TAFTA, Brexit et tutti quanti

Par Lundi 25 avril 2016 Permalink 4

Les anglais ont été menacés par Barack Obama de ne plus être des partenaires privilégiés de l’Amérique en cas de Brexit. La raison invoquée est qu’ils ne pourraient participer dans ce cas à l’accord de libre échange avec l’UE. Le lendemain la presse se faisait écho que le fameux TAFTA avait du plomb dans l’aile et que les opinions publiques de part et d’autre de l’Atlantique étaient contre. Sans doute est-ce pour peser sur les négociations, avec comme d’habitude: « on a échappé à la cata, mais ouf c’est signé, on est sauvé! »

Obama, Merkel, Cameron souhaitent cet accord. Hollande, personne ne sait, pas même lui. Obama, Merkel, Cameron souhaitent le maintien du Royaume uni dans l’UE. Hollande, personne ne sait vraiment, pas même lui.

Les médias français, représentant des conglomérats internationaux, sont comme OMC (l’acronyme est drôle!) pour la maintien dans l’UE de la Grande Bretagne. Dans le cas contraire, les dix plaies d’Egypte s’abattront sur nous tous, mais nous disent les journalistes, les anglais ont compris le message de l’américain et grâce à lui, ils voteront pour rester dans l’UE.

Bref, c’est de la propagande au premier degré à laquelle nous sommes soumis. Et un sondage BVA, bidon comme la plupart, annonce que 60% des français souhaitent le maintien de la Grande Bretagne dans l’UE. Ce chiffre n’existe que pour expliquer aux gens qu’ils sont favorables à l’UE. Il va falloir leur répéter souvent car du coté scandinave par exemple et suédois en particulier, les citoyens sont majoritairement pour la quitter et n’attendent que la sortie de leurs amis anglo-saxons pour se manifester. Ils ne sont pas les seuls, loin de là…

Pour les oligarques, le meilleur des mondes serait que la Grande Bretagne reste dans l’UE et que le TAFTA soit signé. Sans entrer dans les détails, il est probable que l’intérêt de quelques uns ne corresponde en rien à celui du plus grand nombre! L’intérêt des peuples est certainement de renverser la table, voire l’UE tel qu’elle est, se disloquer, et de laisser le TAFTA dans les limbes. Son but principal sera d’amener les revenus des européens au niveau de celui des chinois (transitivité!) après celui des américains avec l’accord trans Pacifique!

Toujours la même idée: le pouvoir d’achat des consommateurs peut baisser, c’est même salutaire pour les entreprises, du moment que leurs nombres se multiplient sans fin.

Frédéric Le Quer