Vote populiste

Par Samedi 12 novembre 2016 Permalink 3

L’establishment, en tout cas en France, s’accroche à l’idée que le vote alternatif, celui qu’il appelle populiste avec mépris alors que se rapporter au peuple n’a rien de honteux, au contraire, que ce vote, donc, n’est dû qu’à la crise économique, qu’au problème de pouvoir d’achat, qu’à la difficulté de trouver du travail. L’erreur est colossale, aussi colossale que sa déconnexion avec le peuple.

Les gens ne votent pas Front National prioritairement, puisque c’est surtout de lui qu’il s’agit, Mélenchon est un épi phénomène monté médiatiquement pour faire baisser Marine Le Pen, parce qu’ils n’ont pas de travail ou ont du mal à joindre les deux bouts. Tous les partis ont leur discours pour répondre à cette problématique. Même s’il semble de plus en plus évident, voir a-contrario l’Islande, la Finlande, la Suisse, le Royaume Uni, que la zone € est plus un boulet qu’un booster pour les pays la composant, personne ne se fait d’illusion sur un grand soir qui ferait revenir chacun aux années 60 où quand on perdait son travail le soir un autre vous attendait le lendemain matin. Le vote Marine Le Pen est un vote identitaire que les partis de gouvernement préfèrent nier pour ne pas avoir à remettre en cause leur politique migratoire.

Le malaise de ressentir le fait d’être français depuis plusieurs générations comme un handicap dans son propre pays devient inacceptable quand ceux qui arrivent vous prennent pour un con. En banlieue, dans les transports en commun, dans la rue, pour l’obtention d’un logement, tout leur est offert. Pire leurs crimes et délits ne sont plus punis sérieusement alors que celui qui paie ses impôts, nourrit sa famille honnêtement, a une adresse en bonne et due forme, casquera la moindre amende à cause de la plus petite infraction à la règle. Non seulement, nos ploutocrates changent la population française, mais, comme pour s’assurer que toute l’Afrique continuera bien à déferler chez nous, ils oppriment intellectuellement et matériellement des français de souche qui n’en peuvent mais!

Heureusement tout cela est en train de changer. Dans le monde entier l’Union Européenne est devenue la dernière enclave à prôner l’invasion migratoire. Tous, Australie, Etats-Unis, Chine, Russie, Japon et même évidemment pays arabes ou Afrique noir, tous refusent de se laisser envahir, tous cherchent à réaffirmer leur identité, tous rejettent la mondialisation quand elle implique la perte de celle-ci. Même en Europe, beaucoup de pays résistent alors que les idéologues tentent de définitivement soumettre la France et l’Allemagne espérant ainsi entraîner les autres.

L’électeur ne vote pas pour le Brexit, pour Trump, pour Marine Le Pen, pour AfD, pour Grillo ou pour l’autrichien Hofer pour une question d’argent. Il vote pour rester ce qu’il est, sans haine vis à vis de ceux qui ne sont pas lui, mais fier de ses ancêtres, de sa culture, de son histoire. Le vote populiste, pour faire simple, est celui de la dignité retrouvée contre l’honneur perdu d’une élite déconsidérée. C’est un choix sociétal responsable.

Frédéric Le Quer