Une nouvelle carte de France

Par Lundi 7 juillet 2014 Permalink 16

Indéniablement, la partition du territoire français a débuté. Je ne parle bien sur pas du nouveau découpage des régions, divertissement pascalien prétexte à une guerre picrocholine entre l’UMP et le PS pour mieux oublier la déconfiture géographique du pays. Non, il s’agit ici de la séparation sociologique d’abord qui deviendra, n’en doutons pas, politique entre les fiefs musulmans et les autres.

Certains endroits qui ne cessent de s’agrandir, sont maintenant détenus par l’islam. Ces lieux permettent une pratique religieuse, un mode de vie et de nourriture, des tenues vestimentaires en accord avec les consignes coraniques. La question qui se pose n’est plus en terme d’intégration ni encore moins d’assimilation; il y a quelques temps encore nous aurions pu parler de ghettoïsation mais ceci semble aujourd’hui impropre car l’on doit entre autre s’interroger pour savoir qui se met à l’écart de qui!

La nature de la sécession à venir est le problème à soulever.

Dans ces différentes zones à la densité de population élevée,  la loi républicaine, expression dont se gargarise la classe politique puisque par principe général moins les mots ont de sens plus ils sont déclinés solennellement à l’envi, la fameuse loi républicaine donc recule en rase campagne au propre comme au figuré pour laisser place à des mœurs et à une économie, souvent de type mafieux mais pas forcément, soutenus par des pays du golfe persique dont les visées hégémoniques ne trompent que ceux qui sont engagés pour ne rien voir. Les derniers autochtones d’origine française continuant à résider dans ces lieux ont vocation à devenir musulmans ou à partir.

Cette description semblera scandaleuse à certains; elle est juste factuelle. Se taire, fermer les yeux ou se boucher les oreilles servira les sécessionnistes et affaiblira encore un peu plus l’état. La république, bonne fille comme on dit, souhaite voir financer à grand coup d’allocation car malgré l’idée reçue l’état n’est pas pauvre il a juste choisi d’allouer ses actifs aux aides de toutes sortes, voir financer donc ces territoires en vertu du maintien d’une paix sociale trompeuse qui n’évitera pas les tensions sociétales mais amènera inéluctablement la France ou ce qu’il en restera, du surendettement à la ruine.

Frédéric Le Quer