Soubresauts boursiers et séisme à venir

Par Samedi 5 septembre 2015 Permalink 16

A en croire les gérants d’actions les soubresauts boursiers sont l’occasion pour les investisseurs à qui il reste quelques liquidités de se porter acquéreurs de titres divers et variés. Ils viennent dans les médias depuis la mi-août vendre leur salade à qui voudra bien les croire récriminant M. Le Marché qui ne comprend rien à la reprise et qui ne sait pas s’esbaudir comme le personnel politique sur l’alignement des planètes, sur la vigueur de la reprise américaine et sur potentiel formidable que recèlent les « pépites » sous valorisées de la cote parisienne.

La parole délivrée, celle que la population est autorisée à entendre, est que le crédit repart avec l’optimisme béat de consommateurs multipliant les achats de biens manufacturés en général. Mais ça s’est ce qu’on veut bien nous dire… Un autre son de cloche, sur la France par exemple, cette semaine, a obstinément été passé sous silence. « La demande demeurant fragile et l’environnement économique ne montrant aucun signe d’amélioration, les nouvelles remises de prix accordées par les fabricants n’ont pas suffi à prévenir la dernière baisse des ventes’, explique Jack Kennedy, économiste chez Markit et auteur du rapport. Et de continuer: « La faiblesse des perspectives d’activité incite les fabricants français à poursuivre les réductions de stocks et d’effectifs ».

La négation du réel bat donc son plein et pas seulement pour notre pays. La reprise américaine, moitié moins forte que celle connue au début des années 2000, est pourtant vantée comme un miracle dont seuls sont capables les américains. Sa solidité, ses créations d’emploi, ses hausses de salaire en sont soi-disant le signe incontestable. Néanmoins une hausse des taux américains de 0,25 points de base semble être une mesure inconséquente amenant à un krach de Wall Street et un retour en récession… 0,25… c’est quand même pas énorme! Faire passer les taux d’intérêts directeurs de 0 à 0,25 semble dérisoire… Mais la FED n’ose pas tant tout ça est fragile! Un géant aux pieds d’argile! Alors la Chine est sur le ban des accusés; tout est de sa faute, leurs boursicoteurs sont des idiots, leurs promoteurs immobiliers des criminels en puissance, quant à la hausse des salaires des ouvriers, elle est est proprement inconsciente!

Si les entreprises américaines ne peuvent pas supporter ce très léger enchérissement des taux d’intérêts, si les entreprises de certains pays d’Europe comme la France continuent à réduire leurs stocks et leurs effectifs, le chahut des indices boursiers mondiaux qui a pris la situation asiatique pour prétexte n’est que le commencement d’une remise en cause de l’économie mondiale bien plus atteinte que ce qui est dit. Basée sur le crédit et sur l’illusion de son remboursement, le moindre petit défaut de paiement amènera un séisme.

Frédéric Le Quer