Takashi Murakami (né en 1962)

Par Samedi 21 octobre 2017 Permalink 1

Des multiples de Takashi Murakami étaient présents, hier, 20 octobre 2017, à Drouot lors de la vacation organisée par Villanfray & associés ovv. Ses œuvres uniques sont vendues par les grandes maisons américaines et non sur le marché parisien. Il est le 34e artiste vivant le plus cher selon le classement établi par Artnet en 2016 avec 33 adjudications millionnaires recensées ces dix dernières années. Parmi ses records de vente, les sculptures My lonesome cowboy (1998) et Miss ko² (1997) ont été vendues respectivement par Sotheby’s NYC en 2008 et Phillips de Pury & Company NYC en 2010 pour 15.161.000$ et 6.802.500$. (voir ci-dessous).SAM_4922
SAM_4923

Takashi Murakami est bien connu en France grâce à la façon dont il a égayé les toiles monochromes des sacs Vuitton et par son exposition au château de Versailles qui fit scandale. L’artiste est plus intéressant que ça en associant dans son travail culture populaire et culture extrêmement élitiste. Inspiré coté oriental par la culture japonaise et coté occidental principalement par Andy Warhol, son oeuvre pop met en exergue le choc du monde nippon traditionnelle avec un modernisme venu d’ailleurs. Avec l’apparente naïveté d’une iconographie aux couleurs acidulées, son mouvement nommé « Superflat », mêle les aplats de couleurs chers à la plastique japonaise avec des thèmes où le monde entier peut se reconnaître. Société de consommation, aspirations adolescentes, sexe sont traités à la manière des mangas.

Pour partout diffuser ses créations, Takashi Murakami a créé une usine à produire dans laquelle fourmillent des centaines de jeunes artistes qui fabriquent diverses objets qui sont diffusés à travers la planète, sur lesquels le maître pose à la fin sa patte. Rien de vraiment nouveau, les grands maîtres du XVIIe siècles travaillaient ainsi. Seule l’échelle a changé!

Pour en revenir à la vente d’hier, la sculpture en une en fibre de verre laquée, oeuvre originale en 12 exemplaires, 17 x 28 cm, dans son coffret signé par l’artiste et dans sa vitrine colonne fut adjugée 34 128 € (Ci-dessous une autre face de la même sculpture).SAM_4921

Les sérigraphies, ci-dessous, 86 x 86 cm trouvèrent preneurs autour de 1500 € chaque.SAM_4924
SAM_4925

Frédéric Le Quer