Le style rocaille

Par Dimanche 9 novembre 2014 Permalink 10

L’ornementation asymétrique inspirée des coquillages justifie le terme rocaille pour caractériser ce style. C’est une succession de courbes et de contre courbes qui apparut sous la Régence prend toute son ampleur sous Louis XV. L’abstraction n’est pas loin de cet esthétisme en s’insinuant alors dans l’art figuratif.

La société française bouge depuis la fin du XVIIe siècle et change de manière de vivre, libéralise ses mœurs. La paix intérieure,  l’économie prospère grâce aux progrès de l’industrie et du commerce favorisent une certaine aisance dans des couches de plus en plus importantes de la société. Si les façades des nombreux hôtels particuliers construits à Paris ( Soubise, Matignon, Biron…) et en province (place Stanislas à Nancy, place de la Bourse à Bordeaux, l’île Faydeau à Nantes) restent sobres il n’en va pas de même des intérieurs où la fantaisie domine. L’art si français de la conversation est sublimé par le lyrisme du mobilier dans des salons où l’intelligence et la répartie font merveilles.

L’exubérance du rocaille encore disciplinée sous la Régence s’étale presque indécente durant une bonne partie du règne de Louis XV avant l’arrivée du néoclassicisme vers 1760. L’interprétation libre de la nature donne aux créations artistiques cet enchaînement harmonieux, inhabituel, déroutant qui n’est jamais excentrique. L’équilibre d’une ornementation malgré l’asymétrie des détails dénote la virtuosité des artisans de ce temps. Le monde minéral est alors sublimé dans les sièges, les commodes, les consoles, les bronzes. Des motifs fantaisistes y sont souvent associés avec des chinois ou des turcs d’opérette ou des scènes pastorales irréelles. Des guirlandes de fleurs ou des fruits se mélangent aux coquillages et remplacent les masques de femmes ou de satyres inspirés de l’antiquité.

Le mobilier s’est, à cette période, plus multiplié qu’en toute autre précédemment. Des nouveaux modèles comme le fauteuil cabriolet ou le secrétaire à abattant (voir article le secrétaire…) apparaissent. La liberté des formes fait bon ménage avec la demande confort de l’importante clientèle. Le style rocaille qui ne tombe jamais dans la surcharge séduit par son originalité pleine de folie et de grâce.

Frédéric Le Quer

10