Ticket Marine, Dupont Aignan

Par Lundi 1 mai 2017 Permalink 4

Nicolas Dupont Aignan a donc franchi le pas ce weekend assez logiquement. Ce leader n’avait strictement rien à gagner à être le énième soutien d’Emmanuel Macron et le ni ni lui aurait donné des airs de dégonflé. Il a même plutôt bien négocié son ralliement. C’est un deal win-win. S’il fait passer son statut de frondeur de droite à celui d’homme d’état, Marine qui n’a plus vraiment de nom de famille ni de parti politique, se « désostracise » à vitesse accélérée.

Le projet du ticket Marine, Dupont Aignan est quasiment illisible sauf sur un point, leur volonté commune de mettre fin à l’immigration massive. Cela tombe bien, c’est pour cela que les suffrages vont sur eux. Il semble que la France dans le cas d’une victoire souverainiste pourrait être alors comparée au groupe de Visegrád avec un nombre d’habitants équivalent, faisant savoir à l’Union Européenne sa ferme opposition à l’accueil de migrants dans son pays et rejetant notamment l’idée des institutions européennes d’un système de répartition obligatoire de ceux-ci. Donc rien de très révolutionnaire au sein de l’UE sinon un autre axe à l’ouest du continent tentant de ne pas systématiquement dénigrer ses origines, de ne pas évacuer sa culture séculaire, de ne pas jeter dans l’insécurité sa population. Ce programme ne s’oppose évidemment pas à la continuation de l’Union Européenne car cette nouvelle approche est déjà celle des quatre pays d’Europe centrale (la Hongrie, la Pologne, la République tchèque et la Slovaquie) dont un est même dans l’€. La mauvaise foi des médias cherchant à rendre impossible une politique souverainiste est une nouvelle fois mise en lumière! Sur le plan purement économique, les négociations entre Paris et Francfort seront longues mais le simple fait qu’elles démarrent obligera à mettre un frein à cette mini globalisation bruxelloise à l’échelle continentale et à sécuriser les petits entrepreneurs et les agriculteurs.

Les soutiens de Macron sont clairement maintenant le monde politique, le monde journalistique, le monde du show biz assénant sans relâche leur consigne de vote à la population. Le choix des immigrés des dernières décennies ne fait pas de doute en sa faveur. Mais la campagne du candidat reste très laborieuse. Les images de l’interview d’hier sur France 2 sont, à ce propos, exemplaires. Un journaliste au brushing ridicule posait ses questions en prenant une attitude inspirée faisant semblant de regarder dans le vague pour trouver ses mots. Macron prenait son air pincé qu’il croyait présidentiel pour répondre à des questions du genre: -Vous avez beaucoup d’amis? Réponse:- Oui mais je suis de plus en plus seul à l’approche du pouvoir! Il y aurait de quoi rigoler un bon coup si ce n’était pas l’avenir de la France qui était en jeu…

Frédéric Le Quer