Thang-Ka

Par Dimanche 25 juin 2017 Permalink 1

Le thang-Ka, devenu une oeuvre d’art au marché florissant depuis les années 1970, est une toile de coton, de lin, de chanvre, de jute ou plus rarement de soie, de différentes tailles, sur laquelle est peinte une représentation religieuse du bouddhisme. Thang-ka signifie littéralement « ce qui s’enroule » et c’est au Tibet au XIIe siècle que les premiers sont réalisés avec des codes très précis. Dès ce moment, moines et artistes professionnels s’affairent dans le plus grand anonymat, signe d’humilité, à la réalisation de scènes où apparaissent le Bouddha, diverses divinités, des maîtres spirituels, des monuments topographiques ou des mandalas i. e. diagrammes mystiques sur la symbolique du monde représenté par des carrés ou des cercles disposés par rapport aux 4 points cardinaux. Au verso, des écrits correspondent à des bénédictions, des soutra, des mantra ou des tantra.

Si l’influence des arts indiens et népalais est prépondérante jusqu’au XVe siècle, l’art chinois prend ensuite le relais avec un point d’acmé au XVIIIe siècle grâce au très cultivé empereur Qianlong. Le Thang-ka en une de cette époque (82 x 56 cm), d’une suite de deux, sur toile représentant un luohan (disciple direct de Bouddha) surmonté de calligraphies (28 x 57 cm) fit chez Beaussant Lefèvre le 28 avril 2010 328 130 €. Ci dessous du XVIIIe aussi (92,5 x 60 cm) le thang-ka représentant aussi l’un des 18 luohan fit 82 160 € le 26 juin 2015 chez Ferri à Drouot.SAM_3874

Le 15 juin dernier un than-ka du XIXe siècle fit 41 910 € chez Cannes enchères ovv, avec sa représentation en son centre de bodhisattva Amithyaus (bouddha avant l’éveil).SAM_3873

Mais si les précédentes déités relevées ici avait un aspect paisible pour amener le méditant au calme, elles peuvent aussi être courroucées pour stimuler les énergies du méditant, pour ne pas qu’il se relâche dans sa quête spirituelle, et pour éloigner les influences négatives existant là où le thang-ka est accroché. Ci-dessous le thang-ka du XIXe siècle 66 x 51 cm fit à Chinon le 27 mai 2015, 33 600 €.SAM_3875

Ou encore celui ci-dessous, Tibet, fin XVIIIe, 91 x 61,5 cm qui fit chez Ruellan svv 23 400 €.SAM_3876

Frédéric Le Quer