Vive les algériennes!

Par Mardi 8 août 2017 Permalink 1

Alors que la France vit, cet été, au rythme des provocations foulardesques, nikabesques, hidjabesques, sur ses plages, avec des déambulations au bord de l’eau de fantômes accompagnés d’au moins deux hommes et d’un enfant, l’Algérie cherche à vivre à l’heure du bikini. Le port du foulard n’étant rien d’autre qu’un signe de soumission à l’homme, quelques milliers d’algériennes tentent de se libérer du joug masculin et n’y vont pas de main morte en se risquant au maillot de bain deux pièces.

Cette révolte fait suite à la volonté apparue au mois de mars dernier, de députés algériens de pénaliser les femmes qui s’habillent de façon provocante. Cela avait commencé avec l’intention louable du parlement de punir la violence faite aux femmes et de mettre un terme au harcèlement dans la rue justifié soi-disant par leur tenue et leur comportement sans pudeur. Les débats dévièrent si bien que les algériennes y furent culpabilisées sans vergogne et très bibliquement accusées de tous les péchés. Ces hommes sont horrifiés par un jean trop moulant, une jupe un peu courte, terrifiés quand une jolie fille met en valeur sa beauté. Il semblerait que ces individus effarouchés soient incapables de se maîtriser à la vue du beau sexe. Savoir contrôler ses instincts est pourtant une des caractéristiques de l’homme civilisé…

Il faut savoir qu’en Algérie pour que la plainte d’une femme soit reçue au commissariat, elle doit au préalable subir un examen de virginité. Ces « arriérés », le mot n’est pas de moi mais d’une députée algérienne, considèrent la femme victime d’un viol comme la première coupable! Le chemin sera long avant d’arriver à l’égalité homme-femme dans ce pays… Mais quelques algériennes courageuses se risquent à subir l’opprobre de leurs concitoyens pour faire avancer leurs droits. Les médias français n’osent pas trop en parler de peur de heurter nos musulmanes belfégorisées qui mériteraient pourtant bien qu’on stimule un peu leur intelligence.

La France doit soutenir les algériennes. Elles représentent l’avenir glorieux de l’Algérie.

Frédéric Le Quer