5 ans avec François!

Par Mercredi 14 mars 2018 Permalink 9

Voilà 5 ans que le pape François a été élu et les catholiques conservateurs prônent “une ferme résistance à toutes les déviations théologiques, morales et liturgiques du pontificat actuel” ( voir blog Rorate Caeli). Le chef de l’église romaine garderait néanmoins 78% de popularité en France mais on sait bien que ce genre de chiffres invérifiables cache avant tout la volonté de promouvoir la politique menée.

Les fidèles sont désarçonnés par l’islamophilie papale. François ne cesse d’avoir des attitudes et des propos favorables aux musulmans. Il ramène de son voyage à Lesbos des familles mahométanes et abandonne celles venues du monde des chrétiens d’orient. Il ose au moment des attentats islamistes mettre en parallèle une violence chrétienne qui a pourtant totalement disparu de nos jours, avec la violence de l’islam qui continue de tuer aveuglément. Il dédouane l’islam des actes de violence perpétrés en son nom malgré l’évidence de certains passages coraniques. Il tente aussi assez piteusement une filiation entre chrétienté et islam qui, à l’évidence, se heurte aux volontés hégémoniques des musulmans. François a aussi multiplié les prières œcuméniques avec des hauts dignitaires musulmans. En Egypte, par exemple, il met en avant la fraternité islamo chrétienne alors que les pauvres cooptes sont systématiquement pris pour cible et leurs églises continuellement attaquées.

Bref, François joue les soumis et cette attitude révulse de plus en plus les catholiques partout dans le monde au point de détourner certains de la messe dominicale. D’autres se jettent nombreux dans le giron du protestantisme à travers le pentecôtisme qui multiplie les petites églises dispersées en Afrique, en Asie et en Europe.

Les premières années du pontificat sont en fait parfaitement en accord avec l’idéologie mondialiste moderne et c’est bien pour ça qu’il est soutenu par tous les médias. Malgré la propagande dont il bénéficie, il a fallu rameuter un Benoit XVI qui dit lui-même qu’il se prépare à mourir, pour montrer que ce dernier lui apportait son soutien. Manœuvre plus à rapprocher du battage publicitaire que d’une adhésion politique: François reste peu aimé des fidèles.

Frédéric Le Quer