Jean-Louis Forain (1852-1931)

Par samedi 28 mai 2022 Permalink

Lorsque l'artiste Jean-Louis Forain abandonne, pendant l'affaire Dreyfus, la satire sociale pour la satire politique, il se fourvoie, témoigne d'un antisémitisme assez abject avec des caricatures violentes qu'il diffuse dans son journal "Psst...!" créé pour l'occasion avec l'aide d'Edgar Degas et Maurice Barrès. Au bout du compte, il nuit à la renommée qu'il méritait d'avoir après sa mort, même si, de son vivant, cet engagement n'eut que peu d'impact. Des historiens de l'art se demandent aujourd'hui comment peuvent cohabiter dans un même esprit la haine la plus basse et les ambitions artistiques les plus élevées! Car comme dessinateur, le talent de Jean-Louis Forain est grand au point d'être comparé à Honoré Daumier et même parfois à Goya! Peintre, il participe à quatre des expositions des impressionnistes et bien plus tard en 1923, il sera élu membre de l'académie des beaux arts. Dans sa vie privée, avec anachronisme, on peut même le qualifier de woke, lui qui facilite l'histoire d'amour de ses amis Rimbaud et Verlaine. Et puis c'est un formidable patriote reprenant volontairement du service en 1914 dans l'armée âgé de 62 ans. Enfin il devient président en 1921 de la fantaisiste république de Montmartre. Alors les collectionneurs se souviennent d'abord de ...

Urgences hospitalières, Fesneau, Martinez

Par vendredi 27 mai 2022 Permalink

Trois sujets me tiennent à cœur ce matin car ils témoignent objectivement de la déliquescence et de l'abjection du macronisme, chacun à leur manière, tout en ne concernant ni le pouvoir d'achat, ni la disparition organisée du peuple français par l'immigration, ni l'insécurité des villes, des quartiers et des rues. Les fautes du président Macron apparaissent dans tous les domaines. Il ne peut en être autrement lorsqu'un pays est dirigé sans préoccupation réel de la vie des citoyens qui ne compte que de manière indirecte, dans la mesure où s'y intéresser sert à se perpétuer. - 120 services des urgences hospitalières, soit 20% d'entre eux, sont en grande difficulté dans les hôpitaux, voire carrément paralysés. Le personnel soignant manque de manière drastique. Seul l'intérim permet, utilisé systématiquement et non plus ponctuellement, d'éviter l'effondrement. L'intérim qui était un moyen de décrocher jadis un CDI, est maintenant plébiscité par les travailleurs préférant vivre au jour le jour plutôt que régulièrement dans l'enfer de l’hôpital public! Ajouter au mensonge de Macron concernant la fin du numerus clausus au terme de la première année de médecine, et les déserts médicaux qui continueront à s'en suivre, ce n'est plus une défaillance du pouvoir politique mais sciemment ...

Le deuxième amendement

Par jeudi 26 mai 2022 Permalink

27 tueries de masse ont eu lieu au Texas depuis le début de l'année indéniablement facilitées par le droit qu'il y a à avoir une arme; à l'université, au campus, au magasin, au travail, chacun peut la porter à condition qu'elle ne se voit pas, cachée par exemple sous sa chemise. Les texans pensent qu'une société armée est une société plus sécurisée. Evidemment là-bas il n'existe pas de squatteurs dont on ne peut pas se dépêtrer comme chez nous avant des années, les agressions sexuelles dans la rue en pleine journée n'existe pas non plus à l'inverse de chez nous, les gens peuvent encore avoir au poignet une jolie montre sans prendre comme en plein centre de Paris le risque de se la voir arrachée, etc, etc... Partant du principe que la police arrive toujours trop tard, après coup, si vous devez vous préparer à vous protéger, l’autodéfense est un choix, un droit que les gens pensent devoir avoir. Le deuxième amendement de la Constitution des États-Unis d’Amérique, reconnaît la possibilité pour le peuple américain de constituer une milice « bien organisée » pour contribuer « à la sécurité d'un État libre », et il garantit en conséquence à tout citoyen ...

