Un Matisse (1869-1954) à Drouot

Par Jeudi 23 novembre 2017 Permalink 1

Hier, 22 novembre 2017, le dessin d’Henri Matisse, en une, était présenté dans une vente à l’encan par Drouot estimation ovv. 61 x 61 cm, ce fusain et estompe sur papier était « raisonnablement » estimé autour de 150 000 €. Evidemment l’artiste est rare aux enchères même à New York, place phare des ventes publiques, où il a aussi beaucoup travaillé. Les experts se trompèrent inévitablement sur la juste valorisation de cette maternité heureuse qui, d’après le catalogue, revêtait une valeur particulière pour le peintre qui l’aurait posée sur sa cheminée dans l’appartement qu’il occupa, à l’hôtel Regina, entre 1936 et 1943.

Ce fut néanmoins un événement de voir vendu en France une des œuvres d’un des artistes les plus importants du XXe siècle qui n’eut de maître que Paul Cézanne, de rival que Pablo Picasso, mais dont les élèves et les inconditionnels furent et sont innombrables. Peu de peintres sont aussi étudiés qu’Henri Matisse. Tout a probablement été écrit. Il s’agit juste dorénavant de l’admirer et pour les milliardaires de saisir l’opportunité de posséder quelques temps une de ses réalisations. C’est ce que l’un d’entre eux fit hier en se battant un quart d’heure contre un autre à coup de centaines de milliers d’euros. La valeur projetée du dessin fut pulvérisée. L’amateur de Matisse, vainqueur, dut mettre sur le table un million quatre cent trente huit mille quatre cents euros.

Frédéric Le Quer