Terra Nova, l’éminence grise

Par Mardi 23 septembre 2014 Permalink 19

La régulation massive des sans-papiers, opérée actuellement par le gouvernement est non seulement en train de mettre à mal la classe ouvrière directement en concurrence avec les nouveaux arrivants mais aussi de déstabiliser l’ensemble de la société en lui ôtant le peu de lien social qu’il restait. Le président François Hollande et le premier ministre appliquent par là consciencieusement les consignes du think tank Terra Nova pour des raisons électorales, par idéologie mondialiste, et peut-être simplement par haine du peuple français.

Les quartiers d’immigration aux abords des grandes villes sont de moins en moins accessibles aux français. La population s’y comporte comme elle le ferait à Alger ou Bamako, installée dans les rues, fumant la chicha, les femmes habillées de pied en cap se promènent avec une ribambelle d’enfants qui fait la gloire de notre politique familiale! Les forces de l’ordre, aussi discrètes que possible, laissent sciemment s’organiser des trafics de toute sorte pour ne pas risquer d’entamer la paix sociale renonçant de fait à l’application de la loi républicaine. L’état reste cependant financièrement très actif, n’hésitant pas à investir pour la rénovation urbaine et à pratiquer de massifs transferts sociaux (aides sociales). Ces territoires ne sont plus vraiment en France. Ils représentent des bastions avancés de l’islam en Europe.

L’immigration est la grande affaire de Terra Nova, ce think tank socialiste très écouté des dirigeants. Il a très vite bâclé la discussion économique en proposant un choix fumeux entre modèle anglais (financiarisation, shadow banking, paradis fiscaux) et modèle allemand soi-disant de gauche (!) axé sur le haut de gamme… Après ça, débrouillez-vous! On comprend mieux l’incurie du gouvernement… En revanche les idées pour accueillir au mieux les populations déshéritées d’Afrique font l’objet de la plus grande attention. Les bonnes pratiques que la police doit avoir vis à vis des jeunes des quartiers, le vote et l’éligibilité des étrangers qui doivent être perçus comme un droit, le devoir du parti socialiste de se métisser pour mieux représenter son électorat, l’histoire coloniale réinventée pour mieux culpabiliser l’occident sont ses thèmes de prédilection. Métisser la France est son but premier. Tout réflexe de protection est bannie. La multi nationalité devient aussi une référence incontournable. Le droit d’asile est un plus à la politique migratoire.

Si son avis n’était pas suivi de près par François Hollande, Terra Nova, ce groupe financé par des multinationales françaises, pourrait passer pour un ramassis d’hurluberlus. Mais la hausse de 51 % des régularisations de sans-papiers en 2013, qui explose encore en 2014 est une question sur laquelle le peuple devrait être consulté. Le maintien d’un territoire souverain habité de citoyens français est une question essentielle.  Il est dors et déjà trop tard aux approches des grandes villes.

Frédéric Le Quer


 

 

19