Face à l’info

Par mercredi 25 mai 2022 Permalink

Je regardai l'émission "Face à l'info" de Christine Kelly hier soir et compris pourquoi la moitié de son audience avait, depuis le départ d'Eric Zemmour, été perdue malgré des journalistes brillants pensant juste. Ils sont devenus pusillanimes. Pusillanimes dans le choix des sujets. Pusillanimes dans la façon dont ils les traitent. Le téléspectateur avait par exemple le droit hier à un sujet de bac plutôt casse-pied incitant à se frotter à la différence entre gloire et célébrité tout en fustigeant les réseaux sociaux, puis ce fut au tour de la reprise d'un article anti français du New York Times sur la décolonisation de l'île d'Haiti, genre de chose qui affole l'auditeur de France Culture mais qui laisse agacé celui de Cnews. Entre temps l'inaction sécuritaire de l'état était abordée de manière si froide alors que les exemples sont infinis, que le thème en devenait un peu hors sol! Faut le faire! Et puis, bien sûr, il y eut l'instant macronien sur l'efficacité de notre chef d'état à faire rester Killian Mbappé au PSG. Lol! Ces chroniqueurs peuvent mieux faire. Il y a de nombreux sujets qu'on aimerait voir traité par eux grâce à l'information dont ils disposent et leur angle politique. Les ...

Le présumé violeur

Par mardi 24 mai 2022 Permalink

Le félon Damien Abad risque de tout perdre pour avoir trop voulu gagner. S'il était sagement resté parmi les membres dirigeants de LR, attendant la suite, éventuellement la reprise du parti par quelqu'un qui en a les épaules comme Laurent Wauquiez, il eût probablement gagné les législatives, fût retourné au Palais Bourbon, eût gratifié les médias de temps en temps d'une remarque plus ou moins inintéressante mais utile pour remplir du papier. Bref sa vie pénarde d'oligarque républicain eût pu continuer comme avant au frais de l'état. Mais Damien Abad a trahi et n'est pas Machiavel qui veut. Aujourd'hui il travaille pour des gens qui ne rêvent que d'une chose, le voir perdre son siège de député en juin pour le chasser du gouvernement et ses anciens amis s'en réjouissent sous le manteau. Il est seul. Par la gauche moralisatrice dont il s'est rapproché, il est accusé d'être un violeur sans preuve puisqu'il a déjà obtenu un non lieu. Cette histoire est ancienne, elle traînait en attendant son heure pour rebondir et faire le plus de dégâts possible. Elle fait penser de manière plus sordide à l'épée de Damoclès que tenait Gabin au dessus de la tête de Bernard ...

Offensive islamiste

Par lundi 23 mai 2022 Permalink

En Afghanistan comme en France, l'offensive islamiste prend de l'ampleur en utilisant le corps de la femme! Là-bas, les journalistes femmes ne peuvent plus apparaître à la télévision qu'avec un voile pour cacher leur visage le plus possible. Elles tentent de lutter contre en vain. Certains de leurs collègues masculins sont par solidarité apparus masqués à la télévision. Ici, des musulmanes sacrifient volontairement leur féminité en témoignant dans l'espace publique de leur religion. Cette soumission est incontestablement un premier symptôme d'islamisme et donc un combat contre la société française. Lorsqu'une femme se promène sur une petite plage de la cote atlantique déguisée de pied en cap accompagnée de deux hommes, elle provoque la population française présente au même moment qui supporte visuellement ce cirque. En burkini à la piscine, c'est pareiL Lorsqu'une autre, comme la semaine dernière, accompagnée d'une amie, assiste toute une après-midi à une vente aux enchères à l'hôtel Drouot, ostensiblement voilée et au premier rang, sans jamais lever la main pour mettre une enchère, elle vient sciemment polluer l'espace publique par une présence religieusement engagée qui n'a rien à y faire. Le voile en dit long sur la condition féminine. Là où le musulman dans les banlieues françaises n'hésite pas ...

Eugène Carrière (1849-1906)

Par dimanche 22 mai 2022 Permalink

Le symbolisme avant même d'être une sorte de raffinement esthétique que le roman "A rebours" de Joris-Karl Huysmans met en exergue à travers son héros, est une énigme que le peintre propose à l'observateur sans jamais y répondre. Il n'est donc pas étonnant que l'art du peintre symboliste Eugène Carrière soit longtemps resté incompris du grand public. « Le mystérieux de la réalité et la réalité de l'invisible m'ont attiré » dit-il. Le journal "Le Monde" titrait en 1996, soit presqu'un siècle après sa mort, sur sa "périlleuse redécouverte"! Mais Verlaine, Rodin, Goncourt, Gauguin, Denis ou encore Clemenceau soutinrent Eugène Carrière à partir des années 1880 et il exposa largement à Paris au Salon de la Société nationale et au Salon d'automne, mais aussi à Bruxelles, à la Sécession viennoise, à Londres, à Venise. Curieusement les tons ocres, un peu ternes de ses toiles aboutirent au fauvisme. Son enseignement, à l'académie Carrière entre autre, influença les plus grands de Matisse à Picasso en passant par Derain. Les résultats des ventes aux enchères concernant l'oeuvre d'Eugène Carrière sont assez disparates même si ils ont l'air depuis deux, trois ans de vouloir s'envoler. L'oeuvre en une, "Femme au bracelet" de 1906, huile sur ...

