Un tournant dans les présidentielles

Par Lundi 27 février 2017 Permalink 4

Ce weekend a été un nouveau tournant dans les présidentielles. Le « Tout sauf Marine » ne porte plus du tout. Malgré cela l’acharnement des journalistes à dégommer la candidate Front National continue. Mais il se heurte aux faits de plus en plus impitoyables pour la gauche ou la droite bien pensante.

Mehdi Meklat, un type de Bondy qui plaisait aux médias style Canal ou France Inter, a fini par être déboulonné de son piédestal à force de prises de position antisémite, homophobe, misogyne. Tous les français savent que ce comportement n’est rien d’autre que la norme dans les banlieues d’immigrés. Tous sauf ceux de la télé, des journaux ou de la radio qui font semblant de croire à la respectabilité de gens qui souvent haïssent nos valeurs. A signaler deux jeunes gens de confession juive qui se sont encore faits agresser férocement dans des endroits sur le territoire où cette communauté ne peut plus circuler avec l’accord tacite et ignoble des dirigeants

Comme si cela ne suffisait pas, un bruit insistant court au sein de la police sur « Théo ». Le rectum aurait été déchiré non pas à cause d’une matraque mais à cause d’un objet tranchant contenant de la drogue qu’il avait caché à cet endroit et qui se serait cassé à la suite du coup de matraque. Si on ajoute que toute la famille faisait l’objet d’une enquête pour escroquerie vis à vis d’aides de l’état diverses et multiples, là encore le mythe d’une banlieue victimisée s’effondre un peu plus.

Et puis il y a ces voitures qui ont foncé dans la foule en Allemagne, à Londres, à La Nouvelle Orléans. Les informations ne disent mot sur ces événements qui risqueraient à l’évidence d’amener de l’eau au moulin de Marine Le Pen. Le black out est de mise. Circulez! Il n’y a rien à voir!

Pendant ce temps, nos médias mettent en exergue le ralliement de Cohn-Bendit à Emmanuel Macron en nous promettant celui de Nicolas Hulot pour plus tard! Quel cirque! Quel foutage de gueule! Et de poursuivre avec délectation en expliquant qu’un quart des français sont conquis dès le premier tour par « En Marche ». Où les trouvent-ils? Personne ne sait puisque personne ne connait d’électeurs d’Emmanuel Macron dans son entourage!

Le bidonnage extraordinaire auquel les français assistent dénote l’état d’égarement dans lequel se trouve la nomenclature. Sa surprise risque d’être grande le soir du second tour des présidentielles.

Frédéric Le Quer