur et l’affaire a bien failli mal tourner.

Tout le monde sait bien que les motards ont tellement peur de circuler dans Paris que l’adrénaline les entraîne à être plutôt agressifs. Mais là c’était encore différent. Le représentant de la diversité, chance pour la France, ubérisé semblait chercher la bagarre.

Il y avait un témoins de la collision. Une jeune femme étonnée de voir la façon dont les choses se passaient, n’hésite pas à prendre fait et cause pour le conducteur de la voiture qui essayait en vain de calmer le conducteur du scooter. Le témoins appelle la police et le conducteur de la voiture appelle les pompiers sous la menace néanmoins du conducteur du scooter qui exigeait que la voiture restât au milieu de la rue alors qu’il était normal de la mettre sur le coté pour laisser passer la circulation.

Bref, à peine 5 minutes plus tard les pompiers arrivent. Pendant ce temps très vite des collègues Uber viennent récupérer ce qui était à livrer. Le manège est curieux (on en a une petite idée…) mais personne ne s’en mêle, la situation est déjà assez tendue. Tout de suite après la récupération de la livraison, le conducteur du scooter se remet à hurler si fort contre le conducteur de la voiture qui est grand et costaud et qui a la chance d’avoir à ses cotés les pompiers qui attendent avec lui la police, que des racailles s’approchent de la scène pour venir prêter main forte au livreur Uber. Imaginez un peu l’ambiance de plus en plus électrique et malsaine!

Dix minutes, un quart d’heure plus tard, les policiers débarquent mitraillette en bandoulière, pistolet à la hanche, gilet par balle. Par habitude, méfiants et surement en contact radio avec les pompiers, ils s’étaient préparés à tout pour ce simple accident où il n’y a que de légers dégâts matériels! Le conducteur de la voiture, un homme jeune de 30 ans, me raconte qu’il se disait au moment de l’arrivé des flics, je le cite, “Je suis blanc, c’est encore moi qui vais avoir tort”. Oui, voilà ce que de jeunes français pensent aujourd’hui de leur pays! C’est affreux.

Il se trompait. Et ça fait du bien parfois de se tromper. La racaille alentour s’est évaporée comme par magie, les policiers ont été très compréhensifs avec le conducteur de la voiture et ont en revanche bien épluché les papiers du scooter comprenant à qui ils avaient affaire. Un constat à “l’amiable” a pu être fait.

L’histoire s’est déroulée hier soir en plein Paris. Il est évident que si elle s’était passée à Saint Denis, par exemple, tout aurait mal tourné et la vie du conducteur de la voiture aurait été en danger. En tout cas, encore ce matin, le jeune homme qui a eu un peu peur, remercie la police qui, il en est sûr, l’a sauvé.

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?