Jules Noël (1810-1881)

Par samedi 21 mai 2022 Permalink

Avant que l'impressionnisme n'existât, il y eut des peintres pour le rendre possible. Jules Noël est de ceux-là, souvent considéré comme un précurseur du mouvement artistique. Issu d'une famille nombreuse (son deuxième prénom est Assez!), son père trouve néanmoins le temps de lui apprendre le dessin en Bretagne, province où il passe son enfance. Jules Noël est doué et confirme ses prédispositions à Paris. Ses sujets de prédilections sont tirés des paysages maritimes qu'offrent les cotes françaises de la Bretagne à la Normandie. Ses contemporains adorent et faisaient, d'après la tradition familiale, même la queue devant l"atelier pour acquérir une oeuvre. Jules Noël vendait donc apparemment sans l'aide d'un marchand ce qui était rarissime. Cette réussite professionnelle est ternie par des excès de toutes sortes, en particulier avec l'absinthe qui finira par nuire à la qualité de son travail. A la fin de sa vie, il rejoindra dans une relative pauvreté l'une de ses filles à Alger et mourra deux ans plus tard. Sur le marché de l'art le talent de Jules Noël reste bien prisé. En une, chez Ivoire Guizetti Collet à Reims, ce paysage de falaises au Tréport (27 x 38 cm) s'échangeait le 14 avril 2019 contre 7800€. Ci-dessous ...

Le père russe d’Elisabeth Borne

Par vendredi 20 mai 2022 Permalink

- Non c'est absolument impossible! - Mais alors que va-t-on faire? - Si je savais... Des conseillers techniques de l'Elysée échangeaient en proie à la panique la plus totale pendant que leur patron avait, pour un soir, il dort si peu, décidé d'aller s'amuser au dancing queer. - Il faut prévenir le boss le plus vite possible. - On ne va pas le déranger! - C'est grave. - Contactons d'abord Matignon! Le téléphone sonna. - Allô! Le conseiller d'Elisabeth Borne au téléphone. - Alors comment comptes-tu régler le problème? - Vous êtes au courant? - Bien sûr. Son père vient de sortir des tuyaux! Avait-elle besoin d'avoir un père? - C'est ennuyeux effectivement, mais nos spécialistes assaillent au moment où je parle, Wikipedia. - Hein? - Oui, on a eu une idée. - Heureusement. Il est tout à fait inconcevable qu'elle ait un père... Il n'osa pas continuer sa phrase. C'est sa collègue qui lâcha le gros mot: - Un père russe! Un bruit de fond laissait entendre la terrifiante exclamation reprise plusieurs fois. - Un père russe! Un père russe! Un père russe! - Bon, ça va, ça va. Il a tué personne non plus, enfin pas personnellement. - D'accord, mais avec un russe, sait-on jamais? - Et puis il a été naturalisé français. - Est-ce que ça compte vraiment? - En effet, ...

Le rideau déchiré

Par jeudi 19 mai 2022 Permalink

Les chaines du câble rediffusent actuellement le film "Le rideau déchiré" d'Alfred Hitchcock. Tout le synopsis est basé sur une fourberie du camp occidental vis à vis de l'URSS. Les Etats-Unis aidés des scandinaves trichent et volent les secrets d'un mathématicien russe. Le scénario est édulcoré grâce aux acteurs du camp américain au physique très avantageux (Paul Newman et Julie Andrews!) et des acteurs du camp soviétique à l'air mauvais ou proprement cinglé. Mais à la fin des fins, la duplicité n'en reste pas moins américaine. Evidemment le film n'eut aucun prix et sa commercialisation fut ratée. Cette réalisation date de 1966 et remonte donc à la guerre froide. Est-il possible de nos jours d'émettre un doute sur la "bienveillance" (moins il y en a plus le mot est utilisé!) du camp occidental comme Hitchcock l'a fait à cette époque? La réponse est sans nulle doute affirmative mais, exactement comme avant, le son discordant sera étouffé. Le récit officiel asséné à propos de la guerre en Ukraine est on ne peut plus manichéen. L'impérialisme est russe. Poutine et son pays doivent mordre la poussière. L'occident pour sauver la veuve et l'orphelin aide l'Ukraine quoiqu'il en coûte au prix d'une crise économique ...