Vidéo propagande d’ISIS

Par Lundi 25 janvier 2016 Permalink 8

La vidéo propagande d’ISIS montre principalement sur un fond sonore musical à plusieurs reprises un membre  de l’organisation égorgé un arabe à genou devant lui. Les deux protagonistes, le bourreau et le supplicié sont à chaque fois différents. Ces scènes sont entrecoupées par les images de policiers, de voitures de polices avec leur gyrophare allumé, de gens courant le soir du 13 novembre à Paris. Un voix off incite en français les musulmans à tuer ceux qui ne le sont pas par n’importe quel moyen. Le verbe tuer revient constamment et est justifié par le coran, au moins d’après celui qui parle. Ce qu’il raconte est sous titré en anglais. Au bout de la deuxième ou troisième exécution, il est difficile de regarder plus avant. La passivité des malheureuses victimes est sidérante. Elles ont les yeux ouverts, elles sont vivantes. Sont-elles droguées? Les assassins sont exaltés et abominables. Sont-ils drogués? Lorsqu’ils tranchent la gorge le giclement du sang de la carotide est montré avec délectation. Toute l’opération n’est pas visible: le début est diffusé, la fin aussi, au moment où la tête est posée sur le dos du décapité. D’après 4news, la scène se répète à 7 reprises. La fin serait une menace plus spécifiquement contre le Royaume Uni. Un message codé est aussi diffusé. La vidéo est ce matin introuvable sur le web alors qu’elle était encore téléchargeable vers 22h hier soir.

Est-ce bien fait? La musique  aux notes répétées comme dans Le boléro de Ravel en plus court est plutôt bonne. Les longs plans-séquence des exécutions n’ont rien à voir avec les attentats de Paris qui ne sont là qu’en plan de coupe comme pour donner du rythme au court métrage. Le discours répétitif virulent, haineux, appelant à tuer, tout le temps, n’importe où, des non musulmans au sens très large puisque ceux qui ne se reconnaissent pas dans l’Etat Islamique sont aussi stigmatisés, est indéniablement effrayant quand on pense qu’il peut vraiment toucher des individus. Leur action est plusieurs fois justifiées par l’intervention occidentale en Syrie. C’est cette intervention qui entraîne leur vengeance aveugle sur notre sol. C’est clairement dit.

Ce genre de diffusion peut évidemment propager la guerre civile d’autant qu’elle est soutenue par certains migrants adhérant à l’idéologie véhiculée se promenant partout en Europe sans être canalisés par les autorités. Le président de la république est bien léger en jouant les gros bras ce matin dans un communiqué. La situation demande de la subtilité et une vision politique. Je n’insiste pas, on s’est compris…

Frédéric Le Quer